WWIII : LE GRAND RÉVEIL, L’ANTÉCHRIST et LE FAUX PROPHÈTE.

Publié le par José Pedro

Afficher l'image d'origine

L'Antéchrist ou l'Antichrist est matérialisé par Obama et le Nouvel Ordre Mondial. Le système répond à la bête. Le Pape François 1er se comporte comme le faux Prophète.

« la « Compagnie de Jésus »,…n'a jamais changé de cap, et a toujours visé l'établissement d'un Ordre Mondial sous l'autorité du Pape…. » ( Eric PHELPS Dans son ouvrage Historique « VATICAN ASSASSINS »http://www.vaticanassassins.org/category/jesuits/ )

« Les Jésuites sont une organisation militaire, pas un ordre religieux. Leur chef est un général d'armée, pas le père abbé d'un monastère simple. Et le but de cette organisation est le pouvoir - le pouvoir dans son exercice le plus despotique - pouvoir absolu, pouvoir universel, le pouvoir de contrôler le monde par la volonté d'un seul homme » (ie, le Pape Noir, le Supérieur Général des Jésuites).

Napoléon Ier (c.-à-Napoléon Bonaparte, 1769-1821; empereur disait :

« Jésuitisme est le plus absolu des despotismes [sic] - et en même temps le plus grand et le plus énorme des abus ... »

Voltaire disait :

"Si l'on veut bien y faire attention, la religion catholique apostolique et romaine est, dans toutes ses cérémonies et tous ses dogmes, l'opposé de la religion de Jésus."

Alphonse de la Martine disait :

" Je n'aime pas l'Institut des Jésuites. Élevé dans leur sein, je savais discerner, dès cette époque, l'esprit de séduction, d'orgueil et de domination qui se cache, ou qui se révèle dans leur politique, et qui, en immolant chaque membre au corps et en confondant ce corpus avec la religion, se substitue habilement à Dieu et aspire à donner à une secte surannée le gouvernement des consciences et la monarchie universelle de la conscience humaine. "

L'ancien Prêtre du Vatican, Gérard Bouffard :

« L’homme connu sous le nom de Pape noir contrôle toutes les décisions majeures faites par le Pape (Blanc) et contrôle alternativement les Illuminati »

« Les Jésuites sont en définitive les véritables dirigeants du Nouvel Ordre Mondial… dans le but d'apporter un gouvernement fasciste mondial et une religion mondiale basée sur le Satanisme et la religion Luciférienne. »

Le prêtre Jésuite Malachi Martin :

« Combien de fois ai-je prévenu et averti que Satan entrerait dans les plus hautes sphères de la hiérarchie de Rome. Le Troisième Secret, mon enfant, c'est que Satan entrera dans l’Eglise de mon Fils. »- Notre-Dame des Roses, le 13 mai 1978

« QUICONQUE CONNAIT L'ETAT DES AFFAIRES AU VATICAN AU COURS DES 35 DERNIERES ANNEES EST BIEN CONSCIENT QUE LE PRINCE DES TENEBRES A POSSEDE ET POSSEDE ENCORE SES SUBSTITUTS DANS LA COUR DE SAINT-PIERRE, A ROME ». Dans l'article « The Fatima Crusader »

Svali ex-Illuminati des USA :

"Tout cela ramène au Vatican et tous nos leaders (Illuminati) prennent leurs ordres de marche de Rome. Ce n'est pas de la fiction. Je le sais parce que j'ai vécu cela pendant beaucoup d'années."

William Schnoebelen ex-Satanique, ex-Illuminati, ex-Franc-maçons :

« Le Vatican est maudit, l’Église pervertie ! », « …devenu le refuge des démons, le repère de tout esprit impur et des démons » (…) « Le pourrissement et les scandales vont tout simplement continuer jusqu’à ce que l’avènement de l’Antéchrist vienne remplacer cette ère indécente ».

Greg Szymanski Journaliste Indépendant :

« …En clair, ce groupe qui manipule la politique mondiale depuis quatre siècles a pour nom « COMPAGNIE DE JESUS ». C’est en réalité une société secrète dissimulée sous l’apparence d’une congrégation de prêtres… »

« …La « Compagnie de Jésus » est la société secrète la plus structurée et sans doute la plus active sur la terre… »

Eric PHELPS auteur d'un ouvrage Historique : « VATICAN ASSASSIN » :

« …Les jésuites, eux, sont une armée. Ce sont des soldats. Ils sont sous serment. Lorsque vous recevez l'enseignement du 4° degré, on vous donne les Instructions Secrètes. Selon un autre gentleman, il existe un degré au-delà du quatrième, qui relève du Luciféranisme absolu…. »

Helena Blavatsky disait :

« Toutes les armées de Satan n’ont pas fait autant de mal sur la terre que les Jésuites »

.

2-Organisations-ILLUMINATI-JESUITES.PNG

 

 

L’énigme de l’Antéchrist enfin résolue

saint-sacrement

Ce qui est probablement le plus grand secret au monde est enfin résolu et sera révélé dans cet article, accompagné d’un éclairage sur la situation actuelle et les événements à venir. Car une fois que l’on a compris qui était l’Antéchrist, on peut se situer sur le calendrier de la fin des temps avec une meilleure précision.

L’Antéchrist, il en a été question sur ce blog à de nombreuses reprises. La réflexion sur le sujet et son approfondissement mènent à la solution. Celle-ci est relativement simple.
Il faut juste admettre une chose : le Saint-Esprit nous donne la compréhension des événements une fois qu’ils se sont produits. Pas avant, après. Et quelquefois longtemps après.

J’ai écrit à plusieurs reprises en 2013 que l’Antéchrist se révèlerait en 2014. Je peux confirmer maintenant que c’était exact.
J’ai écrit que le pape François était le faux prophètela bête de la terre, qui sévit en même temps que la bête de la mer. C’était exact.
J’ai écrit que l’Antéchrist était d’abord et avant tout un système : la bête de la mer a 7 têtes et 10 cornes qui sont en réalité un système politique, économique, culturel, social et religieux d’une puissance redoutable, et universel. Un système qui conduit à sa propre adoration : la description donnée par l’Apocalypse conduit les hommes à adorer ce système, c’est à dire à ce qu’il prenne la place de Dieu dans leur cœur et leur esprit. A partir de ce moment-là, vous pouvez « adorer » ce que vous voulez : l’argent, les plaisirs de la chair, les voitures, votre propre corps, la science… bref vos préoccupations sont tournées vers tout sauf Dieu. Il s’agit de détourner les hommes de l’adoration du Dieu véritable et pour cela, en définitive, le système conduit l’homme à s’adorer lui-même. Elle est là la signification du 666 : le chiffre de la bête est « un chiffre d’homme » car la bête désigne l’homme qui se divinise en lieu et place de Dieu, et qui se glorifie lui-même.
Tout ceci est exact et constitue la société antichristique mondialisée dans laquelle nous vivons aujourd’hui.

La plupart des exégètes considèrent que la bête de la mer, le système donc, était l’Antéchrist, et que celui-ci doit être à moment donné un homme à part entière, sorte de concentré de toutes les iniquités que la terre ait pu porter.
Mais on vient de voir que ce système consistait à bâtir un type d’homme plutôt qu’un seul homme, un homme matérialiste,athéeidolâtre (pour les autre religions) ou apostat (pour la plupart des catholiques qui ont suivi Vatican II).
On a vu aussi que 7 têtes et 10 cornes désignaient plutôt un système aux têtes multiples qu’un seul homme. Reste la 8ème tête.

L’explication est toute simple : l’homme concentré de toutes les iniquités (la 8ème tête) reste le type d’être humain bâti par le système. La bête de la mer est sans aucun doute un système avec les hommes qui y sont associés et qui ne peuvent acheter ni vendre sans la marque de la bête : le système bancaire et financier actuel.
Mais la bête de la terre, qui sévit je le rappelle en même temps que celle de la mer, n’est pas décrite comme une bête multiple mais comme un personnage à part entière, qui a des cornes semblables à celles de l’Agneau, mais qui parle comme le dragon. Il s’agit bien d’un personnage, et la seule personne au monde qui est semblable à l’Agneau; c’est le vicaire du Christ : le pape, car l’Agneau est une des figures classiques du Christ dans les Ecritures.
Ceci rejoint la prophétie de la Salette : Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist.
Enfin, cette bête de la terre, ou faux prophète, conduit les hommes à adorer la première bête, c’est à dire le système antéchristique si vous me suivez.

Or le faux prophète François fait exactement cela : son discours n’est absolument plus catholique mais maçonnique : le Christ n’est plus au centre de ses préoccupations, et en aucun cas le remède aux maux de notre temps. Il fait la promotion du monde multipolaire, égalitariste, humaniste, laïciste et socialiste mis en place par la synagogue de Satan via des entités supra-nationales comme l’ONU et les pays les plus riches de la planète (le G7).

Voilà notre Antéchrist-personne : le pape François. Celui que l’on appelle l’Antéchrist est aussi le faux prophète de l’Apocalypse.
Si on veut que l’Antéchrist soit un homme, il ne peut être que la bête de la terre car seule cette description correspond à un être humain.
L’erreur était de considérer que la 8ème tête de la bête de la mer serait un homme ; une fois pour toutes, il faut admettre que la bête de la mer n’est rien qu’un système. Ou un démon. Et un type d’homme. Mais sûrement pas UN homme.

Est-ici la résolution de l’énigme ?
Non.

Résultat de recherche d'images pour "photos OBAMA et le PAPE François"

Les 666 mois de l’Antéchrist : le révélateur

C’est le « 555 » d’Holzhauser qui m’a permis de comprendre la solution finale.
Le vénérable Holzhauzer avait calculé en 1658 que l’Antéchrist vivrait 55 ans et demi car 666 mois font 55,5 ans.
En fait il n’était pas tombé loin : cela voulait dire en réalité que l’Antéchrist se révèlerait à 55 ans et demi; le 666 est unrévélateur. L’invisible devient visible.

Revenons à nos précédents propos.
J’attendais l’Antéchrist en 2014 car j’avais calculé qu’entre l’élection de Jean XXIII à la papauté (28 octobre 1958) et sa canonisation (27 avril 2014) il y avait très exactement 55 ans et demi.
Donc il y avait un rapport évident avec l’Antéchrist.
Ce rapport, je l’avais immédiatement fait avec l’Antéchrist-système : sa composante religieuse (l’Antéchrist-religion) était entrée en scène quand le modernisme s’est invité à la tête de l’Eglise. C’est même plus grave que ça. Une des composantes de la synagogue de Satan, la franc-maçonnerie, atteint pour la première fois le sommet de l’Eglise.
Un séisme. L’abomination de la désolation. La Salette qui s’accomplit : Rome perdra la foi.
Effectivement les années qui suivent voient l’émergence d’une nouvelle église, d’une contre-église même, bâtie sur le concile Vatican II et sur une refonte de l’ensemble de la doctrine et de la liturgie.
C’est l’Antéchrist-religion.
Une fois l’Eglise catholique investie, c’est chose facile pour Satan de d’étendre son monde au reste de la société. Il n’y a qu’à voir les progrès foudroyants du vice, du matérialisme, du socialisme et de la perversion des esprits depuis 1958. Pas uniquement en Europe : dans le monde entier.

