Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

WWIII : LA REPUBLIQUE EST MORTE ET VIENT DE TOMBER. NOUS VOUS PUBLIERONS BIENTÔT LE RESULTAT D'UNE ENQUÊTE EN FRANCE SUR LES RESEAUX NOTARIES, LES PROCUREURS GENERAUX ET AVOCATS GENERAUX, LES AVOCATS MARRONS, LES JUGES CORROMPUS, LES SERVICES DE POLICES AUX ORDRES.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : LA REPUBLIQUE EST MORTE ET VIENT DE TOMBER. NOUS VOUS PUBLIERONS BIENTÔT LE RESULTAT D'UNE ENQUÊTE EN FRANCE SUR LES RESEAUX NOTARIES, LES PROCUREURS GENERAUX ET AVOCATS GENERAUX, LES AVOCATS MARRONS, LES JUGES CORROMPUS, LES SERVICES DE POLICES AUX ORDRES. TOUS LES JUGES SONT SOIT DU G.O.D.F. SOIT DE LA G.L.D.F. OU AFFILIES. UNE JUSTICE EN TABLIER DE PORC, AVEC DES IDEES TRES DEVELOPPEES DES JUGEMENTS PARTIAUX ET INTERESSES * * * .:. LA JUSTICE FRANCAISE NE FONCTIONNE QU'AVEC LA MAFIA ET LES MAFIEUX QUI REMPLISSENT LES CAISSES. ELIZABETH GUIGOU NOUS DISAIT DEJA A SON EPOQUE, QUE 70 % DES AVOCATS ETAIENT MARRONS POUR DEFENDRE LES AFFAIRES DE CORRUPTION. CORRUPTION TOTALE. JERÔME CAHUZAC A-T-IL RENDU L'ARGENT VOLE DEPOSE A SINGAPOUR? 1 MILLION D'EURO POUR AUTORISATION DE METTRE SUR LE MARCHE DES MEDICAMENTS NON CONTRÔLES§ PAS-MÊME UNE ANNEE DE PRISON FERME! 

L'affaire Cahuzac est un scandale politico-financier français mettant en cause Jérôme Cahuzac, ministre délégué chargé du Budget lors du déclenchement de l’affaire, en . Accusé par le site d'information en ligne Mediapart d'avoir possédé des fonds non déclarés sur un compte en Suisse, puis à Singapour, Cahuzac campe sur son déni et clame à plusieurs reprises son innocence, y compris devant les députés à l'Assemblée nationale. Des personnalités comme Jean-Michel Aphatie1 demandent à Mediapart de publier ses preuves2, quitte à divulguer ses sources. Le jour de l'ouverture d'une information judiciaire, le , le président de la République, François Hollande, annonce le départ de son ministre du gouvernement3. Jérôme Cahuzac finit par reconnaître les faits le 2 avril 2013 devant les juges d'instruction. Il est alors mis en examen pour blanchiment d'argent provenant de fraude fiscale. Le 8 décembre 2016, il est condamné en première instance à trois ans de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité. Il décide alors d'interjeter appel de cette condamnation ce qui en suspend l'exécution. En mai 2018, Cahuzac est finalement condamné à deux ans de prison ferme, une peine aménageable, 300 000  d'amende et 5 ans d'inéligibilité. La peine de prison est en réalité transformée en avril 2019 en port de bracelet électronique dans sa résidence de Corse. 4

Stop aux magistrats maçonniques corrompus pour lesquels nous serons ammené à publier les listes complètes de noms, adresse et dossiers. 

