Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII : Russie: Une seconde base militaire russe sur le sol syrien !

Publié le par José Pedro

Une seconde base militaire russe sur le sol syrien !

La Guerre s'intensifie en Syrie.

Le journal « Al-Qods al-Arabi », citant des sources bien informées a écrit que Damas était d’accord avec une seconde base militaire russe, sur le territoire syrien.

Une source bien informée a déclaré dans un entretien avec « Al-Qods al-Arabi » que la Syrie avait demandé à la Russie de créer une nouvelle base militaire, dans la ville portuaire de Jabala. Ce sera, après la base de Tartous, la deuxième base militaire russe en Syrie.

Selon cette source, Damas a donné son aval à la construction de cette deuxième base qui sera plus moderne et plus importante que la base de Tartous. « Al-Qods al-Arabi » a écrit que le président syrien Bachar al-Assad avait annoncé, dans un entretien avec une chaîne russe, en mars dernier, que les possibilités de la construction d’une base militaire russe en Syrie existaient. Le chef de l’Etat syrien avait dit que son pays attendait une telle proposition et qu’il l’accepterait bien sûr. Le président syrien avait affirmé que, vu le rôle important de la Russie dans le rétablissement de la stabilité mondiale, plus la présence de la Russie est renforcée dans la région, plus la stabilité régionale sera garantie.

 

« La décision de Moscou de vouloir construire une nouvelle base en Syrie signifie le fait que la Russie respecte son engagement envers sa coalition stratégique avec Damas et qu’elle ne permettra jamais que le régime syrien soit renversé. Car son alliance avec la Syrie est liée à la nature militaire et politique actuelle de la Syrie, qui s’inscrit, à vrai dire, dans la lignée de l’ère de l’ancien président syrien Hafiz Assad », a conclu « Al-Qods Al-Arabi ».

Les manœuvres militaires. La bataille fait rage sur le terrain, les manœuvres militaires ont déjà lieu au large des eaux territoriales syriennes depuis plusieurs semaines. Les bases militaires sont en état d’alerte maximun (américaine Incirlik en Turquie, britannique Akrotiri à Chypre, Russe-Syrie Tartous).

BAtaille navale Syrie

Migrants

Crise des migrants: la Riviera Française sous haute tension

© AP Photo/ Edvard Molnar
INTERNATIONAL
URL courte
362391

Compte tenu de sa proximité avec la ville italienne de Vintimille, la ville de Menton (Alpes-Maritimes) est l’un des points de passage des migrants qui cherchent à rejoindre le nord de l’Europe.

 

Dans la ville frontalière italienne de Vintimille, les migrants illégaux se retrouvent dans une situation sans issue, la France ayant fermé sa frontière avec l'Italie à tous les sans-papiers.

Les policiers français ne laissent pas entrer en France les migrants en situation irrégulière, en les renvoyant en Italie. Aussi, le camp de réfugiés venus de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan, du Soudan et d’autres pays ravagés par les guerres et les persécutions, ne cesse de croître sur le territoire italien. 

"J'ai essayé de gagner Paris par train, mais les policiers m’ont attrapé à chaque fois et renvoyé à Vintimille", raconte un migrant. 

Les autorités italiennes sont indignées, mais Jean-Claude Guibal, maire de Menton, ville qui fait face à l’afflux ininterrompu de migrants dans le sud de l’Europe depuis plusieurs mois, souligne que la France agit conformément aux lois de l'Union européenne.  

Et de rappeler qu'en vertu des accords de Schengen, "c’est au pays dans lequel arrivent les réfugiés de les prendre en charge, et que ce pays se met en faute s’il laisse des immigrés pénétrer dans un autre Etat de l’UE, la France, en l’occurrence". 

M.Guibal reconnaît que "la Grèce et l’Italie ne peuvent pas à elles seules contrôler un littoral aussi important" et qu'il faut peut-être "revoir les accords de Schengen". 

"Ils (accords de Schengen, ndlr) ont été conçus pour permettre la libre circulation des ressortissants européens à l’intérieur de cet espace. Ils n’ont pas été conçus pour assurer la protection des frontières extérieures de l’Europe ou pour faire face à des situations de flux migratoires puissants, comme celle que l’on connaît actuellement", a indiqué le maire de Menton. 

Pourtant rien ne change pour le moment, et la tension dans les relations entre voisins européens ne fait que monter.

 
Lire aussi:
Migrants: la police britannique à Calais
 
Migrants: débordée, la Grèce en appelle à l'Union européenne
 
Drame des migrants: un eurodéputé exige un nouveau sommet d'urgence



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150822/1017710598.html#ixzz3jYAul0cN

Plateau du Golan. Soldats israéliens à la frontière avec la Syrie

Israël: explosion de missiles tirés depuis la Syrie

© REUTERS/ Baz Ratner
INTERNATIONAL
URL courte
Le conflit au Proche-Orient (1373)
134146203

Quatre missiles ont été tirés en direction d'Israël depuis une région frontalière syrienne en proie à des combats acharnés entre l'armée gouvernementale et les groupes islamistes.

 

Quatre missiles lancés depuis la Syrie ont explosé jeudi sur le territoire israélien sans faire de victimes, a annoncé le porte-parole de l'Armée de défense d'Israël, le lieutenant-colonel Peter Lerner.

"Quatre missiles ont été tirés contre Israël depuis la Syrie: deux ont explosé en Galilée et les deux autres sur le plateau du Golan", a déclaré le porte-parole.

 

"Nous avons des informations faisant état de plusieurs incendies", a indiqué M. Lerner. Selon la radio publique israélienne, il s'agit de feux d'herbe sèche et de broussailles provoqués par les explosions.

 

"Mais il n'y a pas de victimes", a ajouté le lieutenant-colonel.

Les experts estiment que les tirs n'étaient pas prémédités. Les missiles ont été lancés depuis une région frontalière syrienne qui est le théâtre d'affrontements violents entre les forces gouvernementales et les groupes islamistes armés.

Dossier:
Le conflit au Proche-Orient (1373)
Lire aussi:
Israël pourrait lancer une attaque terrestre en Syrie
 
Israël-Syrie: Moscou préoccupé par la situation sur le Golan
 
Israël attaque des sites militaires en Syrie



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150820/1017682913.html#ixzz3jYBUphYZ