Le 27 avril 2014, le pape François canonise, donc déclare saints, les deux principaux artisans de la construction de cette contre-église (Jean XXIII et Jean-Paul II), il canonise Vatican II. La bête dépasse les bornes. Elle révèle sa véritable nature, elle se révèle en tant qu’Antéchrist-religion, et du coup elle révèle la véritable nature du pape François : le faux prophète est en réalité l’Antéchrist-personne. Grâce au 666.
Le 19 octobre 2014, il déclarera Bienheureux le troisième comparse (donc inscrit au catalogue des saints) : Paul VI. La boucle est bouclée. Tout en 2014.

Résultat de recherche d'images pour "photos OBAMA et le PAPE François"

L’Antéchrist est entré dans sa vie publique en 2014

La stratégie du dragon apparaît dorénavant de plus en plus clairement, car elle est calquée sur la vie du Christ, avec des variantes imposées par le divin Créateur. Satan imite avec des limites.

Le 13 octobre 1884, le pape Léon XIII entend un dialogue entre Satan et Jésus, où ce dernier autorise le diable à détruire son Eglise et lui donne un délai de 100 ans pour cela.
Mais attention : cent ans pour détruire l’Eglise ne veut pas dire qu’au bout de 100 ans tout s’arrête : cela veut dire qu’elle est détruite.
J’ai découvert récemment que le méridien de Greenwich (ou point zéro) avait été décidé le même jour, 13 octobre 1884. C’est essentiel comme découverte car cela confirme que le jour du dialogue de Léon XIII est bien le point zéro.
Notre alpha.
Reste à trouver la fin : l’oméga.
Par conséquent, 1884 + 100 ans = 1984.
L’initié Georges Orwell avait tout simplement fait le même calcul : puisqu’en 1984 l’Eglise serait détruite, il avait imaginé ce que serait le monde de l’Antéchrist à cette époque.
C’est là que le lien avec le modèle est intéressant : la vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ se décompose en 30 ans de vie cachée et un peu plus de 3 ans de vie publique.
En 1984, l’Eglise est effectivement détruite et éclipsée par la contre-église de Vatican II (pour reprendre les termes de la Salette) mais notre Antéchrist-système entame alors sa vie cachée de 30 ans ! Tout simplement.
C’est pourquoi l’Antéchrist se révèle en 2014, au bout de 30 ans : il entre dans sa vie publique !
C’est à dire que l’on ne commence vraiment à faire le lien entre le pape François et l’Antéchrist qu’en 2014. Et encore… on notera que la dernière canonisation (béatification en réalité) s’effectue le 19 octobre, soit quelques jours après le fatidique 13 octobre.

Doit-on calculer les 42 mois de l’Antéchrist à partir de 2014 (entrée dans la vie publique) ou du 13 mars 2013, date de son élection au souverain pontificat ?
Je pense que la date de référence c’est 2013, car la bête, même cachée, commence immédiatement son travail de destruction massive.
Soit une fin très proche (nous avons dépassé les 38 mois), confirmée par le calendrier de l’adversaire comme nous allons le voir plus loin.
Cependant, s’il fallait calculer les 42 mois à partir de 2014, la date de référence serait plutôt celle du « 555 » à savoir le 27 avril, ce qui nous mènerait en 2017. Sauf si la réduction de ce temps promise par Jésus correspond à celle du premier calcul (basé sur 2013) ce qui est tout à fait envisageable.

De la mort de l’Eglise à sa résurrection

La découverte du 27 avril 2014 comme point de référence de la révélation au monde de l’Antéchrist nous mène à effectuer un autre parallèle.
J’ai parlé à plusieurs reprises de la mort de l’Eglise. Une mort mystique bien entendu.
Celle-ci nous a été confirmée, ou annoncée, le 24 avril 2014 soit 3 jours avant le 27 avril.
Ce jour-là, anniversaire du génocide arménien, la grande croix de Brescia s’est effondrée, causant la mort d’un jeune homme. J’avais bien enregistré l’avertissement à l’époque mais sans en comprendre la véritable signification.
Cette chute annonçait pour le 27 avril la mort effective de l’Eglise, mais attention, pas de l’Eglise réelle (celle contre laquelleles portes de l’enfer ne prévaudront pas), non de l’Eglise officielle, celle de Vatican II, de la contre-église. J’en veux pour preuve que le Christ qui s’effondre est une œuvre moderne, typique de cette contre-église, et réunissant les 3 papes qui ont l’ont construite et qui ont été canonisés en 2014 : Jean-Paul II (la croix a été érigée à l’occasion de sa venue à Brescia), Paul VI (originaire de Brescia, à qui la croix rendait hommage) et Jean XXIII (le jeune homme tué habitait Via Jean XXIII).

Continuons le parallèle.
Nous savons par les évangiles que Jésus est crucifié la veille du sabbat solennel de la Pâque et qu’il fallait que les corps soient enlevés avant la nuit car la Pâque commençait ce soir-là.
Donc le Christ est crucifié le 14 Nizan, c’est une certitude.
Il repose au tombeau le 15 Nizan (samedi) et ressuscite le 16 Nizan au matin ; autre certitude.
Le parallèle avec nos années est facile.
14 Nizan = 2014 – mort de l’Eglise (27 avril)
15 Nizan = 2015 – période au tombeau
 – obscurité, incertitudes, angoisses
16 Nizan = 2016 – le 3ème jour (ici, la 3ème année) l’Eglise ressuscite : c’est la Jérusalem céleste annoncée dans l’Apocalypse.

 

Les deux témoins : l’Eglise fidèle

Pour être raccord avec l’Apocalypse et comprendre les événements, il reste à expliquer qui sont les 2 témoins.
Là aussi, j’ai déjà longuement expliqué que les témoins, les deux oliviers et les deux chandeliers, ce sont les témoins de la foi. Jésus insiste dans les évangiles sur ces notions de témoins de la foi, de fidélité à la parole de Dieu et à la loi et aux prophètes.
Voilà qui sont les deux témoins : Enoch et Elie figurent tous les hommes restés fidèles à la loi et aux prophètes. Dieu ne change pas, ses lois sont immuables, sa doctrine et sa liturgie aussi. L’Eglise catholique au moment de Vatican II n’avait pas le droit d’adapter au monde païen son enseignement séculaire car elle a cherché à ce moment là à être compatible avec ses pires ennemis. On en voit le résultat : la quasi totalité des catholiques sont des apostats qui s’ignorent et qui professent une religion humaniste bien loin de celle créée par le Christ.
Or la durée de vie des deux témoins est la même que celle des deux bêtes, tout simplement parce que les fidèles à la foi de toujours vont se battre contre cette nouvelle église dès le commencement : ils suivent un chemin parallèle.

Leur chef de file fut monseigneur Lefebvre et l’Eglise réelle est probablement représentée par la Fraternité saint Pie X, mais pas seulement, car l’Eglise qui ne meurt pas vit dans le cœur de tous ceux restés fidèles à la foi de leurs pères, à la foi catholique de toujours.

Avec l’arrivée au pouvoir du faux prophète, le pape François, ils sont eux aussi considérés comme morts et ce pour la même durée : 3 jours et demi, ou trois ans et demi : c’est la même chose. L’Apocalypse désigne une même durée en 3 et demi de différentes façons.
D’ailleurs, nombreux sont ceux, dans la tradition, qui sont illusionnés par le pape François, accomplissant ainsi la prophétie : « et il fut donné à la bête de faire la guerre aux saints et de les vaincre. »
Leur résurrection sera parallèle avec la résurrection de l’Eglise, elle est concomitante avec les événements de la 7ème trompette, qu’elle inaugure.

 

Le calendrier de l’adversaire est le même que le nôtre

Maintenant que nous avons identifié l’Antéchrist avec certitude, voyons si du côté de Satan le programme est le même.
La réponse est oui.
Satan fonctionne en mode inversé.
Pour nous
, Babylone est la société moderne qui nous entoure, paganisée, laïcisée et pervertie à l’extrême ; sa chute (car les bêtes chutent avec elle) sera l’annonce de la résurrection de l’Eglise (Jérusalem céleste), du retour du Christ et du jugement dernier.
Pour Satan, c’est pareil mais à l’inverse : Babylone, ou Edom, c’est la civilisation chrétienne qui doit être totalement éradiquée afin de faire éclore un nouveau monde, sa Jérusalem céleste à lui, dirigé par le fameux Messie des juifs, que certains confondent avec l’Antéchrist.
Ses partisans (la synagogue de Satan) suivent donc un programme de destruction de la civilisation chrétienne assez bien réussi jusqu’ici, mais qui nécessite tout de même au final une destruction physique des populations les plus dangereuses, à commencer par tout ce que comprend la chrétienté au sens large.

Quel est leur calendrier secret ?
D’après ce que j’ai compris, celui-ci est lié à l’année juive 5777 qui commence le 4 octobre 2016.
Celle-ci est à cheval sur 2016/2017 : or 2016 a la valeur de 216 sans le zéro, soit, selon leur croyance, les 216 mots qui composent le nom de Dieu.
D’autre part, il semblerait que l’échéance soit même très proche, car le 7 juin prochain, Israël entrera dans son jubilé du Jour de Jérusalem.
En effet, Jérusalem fut conquise en totalité le 7 juin 1967 lors de la guerre des six jours. Il y aura 49 ans révolus cette année. Un jubilé commençant la 50ème année, celui-ci démarre le 8 juin 2016.
D’où le choix du 8 juin 2014 (encore 2014), pour effectuer une prière commune au Vatican réunissant le président israélien, le président palestinien et le pape.
C’était le jour de la Pentecôte, donc le jour anniversaire de la naissance de l’Eglise. On comprend maintenant la signification cachée de cette date : elle annonçait la fin définitive de l’Eglise deux ans plus tard, pour leur jubilé à eux.

On comprend aussi pourquoi le pape François a fixé le jubilé de la miséricorde sur 2016 et non sur 2015, car un jubilé se fête toujours la 50ème année et non pas la 51ème ; mais il fallait qu’il soit raccord avec le futur jubilé de la synagogue de Satan.

On comprend enfin la raison pour laquelle à la date cruciale du 7 juin 2016 devait être aux commandes d’Edom des FrançoisFrançois Hollande (la France, fille aînée de l’Eglise, représente toujours le trône dans leur esprit) et le pape François au Vatican (l’autel). Il ‘agit ici de détruire cette alliance du trône et de l’autel qu’ils haïssent depuis toujours, même si elle n’est plus que symbolique. Ils doivent le faire l’année où leur Messie apparaîtra, année qui commence un 4 octobre, c’est à dire le jour de la saint François.
Rien n’est laissé au hasard.