1. Les Magistrats Psychopathes, Pervers, Sadiques et Criminels 10 % 
 
En nombre restreint, ceux-ci participent à des rituels sataniques criminels, mêlant sexualité de groupe, viols, tortures et mise à mort de victimes : SDF, prostituées majeures ou mineures, enfants kidnappés ou issus des services de l'enfance. Situés aux marges des loges maçonniques, ces groupes occultes de criminels réunissent différents notables : élus politiques locaux et nationaux, responsables médiatiques, avocats, magistrats, policiers, financiers et utilisent les institutions républicaines pour se donner mutuellement l'impunité nécessaire à leurs crimes.Les preuves de ces réalités, mises en scène par le célèbre réalisateur Stanley Kubrick dans le film Eyes Wide Shut sont à ce jour manifestes, au travers de nombreux témoignages cohérents et indiscutables. 
Les enfants majeurs, eux-mêmes juristes diplômés de 3e cycle, d'un magistrat impliqué lourdement dans un tel groupe, ont recueilli de la bouche de leur père, peu de temps avant son assassinat en février 2003, des aveux accablants (affaire Alègre-Roche à Toulouse, voir www.politiquedevie.net). Les magistrats impliqués dans ces pratiques criminelles sont parfois eux-mêmes victimes de gangsters et mafieux agissants sur les marchés de la nuit, de la prostitution et de la drogue. Les affaires Kamal à Nice et Émile Louis dans l'Yonne en sont d'autres exemples, où des criminels de droit commun servent de fournisseurs de victimes. Ces groupes criminels ont pour principale fonction de tenir hommes politiques et fonctionnaires d'État au profit de diverses pratiques criminelles (recueil de fonds politiques par l'argent de la drogue et de films pédophiles notamment). Malgré leur petit nombre, les Magistrats Psychopathes, Pervers, Sadiques et Criminels maîtrisent l'ensemble du système de corruption, de par leurs protections politiques au plus haut niveau. Certains professionnels estiment cette catégorie à 10% de l'ensemble de la magistrature française. 
 
2. Les Magistrats Corrompus Actifs 15 % 
 
Cette catégorie regroupe environ 15% de la magistrature. Membres de loges maçonniques et de fraternelles regroupant policiers et juristes de différentes professions, ils sont recrutés par les loges à la sortie de l'École de la Magistrature. Ces magistrats protègent ceux de la première catégorie, arrangent les procès lors des agapes maçonniques ou dans les dîners en ville, touchent leurs cadeaux et enveloppes, en liquide ou sur des comptes bancaires suisses. Ils couvrent et protègent certains gangsters (prostitution, drogues, meurtres) et escrocs (entrepreneurs véreux, mandataires liquidateurs de justice, huissiers, avocats mafieux, commerçants de la nuit). Les témoignages d’acteurs de premier plan sont nombreux. L’affaire Renard à Nice en est un exemple, ou Voirain à Bobigny, ou encore Joubrel à Versailles (pédophilie sur Internet). Il y a quelques années, plus de 60 magistrats ont été impliqués dans une affaire de pédophilie sur Internet, sans qu’il soit à ce jour possible d’en obtenir la liste, restée secrète malgré la publication de l’information par le Canard Enchaîné suite aux actions de la gendarmerie. Des centaines de victimes des Tribunaux de Commerce, des Juges des Tutelles ou des Juges aux Affaires Familiales, soutenus par leurs frères des Tribunaux de Grande Instance et de la Cour de Cassation en sont les victimes impuissantes (spoliations de biens, escroqueries diverses, détournements d’héritages  Belfort (juge compromise et avocats marrons ayant intérêts dans l'affaire, euthanasie dans les Hôpitaux, captation d'héritages des vieux, douaniers qui revendent de la drogue en se servant d'une Eglise de Pérouse comme coke en stock, vols d'affaires personnelles sans qu'on puisse mettre les scellés pour protéger les biens des héritiers, loyers impayés par la Juge coucou), Besançon (bâtonnier juge et partie, traitant jusqu'en appel la défense unique de son protégé avocat marron), Montpellier, Toulouse .:., ruines d’entreprises prospères, destruction de villa non conforme de 20cm, mesuré par un policier municipal qui se révèle conforme après 15 ans de procédures, grâce au frère Alphonse Cacciaguerra, ex-maire de S-C-de-R, impôts non dû mais à payer, etc.). 