Rappelons, pour clore sur ce sujet, que François veut dire Français et que les occultistes qui dirigent la synagogue de Satan savent pertinemment que la France représente l’Israël de la nouvelle alliance. Cette nouvelle alliance, que le Christ a réalisée par son sang sur la croix au Golgotha, ils veulent la faire disparaître corps et biens.

Donc la synagogue de Satan a une date limite inconnue mais qui tourne autour de ces trois éléments essentiels : l’année juive 5777, l’année civile 2016 et le jubilé de la conquête de Jérusalem du 7 juin.

Cette date limite, pour la respecter (mais ont-ils le choix ?), ils doivent l’annoncer d’une manière ou d’une autre, et ils viennent de le faire en faisant exploser l’avion d’Egyptair le 19 mai dernier.

Ils savent, autant que nous, ce que signifie le 19 mai : la fin du monde ou plutôt d’un monde.
Le leur pour nous, le nôtre pour eux.
Cet accident, qui n’en est pas un, révèle leur stratégie et surtout leur positionnement dans le calendrier : ils en sont à la fin.
Justement, nous considérons nous aussi que la fin est proche.
Explications. Le Lien:

Afficher l'image d'origine

La synagogue de Satan suit le livre d’Isaïe

L’avion d’Egyptair transportait 56 passagers + 10 d’équipage : 66 en tout.
Voilà les deux chiffres que l’on retient : 56 et 66.
Il s’agit d’Isaïe 56-66.
Les élites occultes qui dirigent le monde sont des juifs kaballistes qui connaissent parfaitement la bible. Le programme qu’ils suivent est tout simplement celui d’Isaïe, appelé « le prophète royal », qui annonce l’Emmanuel. Le Messie. Pour eux, leur messie.
Voici ce que dit la bible à propos du livre d’Isaïe :
« Son livre se compose de trois grandes parties, à savoir les chapitres 1 à 39, les chapitres 40 à 55, et les chapitres 56 à 66. Quand on lit le livre d’Isaïe, on y découvre un parcours. Les débuts sont marqués par les invectives à Israël et aux nations. Puis on rencontre les prophéties messianiques, qui débouchent sur une annonce de l’exil. Alors vient le livre qui console les exilés en leur annonçant la prochaine libération du peuple de Dieu. Enfin, dans la troisième partie du livre, la libération a eu lieu. »
Les chapitres 56 à 66 sont les derniers, et décrivent le salut d’Israël : l’oracle contre les idolâtres (pour eux, les idolâtres ce sont les chrétiens), les nations en marche vers Jérusalem où rayonne la gloire de Dieu, la gloire de Sion et sa revanche sur les nations, le jugement, l’annonce d’un ciel nouveau et d’une terre nouvelle, et la renaissance de Jérusalem.
Voilà ce qu’ils annoncent au monde.
Voilà où ils en sont.

Parce que le reste d’Isaïe est déjà réalisé, et on y trouve les événements de ces dernières années :
– Isaïe 13 : oracle sur Babylone (chute du monde chrétien)
– Isaïe 14 : chute du roi de Babylone (Benoît XVI ?)
– Isaïe 17 : oracle sur Damas (guerre de Syrie)
– Isaïe 19 : oracle sur l’Egypte (révolution en Egypte, élection de Morsi)
– Isaïe 24 et suivants : Apocalypse (dévastation de la terre : Libye, Daech, etc…, assujettissement des nations à leurs règles)
– Isaïe 34 et suivants : petite Apocalypse (fin d’Edom : chute des peuples chrétiens sur les plans spirituel et moral)
Etc…

La réalisation du plan n’est pas forcément parfaite partout ni chronologique, mais une évidence s’impose aux esprits : il y a eu une volonté manifeste de faire tomber l’Occident chrétien par la ruse (persécution morale), l’Orient chrétien par la force (persécution sanglante) et de réaliser les deux grands oracles : la destruction de Damas et de l’Egypte.

De toute façon ils n’ont pas le choix : quels que soient leurs succès ou leurs échecs passés, l’avion d’Egyptair montre qu’ils en sont à l’épilogue, au dernier affrontement, le plus important, le plus difficile, le plus dévastateur, et qui correspond chez nous à la bataille de l’Armageddon.

 

La France et Rome, derniers théâtres des affrontement finaux

Dans la tradition eschatologique française, notre pays sera celui qui se relèvera le premier du joug de la bête et entraînera les autres nations sur le chemin de la délivrance et de la guérison. C’est dans ce contexte que s’envisage le grand monarque, s’il arrive un jour.
Les élites occultistes de la synagogue de Satan ont la même vision : la France doit tomber la première afin d’entraîner les autres nation dans sa chute. D’où la révolution française ou mai 68 : c’est toujours la France qui commence.
2016 ne fera pas exception.

On voit bien d’ailleurs les forces occultes s’activer actuellement à préparer la guerre civile et le chaos. A ce sujet, la manipulation des masses atteint son paroxysme et on peut s’interroger sur la pertinence des projets de ces élites occultes. Ou alors, il s’agit peut-être d’une protection spéciale de la Sainte Vierge. Il avait déjà fallu donner une amplitude phénoménale grâce aux médias à ce qui n’était qu’une opération des services secrets : parce que faire croire que la liberté de la presse est menacée parce que quelques journalistes obscurs se font flinguer (je parle des Charlie), il fallait tout de même oser. Bien entendu, ils ont transformé en héros et en martyrs les plus pourris et blasphémateurs des journalistes, mais enfin c’était gros à avaler. Ils ont tout de même réuni 47 chefs d’Etats et jeté dans la rue 4 millions de personnes (chiffre probablement largement grossi par la propagande). Donc ils savent donner de l’importance à peu de choses quand cela sert leurs projets.

Aujourd’hui ils recommencent avec pour prétexte la loi El-Khomri. Cette loi a peu d’importance, elle est même anodine, mais elle a été choisie comme bouc émissaire pour lancer les bases de la révolution.
On comprend les objectifs sous-jacents de cette prétendue grogne sociale quand on connaît le plan global : il faut coûte que coûte engager un mouvement révolutionnaire. Cette loi fera l’affaire ; je trouve seulement, comme pour les Charlie, que leurs prétextes sont un peu légers : décidément ils manquent d’envergure.
On retrouve ici les ingrédients de base de la révolution : de petits groupes déterminés, entraînés et organisés (méthodes typiquement trotskystes et communistes) bloquent les points névralgiques. Et font du bruit ; beaucoup de bruit. Les médias, complices, leur donnent une énorme caisse de résonance, faisant croire à un mouvement national et global, soi-disant avec la bénédiction de la population. Il est certain que de plus en plus de gens, socialisés à l’extrême, et formés dans un esprit de révolte permanente, vont s’associer à ces mouvements. Mais cela reste une minorité.
Dans le Figaro Guillaume Bigot estimait que le mouvement des Nuit Debout est la répétition triste et résignée de mai 68, le baroud d’honneur du gauchisme culturel. Il y a donc bien des objectifs sous-jacents qui n’ont rien d’innocent ni de spontané.
De son côté, l’Etat, complice lui aussi, fait semblant de déplorer ces mouvements, la main sur le cœur mais s’arrange pour les favoriser en empêchant la police de les stopper, et en s’arc-boutant étrangement sur une loi (à coup de 49-3 !) dont tout le monde se fiche, alors qu’ils en ont déjà abandonné pour moins que ça.
Tout ceci est volontaire : il faut un nouveau mai 68, une nouvelle commune de Paris, un nouveau mouvement révolutionnaire qui active les banlieues et tout ce que notre pays compte d’excités, d’hallucinés et de révoltés.

Quand à Rome, la présence de l’Antéchrist sur le siège de Pierre est déjà un atout incontestable. Le destructeur de la prophétie de saint François d’Assise fait son travail avec soin, détermination et compétence; reste à savoir si Rome, et peut-être la très catholique Italie, doivent être rayés physiquement de la carte… oui probablement, avec quelques autres nations chrétiennes comme l’Espagne et le Portugal.

Mais il y a un grain de sable…La Fausse Soeur Lucie

Le grain de sable : Notre-Dame de Fatima

Le 13 juillet 1917, la Sainte Vierge à Fatima disait :
« À la fin mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix ».
Ceux qui ont lu l’article depuis le début savent que nous sommes à la fin depuis 2013. Vraiment à la fin. Cette année-là, nous avons entamé les 42 mois de l’Antéchrist.

En 1984, le pape Jean-Paul II a consacré la Russie. Imparfaitement certes, mais il l’a fait.
1984, l’année du début de vie caché de l’Antéchrist. Il n’y a pas de hasard.
Depuis 1984, que constatons-nous ? Que La Russie est sortie du communisme et qu’elle a connu un extraordinaire retour à la foi chrétienne. Les catholiques diront : oui mais ils sont orthodoxes.
En ce jour de la Fête-Dieu, ou fête du Saint Sacrement, qu’ils sachent que ce qui unit les hommes au Christ, c’est avant tout le Saint-Sacrement.
Le baptême nous fait enfants de Dieu, l’Eucharistie nous y maintient (avec le sacrement de Pénitence) en nous procurant les grâces sanctifiantes indispensables pour résister au malin.
La chrétienté sans Eucharistie valide n’est pas la chrétienté. C’est pourquoi les protestants et toutes les sectes assimilées qui refusent la Présence Réelle ont usurpé le nom de chrétiens : ils se disent chrétiens mais ils mentent et ne le sont pas.
Les catholiques et les orthodoxes sont unis au Christ validement et valablement par les mêmes sacrements ; de même que la Palestine a été séparée en deux à la mort de Salomon, ces deux royaumes distincts humainement ne l’étaient pas dans le cœur de Dieu : ils les a réunis en vivant comme galiléen mais en naissant en Judée. Les querelles d’hommes ne sont pas celles de Dieu.

Alors :
oui, la Russie a été consacrée
oui, la Russie s’est convertie
oui, le monde connaît un certain temps de paix.
Cette paix n’est pas totale, car la consécration de la Russie fut tardive et imparfaite, mais il n’y a pas eu d’embrasement global et il n’y en aura pas.

Car la Sainte Vierge contrecarre les projets de Satan ; et s’accomplit ainsi la prophétie de Jésus en Luc 11, 17-18 :
 » Tout royaume divisé contre lui-même va à la ruine et les maisons tombent l’une sur l’autre.
Et si Satan aussi est divisé contre lui-même, comment son royaume pourra-t-il subsister? »

Satan est divisé contre lui-même. C’est pourquoi il a énormément de mal à concrétiser ses projets.

Le bras armé de la Sainte Vierge s’appelle Vladimir Poutine.
Poutine est un pur produit du système. Issu du KGB, il a été placé par la synagogue de Satan pour superviser la Russie. Dès l’an 2000, ils lui ont offert sur un plateau les moyens de ses ambitions : les cours du pétrole, qui sont totalement manipulés, ont été maintenus artificiellement et volontairement à un niveau élevé afin d’enrichir la Russie, qui tire l’essentiel de ses revenus des hydrocarbures (pétrole et gaz).
Le G7 est devenu G8, bref Poutine et la Russie faisait partie de la famille.
Lorsque les élites occultes mondiales ont voulu réaliser l’oracle sur Damas (anéantissement total de Damas), pour des raisons inconnues, Poutine a refusé de jouer le jeu. Une résistance inattendue est apparue. Pourtant, il leur fallait absolument accomplir cette prophétie. Alors ils ont décidé de « forcer » le destin le 21 août 2013 par l’attaque au gaz sarin en Syrie. Ce fut un  échec complet car Poutine non seulement refusa de rentrer dans le rang, mais les empêcha de réaliser l’attaque qui devait détruire Damas.
Ceux qui ont suivi de près les événements à l’époque peuvent certifier qu’il ne s’agissait pas là d’un plan établi à l’avance, comme les Charlie, mais bien d’un événement imprévu.
Tout simplement parce que personne ne veut voir la dimension surnaturelle qui existe derrière cette affaire, et elle est pourtant simple.
Vladimir Poutine est né un 7 octobre, jour de la fête de Notre-Dame du rosaire et de la victoire de Lépante. Poutine est devenu le secours des chrétiens, Notre-Dame l’a récupéré. Comment ? : on n’en sait rien. Pourquoi ? : pour diviser le royaume de Satan et le mener à sa perte.

Alors curieusement, depuis septembre 2013, Vladimir Poutine est persona non grata dans le monde entier ou presque. Tout simplement parce que la synagogue de Satan cherche à faire pression pour qu’il rentre dans le rang car c’est un pion essentiel. Il est certain que tout ceci n’était pas prévu. C’est une entrave à un scénario bien huilé où chacun a un rôle précis à jouer.
Il a été éjecté du G8 qui est redevenu le G7. Les cours du pétrole ont dégringolé très vite afin de faire pression financièrement sur la Russie. Le front ukrainien a été ouvert. Cette affaire a permis de prendre des sanctions contre la Russie. Tout à coup, les occidentaux ont découvert que la Russie ne partageait pas leur vision du monde multipolaire, notamment en ce qui concerne les homosexuels, et défendait une culture et une morale chrétienne, ce qui n’était pourtant pas nouveau. Ils ont menacé de boycotter les JO de Sotchi, etc… le tout en l’espace de quelques mois fin 2013.
Résultat : le monde de Satan est divisé et le reste car Poutine ne s’est pas laissé impressionner.
La Sainte Vierge veille… les promesses de Fatima ne sont pas une fiction mais une réalité.

Conclusion

Ils ont voulu détruire Damas pour réaliser l’oracle sur Damas d’Isaïe, ils ont été bloqués par Poutine : ce n’était pas prévu.
Ils ont voulu détruire l’Egypte : l’élection de Mohammed Morsi a été un échec et le général Al Sissi a pris le pouvoir contre leur gré : ce n’était pas prévu.

Ils veulent enflammer la France aujourd’hui : ils n’y arriveront pas. Le diable veut la révolte, il ne l’obtiendra pas , tout au plus quelques désagréments pour Babylone.
Ce n’est pas la canaille qui brûlera Paris cette fois-ci mais le Ciel qui brûlera la canaille dans Paris.

Car nous arrivons au moment crucial où Dieu va intervenir.
Il nous l’a annoncé à l’avance.
On a vu que le 7 juin était un jour crucial pour Israël, celui du jubilé de la grande Jérusalem.
Mais saint Joseph est apparu à Cotignac en 1660 le 7 juin pour prévenir Satan que cette date lui était réservée.

L’Auguste Reine des cieux, Saint Joseph et saint Michel, tous trois terreur des démons, vont s’engager dans la bataille finale. Toutes les forces célestes sont réunies pour contrer les démons.

L’invisible deviendra visible très prochainement.
Pas forcément le 7 juin, mais probablement aux alentours de cette date.
Et alors tout ce qui a été prophétisé commencera. Pour très peu de temps.
La puissance divine va se révéler au monde parce que le royaume de Satan est divisé et va à sa perte. Et que les apôtres des derniers temps ont une ultime mission de guérison à remplir.

Afin de chanter d’une seule voix la gloire du Rédempteur :
Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté.

Pour télécharger le fichier pdf de cet article, cliquez sur le lien : L’énigme de l’Antéchrist enfin résolue

Illustration : le Très Saint Sacrement, en ce jour de la Fête-Dieu.

Ce nombre 216, d'apparence complètement insignifiante est en fait un nombre cher à Pythagore et qui grâce à des conversions, permet de jouer le rôle d'un révélateur comme on pourrait le dire au sens chimique.

Ainsi :

216 = (6)3

216 = [6 x 6 x 6] = 6 x 36

(36 étant la valeur secrète de 666).

 

216 = [108 + 108] = [36 + 36 + 36] + [36 + 36 + 36]

l'équivalent donc de : [(6)+ (6)+ (6)2] + [(6)+ (6)+ (6)2]

216 = (2)3+ (3)3 = (1)3 x (2)3 x (3)3 = (3)3 + (4)3 + (5)3 ce qui fait de ce nombre 216 le plus petit cube qui est aussi la multiplication et/ou la somme de trois cubes.

 

Il constitue d'autre part la somme de nombres premiers jumeaux [107 + 109]

Il constitue le 13e nombre dit "intouchable".

Un nombre intouchable est un entier naturel qui ne peut pas être exprimé comme la somme de tous les diviseurs propres d'un entier donné.

Les premiers petits nombres intouchables sont:

2, 5, 52, 88, 96, 120, 124, 146, 162, 188, 206, 210, 216, 238, 246, 248, 262, 268, 276, 288, 290, 292, 304, 306, 322, 324, 326, 336, 342, 372, 406, 408, 426, 430, 448, 472, 474, 498, 516, 518, 520, 530, 540, 552, 556, 562, 576, 584, 612, 624, 626, 628, 658...

En Système duodécimal, le nombre 216 vaut 160

or l'alphanumérisation basique de "Deux cent seize" vaut 54 + 42 + 64 = 160!

En fait, le Zohar nous donne la première indication : « les cieux qui sont soixante-dix noms selon le secret de YHVH, relèvent du secret des soixante-douze noms issus des mots « et il voyagea » « et il vint » « et il entendit » (Exode 14:19:21) ». Ainsi, les 72 Noms de Dieu, constituant ce que l'on appelle aussi le Grand Nom de Septante-deux Lettres, sont dérivés de la Bible, Exode 14, versets 19 à 21 (dans le texte hébreu, ces versets comptent 216 lettres, chaque verset comprenant lui-même 72 lettres) 

LES PLEIADES ET LES SEPT ÉGLISES DE L'APOCALYPSE EN TURQUIE

On constate que les Pléiades ont la même place dans le ciel que les sept églises de l'Apocalypse sur terre et qu'Atlas a le rôle de Patmos..

Vous remarquerez que les Pléiades se trouvent dans le coeur du Taureau, et Zeus est apparu souvent sous la forme d'un taureau blanc, notamment pour séduire Europe.. Après avoir vécu au dessus du Mont Olympe, il se serait retiré dans les Pléiades.

Dans la mythologie grecque, les Pléiades (en grec ancien Πλειάδες / Pléiades) sont sept sœurs, filles du Titan Atlas et de l'Océanide Pléioné, sœurs des Hyades. Elles se nomment :Alcyone (ou Halcyone) , Astérope (ou Stérope) , Céléno (ou Célaéno) , Électre , Maïa, l'ainée et mère d'Hermès , Mérope, la benjamine , Taygète.

3 - PERGAME / STEROPE

4 - THYATIRE / TAYGETA

 

5 - SARDES / MAIA

 

6 - PHILADELPHIE / CALEANO

 

 

7 - LAODICEE / ELECTRA

2 - SMYRNE / ALCYONE

ATLAS ou PATMOS

 

1 - EPHESE / MEROPE

1,2 et 3 forment un triangle

4,5,6, et 7 un arc de cercle

 

 

jhgf
Les 7 églises de l'Apocalypse

Sur la carte figure encadré en rouge le nom des sept églises destinataires du livre de l'Apocalypse. Jean leur écrit de la part du Seigneur pour leur indiquer leurs qualités et leurs faiblesses et les exhorter à mieux vivre la foi en Christ. Spirituellement, ces églises peuvent représenter l'ensemble des communautés évangéliques.

Jésus-Christ envoya à Son apôtre, Jean, pour que celui-ci l'adresse aux sept Églises d'Asie Mineure, aujourd'hui la partie ouest de la Turquie :

« Je fus saisi par l'Esprit au jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix forte, comme le son d'une trompette, qui disait : Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Églises, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée» (Apoc. 1:10-11).

Révélation de Jésus Christ, que Dieu lui a confiée pour montrer à ses serviteurs ce qui doit arriver bientôt; il l'a signifiée (à son tour), par l'entremise de son ange, à son serviteur Jean, (2) lequel atteste comme parole de Dieu et témoignage de Jésus Christ tout ce qu'il a vu. (3) Heureux le lecteur et les auditeurs de cette prophétie, s'ils en observent le contenu, car le temps est proche.

(4) Jean aux sept Eglises d'Asie : à vous, grâce et paix de par Celui qui est, qui était, et qui vient, de par les Sept Esprits en faction devant son trône, (5) et de par Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier né d'entre les morts et le souverain des rois de la terre.

A celui qui nous aime, nous a délivré de nos péchés au prix de son sang, (6) et a fait de nous un royaume de prêtres pour Dieu son Père, gloire et puissance pour les siècles des siècles ! Amen.

(7) Le voici venir avec les nuées; tout oeil le verra, même ceux qui l'ont percé, et toutes les tribus de la terre se lamenteront à son propos. Oui. Amen.

(8) C'est moi l'Alpha et l'Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient, le Dominateur.

 (9) Moi, Jean, votre frère et associé dans la détresse, la royauté et l'endurance dans l'union à Jésus, j'étais arrivé dans l'île de Patmos en raison de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus;

(10) j'entrais en extase un dimanche, et j'entendis une voix claironnant derrière moi : (11) «Ecris dans un livre ce que tu regardes, et adresse-le aux sept Eglises, à Ephèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie et à Laodicé.» (12) Je me retournai pour savoir quelle voix me parlait : j'aperçus alors sept chandeliers d'or, (13) et parmi eux comme un Fils d'homme; il portait une tunique longue, une ceinture d'or lui barrait la poitrine; (14) il avait la tête et la chevelure blanches comme laine d'un blanc de neige; ses yeux flamboyaient, (15) ses pieds semblaient de bronze fin rougi au four, sa voix retentissait comme celle des grandes eaux;   (16) de la main droite il tenait sept étoiles , sa bouche dardait un glaive acéré à deux tranchants, et son visage éblouissait comme un soleil ardent.