Ces magistrats, complices de nombre d’avocats, utilisent systématiquement des signes codés occultes, les désormais bien connus trois points, figurés fréquemment par des étoiles (***) disposées en ligne ou plus souvent en triangle sur les jugements et conclusions d'avocats, pour communiquer entre eux et orienter le sens des décisions judiciaires, au profit des frères concernés et au dépens des citoyens ordinaires. Certains d'entre eux n'hésitent pas à couvrir des crimes de sang, comme à Grenoble, dans l'affaire d'État de l'Ordre du Temple Solaire, présentée comme un suicide pour cacher l'implication de policiers, militaires et politiques dans un massacre collectif. 
 
3. Les Magistrats corrompus passifs - 20 % 
 
Ceux-là, estimés à 20% de la population judiciaire, savent et se taisent, par peur ou par carriérisme. Parfois surnommés Les effaceurs , comme le procureur Barrau envoyé en mission par le Garde des Sceaux Perben à Toulouse pour tenter d'étouffer l'affaire Alègre-Roche, leur principale fonction est de fermer les yeux . Nombre d'entre eux sont frères dune loge le plus souvent de l'obédience GLNF, mais aussi Grand-Orient et y justifient parfois leur présence par la nécessité de surveiller ce qui s'y passe.  
 
4. Les Magistrats Apeurés Négationnistes 50 % 
 
La catégorie la plus nombreuse : environ 50% de la population judiciaire. Fondamentalement honnêtes, tout comme 80% des francs-maçons, capables de rendre une justice intègre lorsqu'ils ne sont pas mis sous pression par le système hiérarchique, les Apeurés Négationnistes sont carriéristes ou modestes, essentiellement animés par la peur d'être mal vus, mal notés, de faire des vagues ou d'être rejetés par le système. Ils savent sans savoir, se doutent mais ne veulent pas savoir. Le mécanisme de défense psychologique principal est le déni et, selon l'expression familière d'un magistrat de la 5e catégorie : ils font dans leurs robes tous les jours . Ceux d'entre eux qui y adhèrent croient que la Franc-Maçonnerie est une école de sagesse et de morale. 
 
5. Les Magistrats Rebelles Intègres 5 % 
 
Trop peu nombreux tout au plus 5%, selon certains d'entre eux - ceux-là sont souvent célèbres car médiatisés. Le plus souvent, ils seront cassés par le système, placardisés en lointaine province ou obligés de démissionner sous les pressions. Parmi eux : Éva Joly, réfugiée en Norvège après l’affaire Elf, Thierry Jean-Pierre, mort récemment dans des conditions qui pourraient laisser perplexes, Éric Halphen, démissionnaire en janvier 2002 après avoir été déstabilisé dans sa vie privée par l’affaire Schuller-Maréchal-Pasqua. Ou encore, Éric de Montgolfier à Nice ou d’autres, plus discrets mais efficaces quand ils le peuvent. Ils sont parfois soutenus par certains officiers de police judiciaire, notamment au sein de la gendarmerie, qui semble avoir conservé un meilleur niveau de conscience des valeurs républicaines. Engagés dans la profession de magistrat sur la base de valeurs morales et d’une démarche intellectuelle orientée vers le service à la collectivité, les Rebelles Intègres découvrent la corruption au fur et à mesure de leur carrière et font le choix risqué dy résister. Ce sont surtout des Juges d’Instruction mais aussi quelques procureurs et juges du siège. À ce jour, ils paient tous un prix très élevé pour leur intégrité et demandent donc aux citoyens de les soutenir. 

 

Méchants, critiques, trop exigeants… Un ancien avocat dresse un portrait peu flatteur des membres de la magistrature!

C'est un portrait des juges au vitriol mais sur un ton des plus humoristiques que dresse l'ancien avocat de Toronto Marcel Strigberger dans l'Aba Journal.