(17) A sa vue je tombai à ses pieds en pamoisson; mais il posa sur moi sa droite et dit : «Ne crains point; je suis le Premier et le Dernier, et le Vivant; (18) car j'ai été mort et me voici vivant pour les siècles des siècles, et je détiens les clefs de la mort et du séjour des morts. (19) Ecris donc ta vision, tant sur la situation actuelle que sur l'avenir. (20) Quant au symbolisme des sept étoiles que tu as vues sur ma main droite et des sept chandeliers d'or : les sept étoiles sont les anges des sept Eglises et les sept chandeliers sont les sept Eglises.»

 

Voyons en détails les spécificités de chacune de ces villes :

1 - ÉPHÈSE

Les messages aux sept Eglises

Message à Ephèse

 2 « Pour l'ange de l'Eglise d'Ephèse, note : Voici ce que dit Celui qui tient les sept étoiles dans sa droite et qui circule au milieu des sept chandeliers d'or. (2) Je connais tes oeuvres, ta peine et ton endurance : tu ne peux supporter les méchants, tu as mis à l'épreuve ceux qui se prétendent apôtre sans l'être et les as trouvés faux : (3) tu as aussi de l'endurance , tu as supporté bien des choses en mon honneur sans te décourager. (4) Mais je te reprocherais d'avoir relâché ton amour du début.

(5) Rappelle toi donc d'où tu es déchu, reviens-y et reprends tes premières oeuvres. Sinon je vais venir à toi et je déplacerai ton chandelier si tu ne te repends. (6) Tu as pourtant ceci de bon que tu détestes les façons d'agir des nicolaïstes comme je les déteste.

(7) A bon entendeur d'écouter ce que l'Esprit dit aux Eglises : Au vainqueur je donnerai à manger [du fruit] de l'arbre de vie qui se trouve dans le jardin de Dieu.»

 

EphèseCe port célèbre abritait l'une des 7 merveilles du monde antique, le Temple de Diane, construit avec une richesse flamboyante. Il abritait l'image de Diane, (déesse de la fertilité que les Grecs adoraient autrefois sous le nom d'Artémis). Selon les éphésiens, cette image serait descendue du ciel (Actes 19:35). Un fort foyer de sorcellerie habitait cette ville. Paul y travailla pendant 3 ans avec un immense succès : il y fonda l'une des communautés les plus solides du Christianisme primitif. Tous les chrétiens convertis brûlèrent leurs livres de sorcellerie en place publique (Actes 19:19) d'une valeur de 50 000 drachmes. Sachant qu'une bonne journée de salaire était payée un drachme, imaginons le parallèle financier à notre époque : 20 millions de Francs ! La ville vivait richement du commerce du culte païen de Diane. La prédication de Paul vint troubler ce marché fructueux au point que les marchands de la ville provoquèrent une émeute contre Paul (Actes 19:24). Timothée et Jean continuèrent l'œuv de Paul dans cette ville et le culte de Diane diminua conséquemment. En 262, les Goths détruisirent définitivement le Temple de la déesse et l'édit de Théodose vint finalement interdire ce culte païen. Ephèse fut l'un des centres de fouilles les plus actifs de l'époque contemporaine et les découvertes sont venues renforcer les témoignages du livre des Actes des apôtres et les lettres aux 7 églises de l'Apocalypse. Jean s'adresse à l'église d'Ephèse (Ap 2:1-8) pour lui reprocher son manque d'amour profond. Cependant, il lui reconnaît comme qualité d'avoir condamner les faux prophètes et les nicolaïtes, secte peu connue dont les enseignements étaient liées à l'impudicité et au culte probablement érotique des idoles.

 

2 - SMYRNE

(8) « Note encore pour l'ange de l'Eglise de Smyrne : Voici ce que dit le Premier et le Dernier, qui a été mort et a repris vie. (9) Je connais ta détresse et ta pauvreté, -encore que tu sois riche- et les insultes de ceux qui se prétendent Juifs sans l'être, n'étant qu'une synagogue de Satan. (10) Ne crains pas ce que tu vas subir : un de ces jours le diable va mettre en prison quelques uns des vôtres ; c'est pour que vous soyez mis à l'épreuve en traversant dix jours de tourmente. Sois fidèle jusqu'à la mort et je te donnerai la couronne de vie.

(11) A bon entendeur d'écouter ce que l'Esprit dit aux Eglises : le vainqueur ne subira nulle atteinte de la seconde mort.»

Smyrne

Ville située sur la côte égéenne de la province romaine d'Asie, près de l'Izmir turque. Elle fut reconstruite sur un site ancien au IIIe siècle av JC et devint l'une des villes les plus prospères d'Asie Mineure. C'était un port naturel dans une région fertile, célèbre pour sa beauté et ses magnifiques constructions. L'Agly y fut probablement fondée par des prédicateurs venus d'Ephèse (Actes 19:10). Elle se heurta à l'opposition des Juifs et reçut la promesse d'une vraie couronne pour sa fidélité (Apocalypse 2:9), image qui faisait allusion à la richesse et à la renommée historique de la ville.

 

3 - PERGAME

(12) « Note encore pour l'ange de l'Eglise de Pergame : Voici ce que dit Celui qui tient le glaive acéré à deux tranchants : (13) Je sais où tu habites : là se trouve le trône de Satan ; malgré cela tu es attaché à mon nom et tu n'as point renié ma foi, même aux jours où Antipas, mon témoin fidèle, a été tué chez vous, où habite Satan. (14) Mais j'ai contre toi un léger grief : tu as des sectateurs de la doctrine de Balaam qui apprit à Balac à faire trébucher les fils d'Israël pour les amener à manger des viandes sacrifiées aux idoles et à se débaucher. (15) Ainsi tu as, toi aussi, des partisans de la doctrine des nicolaïtes. (16) Repends-toi donc, sans quoi je vais venir à toi bien vite batailler avec eux par l'épée de ma bouche.

(17) A bon entendeur d'écouter ce que l'Esprit dit aux Eglises : Au vainqueur je donnerai de la manne cachée, et je lui remettrai un caillou blanc sur lequel est écrit un nom nouveau que nul ne connaît, sauf celui qui le reçoit. »

 

PergameCette ville abritait le centre de 4 grands cultes païens : ceux de Zeus, Athéna, Dionysos et Asklepios. Il y avait en plus le culte de l'Empereur. Culte blasphématoire qui fait dire à Jean que là "est le trône de Satan" (Ap 2:13). Parmi les vestiges découverts à la fin du XIXe Siècle, un grand autel porte de splendides décorations de combats entre les dieux et les géants. D'autres édifices sont dédiés au culte d'Athéna, de Trajan et d'Hadrien, grand persécuteur du peuple chrétien. Jean évoque ces persécutions et les martyrs qui sont tombées dans cette ville (Ap 2:12-17).
Offrandes à BacchusCependant, les nicolaïtes occupaient une place dans la communauté chrétienne de Pergame et plusieurs se livraient au culte érotique des idoles, dont celui de Dionysos, Dieu du vin et des réjouissances dont les bacchanales conduisaient toujours à l'impudicité et aux orgies (sur la photo, stèle d'offrandes à Bacchus retrouvée à Ephèse).

 

4 - THYATIRE

Ville de la province romaine d'Asie dans l'ouest de la Turquie actuelle (aujourd'hui Akhisasar). Située dans une vallée basse, c'était une ville de garnison sur la frontière et un centre important pour la fabrication et la teinture des tissus, la poterie et le travail du cuivre. Lydie (Act 16.14) était probablement l'agent commercial d'une manufacture de Thyatire. La teinture pourpre a été fabriquée à partir de la garance jusqu'au XXe siècle. La lettre d'Ap 2.18-29 fait allusion à la situation de la ville. Jézabel est probablement le nom symbolique d'un enseignant dans l'Eglise qui faisait des compromis avec les pratiques païennes, peut-être en rapport avec certaines confréries de marchands.

(18) « Note encore pour l'ange de l'Eglise de Thyatire : Voici ce que dit le Fils de Dieu, qui a les yeux flamboyants et les pieds pareils à du bronze fin : (19) Je connais ta conduite, ton amour, ta foi, ta serviabilité, ton endurance, et tes oeuvres récentes plus nombreuses que celles du début. (20) Je te reprocherai pourtant de laisser faire dame Jézabel ; elle se prétend prophétesse, elle séduit mes serviteurs et leur apprend à  se débaucher et à manger des viandes sacrifiées aux idoles. (21) Je lui ai laissé le temps de se repentir, mais elle ne veut pas renoncer à son dévergondage. (22) Cette fois je vais la mettre au lit, ainsi que tout ses complices d'adultère, pour y souffrir beaucoup, à moins qu'ils ne se détournent de ces façons d'agir ; (23) ses enfants je les ferai périr de la peste et toutes les Eglises sauront que c'est moi qui scrute reins et coeurs, car je donnerai à chacun de vous selon ses oeuvres. (24) Quant à vous, bonnes gens de Thyatire qui n'acceptez pas cette doctrine et n'avez pas fait connaissance avec "les profanateurs de Satan", (comme ils disent), je déclare ne pas vous imposer d'autre charge. (25) Seulement, tenez ferme votre bien jusqu'à mon arrivée. (26) Alors, au vainqueur qui pratiquera mes oeuvres jusqu'à la fin, je donnerai l'empire sur les nations païennes  ; (27) il les mènera à la baguette de fer comme on fracasse de la poterie, (28) comme moi aussi j'en ai reçu le pouvoir de mon Père ; et je lui donnerai l'Etoile du matin.

(29) A bon entendeur d'écouter ce que l'Esprit dit aux Eglises.»

 


 

 

5 - SARDES

Apocalypse de Saint Jean

3 « Note encore pour l'ange de l'Eglise de Sardes : Voici ce que dit Celui qui possède les sept Esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais tes façons d'agir, tu passes pour vivant mais tu es mort.

(2) Prends garde et consolide le reste qui allait mourir, car je n'ai pas trouvé les oeuvres parfaites devant mon Dieu. (3) Rappelle-toi donc de quelle oreille accueillante tu as reçu la doctrine ; observe-la et repens-toi , car si tu ne deviens vigilant, j'arriverai comme un voleur et tu ne pourras savoir à quelle heure je te surprendrai. (4) Tu as pourtant à Sardes quelques personnes qui n'ont pas sali leur manteau ; elles pourront circuler avec moi vêtues de blanc, parce qu'elles le méritent.

(5) Ainsi le vainqueur se drapera de manteaux blancs, jamais je n'effacerai son nom du livre de vie et je le citerai devant mon Père et devant ses anges.

(6) A bon entendeur d'écouter ce que l'Esprit dit aux Eglises.»