Premier reproche du retraité reconverti depuis deux ans dans l'humour : les juges auraient la mémoire courte. « Ils débutent tous comme avocats, ce qui est une bonne chose ».

Ce qui l'est moins, selon lui, c'est que « les avocats s'attendent à ce que les juges se souviennent de ces longues heures stressantes passées à se battre dans les tranchées et devant des juges pas si gentils ».

La grosse tête

Certains juges auraient aussi tendance à prendre la grosse tête, ce qui pourrait se comprendre : « ils ont le pouvoir d'incarcérer des criminels, d'enrichir financièrement ou de détruire des plaideurs, et même d'arrêter des présidents et des premiers ministres dans leur course ».

Les marques de respect à l'égard des juges pourraient également jouer un rôle dans tout ça.

Ainsi, Marcel Strigberger rappelle qu'en Angleterre on s'adresse à eux en utilisant « My Lord », tandis qu'au Canada on leur donne du « Votre honneur », voire du « Votre seigneurie ».

« Et quand les juges entrent dans la salle d'audience, tous se lèvent devant lui. Nous n'obtenons jamais ce genre de respect nulle part ailleurs, pas même lorsque nous entrons dans un Walmart », déplore-t-il.

Le droit à l'erreur

En plus de ces marques de déférence, Marcel Strigberger pointe du doigt les nombreux avantages des juges et notamment leur nombre de jour de congés.

« Mais peut être que le plus grand avantage est la capacité à faire des erreurs et de prendre de mauvaises décisions. Un juge se trompe et la Cour d'appel peut corriger l'erreur. »

L'ex-avocat humoriste dénonce ensuite les juges méchants. Il se rappelle notamment d’un juge qui avait des exigences sur la tenue des avocats.

« Il y en a un qui a insisté pour que les avocats masculins comparaissant devant lui portent un pantalon noir ou gris. Si un avocat sans méfiance apparaissait dans un pantalon marron, le juge l'interrompait systématiquement en lui disant "je ne vous entends pas"», relate Strigberger.

Ensuite il y a les juges critiques, « qui parviennent à anéantir la confiance du client dans son avocat ». Ou encore ceux qui en demandent trop, « oubliant ce que c'était quand ils pratiquaient ».

Au final, l'auteur espère que certains juges se reconnaîtront dans son texte et, peut-être, « faciliteront la vie des membres du barreau ».

Publié le 14 mai, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0
CORRUPTION TOTALE
 
 

Par Ron Ewart – Le 20 mars 2019

Presque tous les politiciens, juges et bureaucrates sont corrompus.

« Je pleure pour la liberté de mon pays lorsque je constate, au début de son expérience fructueuse, que la corruption a été imputée à de nombreux membres de la Chambre des Représentants et que les droits de la population ont été échangés contre des promesses de fonctions. »  (Président Andrew Jackson)

Andrew Jackson a exercé deux mandats en tant que président de 1829 à 1837.  Il était une figure polarisante et de nombreuses controverses ont eu lieu tout au long de sa présidence, comme le président Donald Trump.  Une des pires controverses de Jackson a été le « chemin des larmes » qui a chassé sous la menace des armes environ 20.000 Indiens Cherokee dans l’Oklahoma, dont près du quart d’entre eux sont morts en cours de route.

Néanmoins, pendant la campagne électorale de Jackson, il avait promis de mettre fin à la corruption au sein du gouvernement et de rétablir les finances de la nation.  Il a réussi à remplacer environ 10% des fonctionnaires, ce qu’il a appelé le « principe de la rotation des fonctions ».  Plus tard, d’autres l’ont appelé le « système du butin ».  Comme aujourd’hui, il n’a pas été en mesure de révéler et d’enlever la corruption systémique avec toute forme de gouvernement, en particulier dans la bureaucratie.

Le président Donald Trump a tenté de « drainer le marais », mais le marais est immense et en place depuis si longtemps.  Assécher le marais est probablement impossible.  Avec près de 3.000.000 d’employés gouvernementaux occupant nos administrations et la plupart d’entre eux des diplômés de nos collèges libéraux qui répudient ouvertement et répugnent aux principes fondateurs de l’Amérique, la tâche qui consiste à assécher le marais est générationnelle. Comment déprogrammer 3.000.000 de bureaucrates ?

Il n’y a aucun moyen de nier que le progressisme ait infecté le marais avec une telle efficacité ; Seul le remplacement d’au moins 70% des occupants du marais changerait suffisamment son caractère.  Malheureusement, cette composition socialiste progressiste unilatérale du marécage conduit à la corruption et à l’abus de pouvoir, comme nous l’avons découvert lorsque le directeur par intérim du FBI, Andy McCabe, et ses deux conspirateurs, Lisa Page et Peter Strzok, ont tenté de dissimuler un crime (Hillary Clinton) et renverser une élection présidentielle (Donald Trump) en utilisant les pouvoirs extrêmes du Département de la Justice et du FBI.

Il semble que beaucoup de politiciens promettent de nettoyer la corruption pendant leurs campagnes, mais la corruption est tellement insidieuse dans le gouvernement, et même dans les entreprises, que c’est devenu une bataille sans fin que nous perdons chaque année.  Dans le gouvernement et les grandes entreprises et autres organisations, la corruption est devenue institutionnalisée.

Le Département de la Justice et le FBI ont récemment dévoilé un excellent exemple de cette corruption dans la population.  Il semble que des personnes fortunées aient mis au point un stratagème pour « acheter » et « tromper » le chemin de leurs enfants dans de prestigieux collèges.  Il s’agissait de corruption, de fraude, de tricherie lors de tests, de falsification de documents, de shopping photo et d’autres activités criminelles, pour ce que l’on ne peut qualifier que de collusion et de racket à des fins personnelles.

Une grande partie de la corruption devient partie intégrante d’un « système » car il y a peu ou pas de surveillance.  Le contrôle du Congrès s’apparente au renard qui garde le poulailler.  Le « système » est régi par le favoritisme, le copinage, le népotisme, le butin, la corruption, la duplicité et d’autres caractéristiques humaines négatives.  Très peu de personnes observent les acteurs du système et la responsabilité est sans égale.  La presse traditionnelle et les gens sont supposés être des chiens de garde du « système », mais, malheureusement, la presse et les gens se sont impliqués et font partie du « système ».  La plupart du temps, les gens ne s’en soucient tout simplement pas, sauf lorsque leurs chèques d’aide sociale sont réduits ou enlevés.  Ainsi, le système corrompu est autorisé à survivre et à se développer, généralement de manière exponentielle.

On ne peut donc nier que presque tous les politiciens, juges et bureaucrates sont corrompus, car le « système » lui-même est corrompu.

La glissade inévitable de l’Amérique vers tous les pays, sociétés et cultures du passé ne peut être ignorée.  Ce qui précipite habituellement la destruction survient après trois conditions de croissance spécifiques.  La première condition est l’apathie de la société ; La deuxième, la dégradation morale ; Et, la troisième, la solidification de systèmes inflexibles, entraînant une augmentation rapide de la réglementation et un renforcement du pouvoir gouvernemental.

La loi est également le moteur du « système » et, à mesure que les lois se multiplient, le « système » devient plus rigide, coûteux et extrêmement inefficace.  Finalement, ces maladies métastasant des millions de lois, la rigidité, la hausse des coûts, l’inefficacité et la résistance au changement, entraînent le système dans la corruption.  Le « système » devient si puissant qu’il devient pratiquement impossible à changer sans un effort extraordinaire.  Parfois, la violence est le seul moyen de changer le « système ».