 

SardesCapitale du royaume de Lydie, c'était une des villes les plus riches du monde antique : elles tiraient ses richesses de l'or que l'on extrayait du fleuve Pactole. Crésus, célèbre pour sa fortune, en fut roi au VIe siècle av JC. C'est dans cette ville richissime que les premières monnaies furent frappées. On y travaillait bien sûr l'orfèvrerie et la ville était riche de vergers et d'artisanats textiles. Complètement détruite par un tremblement de terre en 17 av JC, la ville fut reconstruite par les Romains et connut un fort essor chrétien au cours du Ie siècle de notre ère. Dans cette ville dédiée au culte d'Artémis, les chrétiens ont du éprouver des difficultés dans leur foi, car Jean reproche à cette communauté d'être morte spirituellement. (Ap 3:1-6). Sans doute un réveil a-t-il eu lieu par la suite si l'on en croit les fouilles archéologiques : de nombreux signes de croix ont été découverts sur les murailles du temple de la déesse, ce qui peut laisser penser que les chrétiens avaient investi la place et la dédièrent au culte du Seigneur. Au IVe siècle, les chrétiens abandonnèrent ce grand Temple et construisirent dans un coin de la ville une maison où exercer leur culte. Les vestiges en sont encore bien conservés.

 

6 - PHILADELPHIE

(7) « Note encore pour l'ange de Philadelphie : Voici ce que dit le saint, le Véritable, Celui qui détient la clef de David - ouvre-t-il, personne ne peut fermer ; ferme-t-il, personne ne peut ouvrir - : (8) Je connais tes oeuvres. Voici que je tiens ouverte devant toi une porte que personne ne peut fermer, car, malgré ta faiblesse, tu as gardé ma parole et n'as pas renié mon nom. (9) Voici que je te livre des adeptes de la synagogue de satan ; ils se prétendent Juifs et ne le sont pas, mais ils mentent ; je les ferai venir se prosterner à tes pieds, et ils reconnaîtront que moi je t'aime. (10) Puisque tu as gardé la consigne de mon endurance, moi aussi je te garderai du temps d'épreuve qui doit venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. (11) Je vais venir bientôt. Tiens ferme ton bien pour que nul ne ravisse ta couronne.

(12) Du vainqueur je ferai une colonne dans le temple de mon Dieu, il n'en sortira jamais plus ; j'y graverai le nom de Dieu et le nom de la cité de mon Dieu, la Jérusalem nouvelle qui descend du ciel envoyée par mon Dieu, et mon propre nom nouveau.

(13) A bon entendeur d'écouter e que l'Esprit dit aux Eglises.»

 

Ville de la province romaine d'Asie, à l'ouest de la Turquie moderne. Fondée au IIe siècle av JC, elle est située au seuil d'une région fertile (la porte ouverte d'Ap 3.8) qui était exposée à de fréquents tremblements de terre; l'un d'eux la détruisit en l'an 17; elle fut reconstruite et reçut le nom de Néocésarée (Apocalypse 3:12). Elle possédait de nombreux temples, où se déroulaient des fêtes religieuses, et ses habitants étaient connus pour leur fidélité (Apocalypse 3:8). L'église y avait rencontré l'opposition des Juifs (Apocalypse 3:9).

 

7 - LAODICÉE

(14) « Note encore pour l'ange de l'Eglise de Laodicée : Voici ce que dit l'Amen, le Témoin fidèle et véritable, le Principe de la création de Dieu. (15) Je connais tes façons d'agir : tu n'es ni froid ni bouillant. Que n'es-tu froid ou bouillant ! (16) Mais parce que tu es tiède, ni bouillant ni froid, je vais te vomir. (17) Puisque tu dis "Je suis riche, j'ai fait de bonnes affaires, je ne manque de rien", sans te rendre compte que tu es misérable, piteux, pauvre, aveugle et nu, (18) je te conseille de m'acheter de l'or fin pour faire fortune, des manteaux blancs pour t'en draper et cacher ton indécence, et de l'onguent pour teindre les yeux et voir clair. (19) Pour moi, tous ceux que j'aime je les corrige et les châtie. Courage donc, et repens-toi. (20) Je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu'un écoute ma voix et m'ouvre, j'entrerai chez lui et nous dînerons en tête à tête. (21) Au vainqueur j'accorderai de siéger à mes côtés sur mon trône, comme moi-même après ma victoire j'ai pris place auprès de mon Père sur son trône. (22) A bon entendeur d'écouter ce que l'Esprit dit aux Eglises.»

LaodicéeLa ville fut fondée en 250 av JC par Antiochus II qui l'appela ainsi en l'honneur de son épouse, Laodice. La ville fut peuplée de syriens et de juifs anciennement déportés à Babylone. La ville tira très vite sa célébrité du tissage de la laine noire et brillante utilisée pour faire des tapis et des vêtements. La ville prospérait avec dans ses environs une riche agriculture et un fort cheptel de moutons. Sa position géographique entre les ports de la mer Égée et le continent avait fait de Laodicée une riche place financière contrôlée en majorité par les juifs. La lettre de Jean (Ap 1:4-11) reproche à la communauté de Laodicée son opulence matérielle qui lui a fait perdre de vue les choses de l'Esprit. Il lui reproche sa tiédeur : allusion aux sources d'eaux tièdes en terrasses (voir l'illustration) qui alimentaient la ville. Les conseils du Christ à cette église sont en parallèle avec les activités de la ville : il lui est conseillé d'acheter de l'or éprouvé par le feu (allusion à la richesse financière de la ville), des vêtements blancs (allusion aux célèbres vêtements de laine noire) et un collyre pour oindre ses yeux (allusion à la "poudre phrygienne", utilisée à cette époque pour soigner les yeux et qui a pu être fabriquée dans cette ville).

 

 

Deuxième partie

L'AVENIR DU MONDE ET DE L'EGLISE

Vision générale d'introduction

La cour céleste

 

4 Après cela j'eus une vision : une trappe était ouverte dans le ciel, et la voix claironnante que j'avais entendu converser avec moi me disait :  « Monte ici que je te montre ce qui doit arriver plus tard.» (2) Je fus aussitôt ravi en extase : voici qu'au ciel un trône était disposé, sur lequel siégeait [un Etre] (3) qui avait l'aspect de la pierre de jaspe et de sardoine ; un halo d'un ton d'émeraude nimbait le trône. (4) A l'entour [s'alignaient] vingt quatre trônes sur lesquels siégeaient vingt quatre Vieillards drapés de manteaux blancs, la tête ceinte de couronnes d'or. (5) Du trône s'échappaient des éclairs, des voix et des coups de tonnerre ; sept torches ardentes devant le trône étaient les Sept Esprits de Dieu. (6) Devant le trône s'étendait une mer limpide comme du cristal ; face au trône et à l'entour se trouvaient quatre Animaux ayant des yeux partout, devant et derrière. (7) Le premier Animal ressemblait à un lion, le second à un taureau, le troisième a figure humaine et le quatrième ressemblait à un aigle en plein vol. (8) Ces animaux avaient chacun six ailes couvertes d'yeux à l'extérieur et à l'intérieur, et ils n'avaient cesse jour et nuit de dire : « Saint, Saint, Saint le Seigneur Dieu, le Dominateur, Celui qui était, qui est et qui doit revenir.» (9) Et chaque fois que les Animaux rendaient gloire, honneur et action de grâce à Celui qui trône, à Celui qui vit pour les siècles des siècles, (10) les vingt quatre Vieillards s'inclinaient bien bas devant Celui qui trône, devant Celui qui vit pour les siècles des siècles et déposaient leur couronne devant le trône en disant : "A toi, Seigneur, notre Dieu, reviennent la Gloire, l'honneur et la puissance, parce que c'est toi le Créateur de toutes choses : et c'est par ta volonté qu'elles arrivèrent à l'existence et furent créées".

 

L'Agneau rédempteur et  le Livre scellé

 

J'aperçus alors à la droite de Celui qui trône un livre écrit en dedans et au verso, cacheté de sept sceaux, (2) et je vis un ange vigoureux proclamer à haute voix : "Qui est digne d'ouvrir le livre et d'en faire sauter les sceaux ?" (3) Mais personne ne pouvait, ni au ciel, ni sur terre, ouvrir le livre et l'examiner. (4) Alors je me mis à pleurer à chaudes larmes de ce qu'il ne se trouvait personne qui fût digne d'ouvrir le livre et de l'examiner. (5) L'un des Vieillards me dit alors : "Ne pleure pas. Le lion de la tribu de Judas, le rejeton de David, a trouvé moyen d'ouvrir le livre aux sept sceaux".

(6) J'aperçus alors au milieu du trône, des quatre Animaux et des Vieillards un Agneau debout, comme égorgé ; il avait sept cornes et sept yeux. ( Ce sont les Sept Esprits de Dieu, en mission par toute la terre ). (7) Il vint prendre le livre de la droite de Celui qui trône. (8) Quand il en eut pris possession, les quatre Animaux et les vingt quatre Vieillards s'inclinèrent bien bas devant l'Agneau ; ils tenaient chacun une cithare et des coupes d'or emplies de parfums (ce sont les prières des saints). (9) Ils chantaient un chant nouveau : "Tu es digne, disaient-ils, de prendre le livre et d'en ouvrir les sceaux, parce qu'on t'a égorgé et que tu as racheté pour Dieu, au prix de ton sang, (des hommes) de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute race, (10) et tu en as fait pour notre Dieu un royaume de prêtres qui règnent sur la terre".

(11) Dans ma vision, j'entendis alors à l'entour du trône, des Animaux et des Vieillards, la voix d'une multitude d'anges au nombre de myriades de myriades et de milliers de milliers; (12) ils disaient à haute voix : "Il est digne, l'Agneau égorgé, de recevoir puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire et louange". (13) Et toutes les créatures qui se trouvent au ciel, sur terre, sous terre et sur mer et tout ce qu'ils contiennent, je les ai entendu dire : "A Celui qui trône et à l'Agneau, louange, honneur, gloire et domination pour les siècles des siècles". (14) Les quatre Animaux dirent :

"Amen !" et les Vieillards de s'incliner et de se prosterner.

 

 Première section de la partie prophétique

EXECUTION DES DECRETS DU LIVRE SUR L'ENSEMBLE DU MONDE

Ouverture du livre aux sept sceaux

 

Rupture des quatre premiers sceaux : les quatre Cavaliers.

 

6 Puis je vis l'Agneau ouvrir le premier sceau, et j'entendis l'un des quatre Animaux proférer comme un coup de tonnerre : "Viens". (2) Je vis paraître alors un cheval blanc; son cavalier tenait un arc, on lui remit une couronne et il sortit en vainqueur pour vaincre encore.

 (3) Lorsqu'il ouvrit le deuxième sceau, j'entendis le deuxième Animal dire : "Viens"; (4) il sortit un autre cheval, roux ; il fut donné à son cavalier d'ôter la paix de la terre, de façon qu'on s'entre-tuât ; et on lui remit une grande épée.