Le « système » est un enchevêtrement imbriqué d’intérêts nationaux et internationaux étroitement reliés au commerce, à la finance et au commerce, accompagné des outils gouvernementaux du « système » dans les branches exécutives, judiciaires et législatives du gouvernement.  Les tentacules d’un intérêt sont inextricablement reliés aux tentacules de tous les autres intérêts.  Le système existe en raison de l’apathie des citoyens.  Il survit, prospère et grandit grâce à l’argent des citoyens et aux exigences d’intérêts particuliers.

La collusion entre les entreprises, les syndicats, les banquiers, les socialistes, les environnementalistes et la grande catégorie de gouvernement, à tous les niveaux, est le ciment qui maintient le « système » corrompu entre eux.

La corruption et l’endoctrinement sont même entrés dans l’enseignement public et dans l’enseignement supérieur avec l’intrusion insidieuse d’un baba psychanalytique à travers l’apprentissage social émotionnel (SEL), l’éducation basée sur les compétences (CEB) et les normes centrales communes (CCSS), où le programme est axé sur les attributs, les mentalités et les valeurs.  Et le comportement au lieu de la réussite scolaire.  Qui leur a dit qu’ils pourraient jouer avec les esprits en développement de nos enfants de cette façon ?  Pourquoi les avons-nous laissés faire ?

Des avocats, des juges, des greffiers et des dizaines de milliers de règles fédérales régissent le « système » judiciaire, de sorte que si une justice objective trouve un tribunal, il sera devenu un miracle mondial.

Les politiciens corrompus dont la seule priorité est d’être élus ou réélus, dirigent la branche législative du gouvernement et font partie du « système ».  Même les bons politiciens, si ce n’est pas une contradiction dans les termes, seront finalement aspirés dans le « système ».

Le « système » nous a donné le 16ème amendement, la Réserve Fédérale et le Système du Revenue Interne.  Le « système » a amené les Américains à suspendre le Gold Standard.  Le « système » nous a donné de l’argent sans valeur qui est un instrument d’endettement et qui ne repose sur rien.  La monnaie américaine n’a pas de valeur et s’appuie sur un mirage créé par le gouvernement.  Le « système » nous a donné 80 programmes d’aide sociale qui se chevauchent qui gaspille l’argent de nos taxes comme l’eau au-dessus des Chutes du Niagara.

Le « système » nous a donné un média dépourvu d’objectivité et personnifiant à présent un biais « libéral » totalement libéral, à quelques exceptions près.  Le système nous a donné des collèges libéraux qui n’épousent plus qu’un point de vue libéral et qui font taire tous les autres.  Le « système » nous a donné un environnementalisme radical qui dit à l’homme qu’il est un virus sur la terre, qu’il doit être lourdement réglementé et que les libertés doivent être refusées.  Le « système » nous a donné la justice sociale, une idéologie libérale qui fait la promotion et soutient uniquement les droits collectifs, jamais les droits individuels.  Dans ces conditions, la Constitution américaine n’a plus guère de sens et a été remplacée par le favoritisme, la collusion, la corruption et le socialisme.

Les bureaucraties gouvernementales sont d’excellents exemples de « systèmes » bien établis qui s’opposent à toute tentative visant à les rendre plus efficaces ou à les démanteler complètement.  Comme nous l’avons écrit dans un autre article, « étant donné que la plupart des programmes gouvernementaux constituent un fouillis profond de gaspillage, de fraude, d’abus et de corruption, le coût par rapport aux avantages de tout programme gouvernemental est vraisemblablement dans les toilettes ».

Qui gère le « système » ?  Le « système » est géré par des millions de voyous complaisants qui n’ont aucune idée du fait qu’ils font partie d’un puissant dragon cracheur de feu qui consume des nations, écrase la liberté individuelle et dissipe la dissidence.

Tout le monde sait que le Service du Revenu Interne est totalement corrompu, dysfonctionnel et, dans de nombreux cas, illégal et pourtant il vit toujours. Pourquoi le Congrès n’a-t-il pas résolu le problème ?  Parce que des millions d’emplois en comptabilité et dans le domaine juridique disparaîtraient si le service était démantelé ou restructuré pour être moins compliqué.  Ces emplois ont un puissant lobby à Washington (le « système ») et ne laisseront jamais le Congrès les supprimer.