(5) Lorsqu'il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième Animal dire : "Viens"; je vis paraître un cheval noir , dont le cavalier portait une balance à la main, (6) et j'entendis au milieu des quatre Animaux une sorte de voix proclamer : "Un denier la mesure de blé ! Un denier les trois mesures d'orge ! Quant à l'huile et au vin, épargnez les !"

(7) Lorsqu'il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième Animal dire : "Viens"; (8) et je vis paraître un cheval verdâtre, dont le cavalier s'appelle la Mort ; le séjour des morts l'accompagnait.

Il leur fut donné pouvoir sur le quart de la terre, pour occire par le glaive, la famine et la peste, et par les fauves.

 

Rupture du cinquième sceau : prière des Martyrs

 

(9) Lorsqu'il ouvrit le cinquième sceau, j'aperçus au-dessous de l'autel les âmes des hommes immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage dont ils étaient dépositaires. (10) Ils se mirent à réclamer à grands cris : "Jusques à quand toi, qui es pourtant le Maître, le Saint, le Véritable, resteras-tu sans faire justice et sans venger notre sang sur les habitants de la terre ? " (11) On remit alors à chacun d'eux un vêtement blanc et on leur dit de prendre patience encore un peu, jusqu'à ce que leurs compagnons de service et leurs frères qui doivent être mis à mort tout comme eux se trouvent au complet.

 

Rupture du sixième sceau : deux tableaux antithétiques des résultats anticipés

du Jugement futur sur les ennemis de l'Agneau et sur les fidèles

 

 (12) Puis je vis l'Agneau ouvrir le sixième sceau ; survint alors un grand séisme, le soleil noircit comme tissu de crin, la lune entière devint rouge sang, (13) et les étoiles du ciel se mirent à choir sur terre, comme les fruits verts que laisse tomber un figuier secoué par gros vent; (14) le ciel se retira comme une bande de papyrus qu'on enroule, et toutes les montagnes et les îles furent délogées de leur cité. (15) Alors les rois de la terre, les grands, les généraux, les riches, les puissants, tous, tant esclaves qu'hommes libres, s'allèrent cacher dans les grottes et les rochers des montagnes ; (16) et de dire aux montagnes et aux rochers : "Tombez-nous dessus et dérobez-nous au visage de Celui qui trône et à la colère de l'Agneau, (17) parce qu'est arrivé le grand jour de son courroux, et qui peut tenir bon ? "

 

7 Cela fait, j'ai vu quatre anges postés aux quatre coins de la terre ; ils domptaient les quatre vents de la terre pour que le vent ne soufflât ni sur terre, ni sur mer ni sur aucun arbre. (2) Je vis encore un autre ange monter de l'Orient ; il tenait le sceau du Dieu vivant et se mit à crier d'une voix retentissante aux quatre anges autorisés à endommager la terre et la mer : (3) "Ne touchez ni à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, que nous n'ayons marqué au front les serviteurs de notre Dieu".

(4) J'entendis alors le dénombrement des gens marqués : cent quarante quatre mille marqués pour l'ensemble des tribus d'Israël ; (5) de la tribu de Juda, douze mille marqués ; de la tribu de Ruben, douze mille ; de la tribu de Gad, douze mille ; (6) de la tribu d'Azer, douze mille ; de la tribu de Nephtali, douze mille ; de la tribu de Manassé, douze mille ; (7) de la tribu de Siméon, douze mille ; de la tribu de Levi, douze mille ; de la tribu d'Issachar, douze mille,   (8) de la tribu de Zabulon, douze mille ; de la tribu de Joseph, douze mille, de la tribu de Benjamin, douze mille marqués.

 (9) Cela fait, je vis paraître une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toutes nations, tribus, peuples et langues ; tout de blanc vêtus et des palmes à la main, ils se tenaient face au trône et à l'Agneau, (10) ils acclamaient à haute voix : "Le salut est le fait de notre Dieu qui trône, et de l'Agneau". (11) Tous les anges s'étaient disposés autour du trône, des Vieillards et des quatre Animaux ; ils s'inclinaient bien bas devant le trône et se prosternaient devant Dieu. (12) "Amen, disaient-ils, louange, gloire, sagesse, remerciement, honneur, puissance et force à notre Dieu pour les siècles des siècles. Amen".

(13) Un des Vieillards prit alors la parole et me dit : "Ces gens vêtus de blanc, qui sont-ils et d'où viennent-ils ? " (14) "Monseigneur, fis-je, à toi de le savoir". Il reprit : "Ce sont les survivants de la grande détresse, ils ont lavé leurs vêtements et les ont blanchis dans le sang de l'Agneau. (15) C'est pourquoi ils ont place devant le trône de Dieu et le servent jour et nuit dans son temple ; Celui qui trône les abritera sous sa tente ; ils n'auront plus ni faim ni soif, jamais plu le soleil ni la chaleur ne les accableront, (16) parce que l'Agneau qui est au milieu du trône les paîtra et les mènera aux sources d'eaux vives ; et Dieu essuiera les larmes de leurs yeux.

 

Rupture du dernier sceau

 

8 Lorsqu'il ouvrit enfin le septième sceau, il se fit au ciel un silence d'une demi-heure environ.

 

Vision des sept Trompettes

 

(2) Je vis alors les sept anges en faction devant Dieu : on leur donna sept trompettes.

(3) Survint un autre ange qui se plaça près de l'autel, un encensoir d'or à la main. On lui remit quantité de parfums à offrir, avec les prières de tous les saints, sur l'autel d'or qui fait face au trône. (4) Ainsi la fumée des parfums s'éleva avec les prières des saints, de la main de l'ange, en face de Dieu.

(5) Cela fait, l'ange reprit l'encensoir, le remplit de braises de l'autel et les lança sur terre ; il en advint coups de tonnerre, voix, éclairs et séisme. (6) Et les sept anges aux trompettes s'apprêtèrent à en sonner.

 

Les quatre premières trompettes

 

(7) Le premier sonna de la trompette : une grêle de feu mêlé de sang se précipita sur le sol ; le tiers du sol brûla, ainsi que le tiers des arbres et toute plante verte.

(8) Le deuxième ange sonna de la trompette : une sorte de grande montagne ardente se précipita dans la mer ; le tiers de la mer tourna en sang, (9) le tiers des créatures marines animées mourut et le tiers des bateaux fut détruit.

(10) Le troisième ange sonna de la trompette : il chut du ciel une grande étoile qui flambait comme une torche ; elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources. (11) Cette étoile s'appelle "l'Absinthe".

Ainsi le tiers des eaux tourna en absinthe et bien des gens moururent d'avoir bu de ces eaux empoisonnées.

(12) Le quatrième ange sonna de la trompette ; le tiers du soleil, de la lune et des étoiles furent frappés, si bien qu'ils s'obscurcirent d'un tiers, que le jour perdit autant de sa clarté et la nuit pareillement.

 

Proclamation des trois malheurs

Cinquième trompette, premier malheur : les sauterelles

 

(13) A ce point de ma vision, j'entendis un aigle qui planait au zénith dire à haute voix : "Malheur ; Malheur ; Malheur aux habitants de la terre à  cause des dernières sonneries de trompettes dont les trois anges vont sonner".

 

9 Là-dessus le cinquième ange sonna de la trompette. J'aperçus alors une étoile déchue du ciel vers la terre; on lui remit la clef du puits de l'abîme, (2) elle l'ouvrit, et il s'éleva du puits une fumée comme celle d'une grande fournaise, au point que le soleil et l'air furent assombris. (3) De cette fumée, des sauterelles s'échappèrent sur la terre. Elles étaient dotées d'un moyen d'action analogue à celui des scorpions terrestres ; (4) seulement on leur enjoignit de ne s'en prendre ni à l'herbe, ni à la verdure, ni aux arbres, mais uniquement aux hommes qui ne portent pas au front le sceau divin.

(5) Elles n'avaient du reste pas l'autorisation de les tuer, mais seulement de les tourmenter, cinq mois durant, d'un tourment pareil à celui d'une piqûre de scorpion. (6) En ces jours, les hommes chercheront la mort sans la trouver, ils désireront mourir et la mort les fuira.

(7) Ces espèces de sauterelles avaient l'air de chevaux harnachés pour la bataille, une sorte de couronne à reflets dorés leur casquait la tête, leur face était presque humaine, (8) leur chevelure ressemblait à celle des femmes, leurs dents à celles des lions : (9) leur thorax paraissait bardé de fer et le fruit de leurs ailes évoquait le fracas de la charge guerrière d'un nombreux escadron de chars.

(10) Elles ont, comme les scorpions, la queue armée d'un aiguillon : c'est par là qu'elles peuvent nuire aux hommes, cinq mois durant.

(11) Elles ont comme roi l'ange de l'abîme : il se nomme en hébreu Abbadon, et en grec Appollyôn.

(12) Passé le premier Malheur, voici venir encore les deux autres.

 

Sixième trompette, deuxième malheur : la Cavalerie infernale

 

(13) Le sixième ange sonna de la trompette. J'entendis alors une voix, issue des quatre coins de l'autel d'or situé devant Dieu, (14) dire au sixième ange qui tenait la trompette : "Détache les quatre anges enchaînés au bord du grand fleuve Euphrate". (15) On délia donc les quatre anges tenus en réserve pour le l'heure, jour, le mois et l'année du carnage du tiers de l'humanité... (16) L'effectif de cette cavalerie se montait à deux cent millions : j'ai entendu ce nombre. (17) Voici comment m'apparurent chevaux et cavaliers : ces derniers étaient cuirassés d'une flamme sulfureuse bleue ; les chevaux portaient crinière léonine et leurs naseaux crachaient du feu, fumée et souffre.

(18) Le tiers de l'humanité fut massacré par les trois fléaux en question (feu, fumée, souffre) crachés par leurs naseaux. (19) De fait, le pouvoir nocif des chevaux résidait aussi dans la queue : comme des serpents, elles avaient une tête dont ils se servaient pour nuire.

(20) Quant aux survivants de ces fléaux, ils ne renoncèrent même pas à leur façon d'agir, ils ne cessèrent d'adorer les démons et les idoles d'or, d'argent, de bronze, de pierre et de bois, bien incapables de regarder, d'écouter ou de marcher ; (21) ils ne regrettèrent pas non plus leurs meurtres, leurs maléfices, leurs débauches ni leurs vols.

 

Intermède du petit livre ouvert

 

10 Je vis alors un autre ange vigoureux descendre du ciel, enveloppé d'un nuage, la tête nimbée de l'arc-en-ciel, le visage radieux comme le soleil et les jambes comme des colonnes de feu. (2) Il tenait à la main un petit livre ouvert. Il posa le pied droit sur la mer, le gauche sur le continent. (3) Puis il se mit à crier à pleine voix comme rugit un lion. A son cri les sept Tonnerres firent gronder leur propre voix. (4) Quand ils eurent fini de parler, je me disposais à en prendre note, lorsque j'entendis une voix céleste me dire : "Scelle ce qu'on dit les sept Tonnerres et ne l'écrit point".