Comme nous l’avons dit précédemment, le « système » s’appuie principalement sur des intérêts particuliers.  Les intérêts particuliers peuvent être l’argent, le socialisme, l’environnementalisme, le bien-être, l’utilisation des terres, le racisme, l’immigration, les soins de santé, les changements climatiques, les entreprises, les syndicats et même des groupes de défense des droits des animaux.  En Amérique, il y a des intérêts particuliers pour chaque occasion et leurs lobbyistes ont tous leurs lobbyistes à Washington et dans chaque législature d’un état, pour marteler la table et exiger que leur projet animalier soit financé par votre argent.

En septembre 2018, votre gouvernement a dépensé plus de $96 milliards en dépenses de fin d’année fiscale allant jusqu’à utiliser ou à perdre de l’argent, par exemple pour un fauteuil de $9.241, des tables de Chine à $53.004, l’alcool à $308.994, des voiturettes de golf à $673.471, des queues de homard et des crabes à $4,6 millions, des Iphones et des Ipads à $7,7 millions et le matériel d’entraînement et de loisirs à $9,8 millions.  Mesdames et Messieurs, voici l’argent qu’ils dépensent et ce qu’ils font avec votre argent.  Ils vivent hautement avec votre argent pendant que vous transpirez sang et larmes pour payer vos impôts. C’est de la corruption et de l’arrogance au plus haut niveau.

Une fois encore, il est indéniable que presque tous les politiciens, juges et bureaucrates sont corrompus, car le « système » lui-même est corrompu.

Si vous faites partie de ceux qui pensent que Donald Trump et ses disciples sont la solution, vous croyez aux mirages.  Il est impossible que lui ou eux puissent nettoyer le « système » à eux seuls.  Il y a un besoin de conseillers hautement compétents et bien connectés, ainsi que de la majorité des personnes qui les suivent, pour surmonter le « système ».  Et, même cela ne suffit pas.  L’Amérique a besoin de quelque chose d’autre.

Le « système » et la corruption institutionnalisée peuvent être vaincus pacifiquement, mais pas tous en même temps.  Il doit être démonté en petits morceaux.  Un petit groupe de personnes dévouées pourrait commencer à enquêter sur les politiciens, les juges et les bureaucrates pour découvrir et dénoncer la corruption institutionnalisée que tout le monde sait exister.  Mais ces enquêteurs et groupes de citoyens ont besoin d’une structure autour de laquelle des enquêtes de citoyens peuvent avoir lieu.  Nous avons mis au point une telle structure, ainsi que l’organisation, les informations, instructions, processus et incitations financières nécessaires pour motiver les gens à faire ce qui est juste pour sauver l’Amérique … en toute légalité !  Nous appelons cette structure ORDCA et quiconque ayant une intelligence normale peut le faire.

Lorsque les politiciens, les juges ou les bureaucrates corrompus sauront que vous les recherchez, ils vont regarder par-dessus leurs épaules.  Quand l’un d’eux tombera par l’épée de votre quête incessante de responsabilité, le reste deviendra nerveux, sachant que vous suivez leur chemin et que vous approfondissez leur vie et leurs activités.

Pensez maintenant aux ravages que nous pourrions provoquer s’il y avait 10.000 citoyens enquêteurs dénonçant la corruption politique.  Enfin, les politiciens commenceraient à craindre une fois de plus le peuple et la liberté pourrait être imminente.

Comme nous l’avons dit à maintes reprises auparavant, les libertés ne peuvent exister si le peuple et les politiciens n’ont pas d’honneur et que la corruption est la norme, pas l’exception.  Nous exposons la corruption ou, à la fin, elle nous détruira.  Nous pouvons le faire pacifiquement et légalement, ou nous pourrions être forcés de faire la guerre pour préserver nos libertés.

Source: News With Views