(5) Alors l'ange que j'apercevais campé sur la mer et le continent leva la main droite au ciel (6) et fit serment par Celui qui vit pour les siècles des siècles, le Créateur du ciel, de la terre, de la mer et de leur contenu qu'il n'y aurait plus de délai, (7) mais qu'aux jours où sonnerait la trompette du septième ange serait accompli le mystère de Dieu, selon la bonne nouvelle confiée à ses serviteurs les prophètes. (8) Alors la voix céleste que j'avais entendue se reprit à converser avec moi : "Va, me dit-elle, prends dans la main de l'ange campé sur la mer et le continent le petit livre ouvert".

(9) Je m'avançai donc vers l'ange et le priai de me remettre le petit livre. "Tiens, me dit-il, prends-le et mange-le ; seulement il te sera aigre aux entrailles, bien qu'à la bouche il doive t'être doux comme le miel. (10) Je pris donc le petit livre de la main de l'ange et le mangeai ; effectivement dans ma bouche il avait la douceur du miel, mais quand je l'eus mangé il me fut aigre aux entrailles.

(11) Puis on m'expliqua : "Tu devras prophétiser derechef sur bien des nations, des peuples, des langues et des rois".

 

Triomphe des Témoins du Christ

 

11 Alors on me donna un roseau en guise de bâton d'arpenteur, et l'on me dit : "Debout ! arpente le temple de Dieu et l'autel avec les adorateurs qu'il renferme ; (2) mais le parvis extérieur du temple, laisse-le en dehors de l'espace arpenté : il est livré aux païens, qui vont fouler la ville sainte pendant quarante deux mois. (3) Cependant je donnerai à mes Témoins de prophétiser, vêtus de bure, douze cent soixante jours". (4) C'est eux les deux oliviers et les deux chandeliers dressés en présence du Seigneur de la terre. (5) Veut-on leur faire du tort, un éclair jaillit de leur bouche et consume leurs ennemis : qui tient à leur nuire n'a plus qu'à périr ainsi. (6) Ces hommes ont le pouvoir de fermer le ciel pour qu'il ne pleuve pas durant leur activité prophétique ; ils peuvent aussi tourner les eaux en sang et frapper à leur gré la terre de toutes sortes de fléaux. (7) Pourtant, lorsqu'ils auront déposé intégralement leur témoignage, la Bête qui monte de l'abîme leur fera la guerre, les vaincra et les tuera : (8) leurs cadavres [de trainer] dans la rue de la grande ville, appelée au sens spirituel Sodome et Egypte, là même où le Seigneur a été mis en croix : (9) de diverses nations, tribus, langues et peuples on viendra les voir pendant trois jours et demi, sans permettre de les déposer au tombeau.

(10) Les habitants de la terre seront en liesse à leur propos et se féliciteront ; ils échangeront même des cadeaux, parce que ces deux prophètes avaient fait leur tourment.

(11) Mais au bout de trois jours et demi un souffle de vie émané de Dieu les pénétra, ils se remirent sur pied, et une grande terreur fondit sur ceux qui les regardaient. (12) Ils entendirent une forte voix céleste leur dire : "Montez ici ! ". Ils montèrent alors au ciel dans la nuée, sous les yeux de leurs ennemis. (13) A ce moment se produisit une forte secousse, le dixième de la ville croula, sept mille personnes furent tuées au cours du séisme ; les autres, saisis d'effroi, rendirent hommage au Dieu du ciel. (14) Passé le deuxième Malheur, voici venir promptement le troisième.

 

Dernière trompette. L'achèvement

 

(15) Le septième ange enfin sonna de la trompette. De fortes voix alors retentirent au ciel : "L'empire de notre Seigneur et de son Christ est établi sur le monde, disaient-elles; il régnera pour les siècles des siècles". (16) Là-dessus, les vingt quatre Vieillards qui trônent devant Dieu inclinèrent bien bas leurs visages et se prosternèrent devant lui (17) en disant : "Nous te remercions, Seigneur, Dieu Dominateur, qui est et qui était, d'avoir assumé la plénitude de ta puissance royale. (18) Sans doute les païens s'étaient irrités, mais ton courroux survint avec le moment de juger les morts, pour récompenser tes serviteurs, les prophètes, les saints et ceux qui révèrent ton nom, petits et grands, et pour exterminer ceux qui ont corrompu la terre".

(19) Le temple céleste de Dieu s'ouvrit alors, on aperçut à l'intérieur l'arche de son alliance, et il se produisit des éclairs, des voix, des coups de tonnerre, un séisme et une forte grêle.

 

  Deuxième section de la partie prophétique

EXECUTION DES DECRETS DU PETIT LIVRE OUVERT TOUCHANT LES RAPPORTS

DE L'EGLISE ET DE L'EMPIRE

 

La Dame et le Dragon

 

 12 Ensuite parut un grand météore : une Dame enveloppée dans le soleil, la lune sous les pieds, la tête couronnée de douze étoiles. (2) Elle était enceinte et criait dans les douleurs et le travail de l'enfantement. (3) Puis un second météore : un grand dragon roux, à sept têtes et dix cornes, et sur les sept têtes, sept diadèmes. (4) Il balayait de la queue le tiers des étoiles, et les précipita sur terre. Ce dragon se posta devant la Dame prête à enfanter, pour dévorer son enfant dès qu'elle l'aurait mis au monde. (5) Or elle enfanta un fils, un mâle, Celui qui doit mener à la baguette de fer toutes les nations païennes. Mais son enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son trône. (6) La Dame alors fuit au désert, où elle a sa retraite ménagée par Dieu, pour y être nourrie douze cent soixante jours.

(7) Il y avait eu guerre dans le ciel : Michel et ses anges avaient eu à batailler avec le Dragon ; le Dragon et ses anges avaient engagé le combat, (8) mais sans avoir le dessus ; il n'y eut plus place pour eux dans le ciel. (9)  Ainsi fut culbuté le grand Dragon, le Serpent primitif, appelé Diable et Satan, le séducteur du monde entier : il fut précipité sur terre, et ses anges avec lui.

(10) J'entendis alors une forte voix céleste dire : "Maintenant sont arrivés le salut, la puissance et la royauté de notre Dieu, ainsi que l'autorité de son Christ, puisqu'on a jeté bas l'accusateur, qui accusait jour et nuit nos frères devant notre Dieu. (11) Mais ils l'ont vaincu en vertu du sang de l'Agneau et de leur éloquent témoignage : ils ont méprisés la vie jusqu'à accepter la mort.

(12) Partant, réjouissez-vous, cieux et vous qui en habitez les tentes ; mais gare à la terre et à la mer, parce que le Diable est descendu parmi vous, agité d'une terrible rage, sachant bien que le temps lui est étroitement compté.

(13) Quand il se vit jeté sur terre, le Dragon se mit à la poursuite de la Dame qui avait enfanté le Mâle. (14) Mais elle reçut les deux ailes du grand aigle pour voler au désert, jusqu'à la retraite ou elle est nourrie un temps, deux temps et un demi-temps, hors de la portée de la tête du Serpent.

(15) Le Serpent alors de cracher contre la Dame un torrent d'eau pour la noyer. (16) Mais la terre secourut la Dame en ouvrant la bouche pour absorber le torrent vomi par le Dragon. (17) Celui-ci alors, de fureur, s'en alla faire la guerre au reste de sa descendance, les observateurs des ordres de Dieu et les dépositaires du témoignage de Jésus.

(18) Il s'établit enfin sur la plage.

 

Les Forces en présence

Les deux Bêtes

 

13 Je vis alors monter de la mer une Bête à dix cornes et sept têtes ; elle portait sur les cornes dix diadèmes et, sur les têtes, des titres blasphématoires. (2) Elle avait l'allure d'une panthère, les pattes d'un ours et la gueule d'un lion, le Dragon lui conféra sa puissance, son trône et une grande autorité.

(3) L'une de ses têtes, pourtant, paraissait égorgée à mort, mais la plaie mortelle était guérie. Là-dessus, tout le monde de se pâmer d'admiration à la suite de la Bête, (4) et de se prosterner devant le Dragon parce qu'il avait conféré son prestige à la Bête, et de se prosterner devant la Bête en disant : "Qui pourrait se mesurer à la Bête et batailler avec elle ? ". (5) On lui accorda la faculté de proférer des paroles arrogantes et blasphématoires et de sévir quarante deux mois.

(6) Elle ouvrit donc sa bouche pour blasphémer contre Dieu, blasphémer son nom et sa tente (ceux qui ont leur tente au ciel). (7) Elle put guerroyer avec les saints et l'emporter ; elle reçu autorité sur toute tribu, peuple, langue et nation, (8) au point que tous les habitants de la terre l'adoreront ; leur nom n'est pas inscrit depuis la fondation du monde dans le Livre de vie de l'Agneau égorgé.

(9) A bon entendeur d'écouter ! (10) Qui cherche à faire des prisonniers, s'en va en captivité ; qui tuera par l'épée doit être tué par l'épée ! C'est l'occasion pour l'endurance et la confiance des saints !

(11) Je vis ensuite une autre Bête monter de la terre ; elle avait deux cornes, comme un agneau, mais elle parlait à la Dragonne. (12) Tout le prestige de la première Bête, elle le déployait sous sa surveillance : elle amenait la terre et ses habitants à adorer la première Bête (celle dont la plaie mortelle était guérie) ; (13) elle opérait de grands prestiges, au point de faire tomber la foudre sous les yeux des hommes. (14) Au moyen des prodiges qu‘elle pouvait opérer sous la surveillance de la Bête, elle séduisait les habitants de la terre en leur suggérant de dresser une statue à la Bête qui avait survécu au coup d‘épée. (15) Il lui fut même concédé d‘animer la statue de la Bête, au point

qu‘elle en arrive à parler et à faire mettre à mort quiconque refuse de se prosterner devant elle.

(16) Elle arrivait à ce que tout le monde, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, se marquât la main droite ou le front, (17) de façon que personne ne pût acheter ou vendre sans être marqué du nom de la Bête, ou du chiffre de son nom. (18) C‘est le moment d‘être habile ! Aux gens avisés de calculer le chiffre de la Bête ! car c‘est le chiffre d‘un homme, et ce chiffre est six cent soixante six.

 

L'Agneau et ses élus

 

14 J'eus encore une vision : l'Agneau debout sur le mont Sion, et près de lui cent quarante quatre mille personnes qui portaient son nom et celui de son Père, écrits sur le front. (2) J'entendais cependant un choeur céleste comparable au fracas des grandes eaux et aux grondements puissants du tonnerre, mais également à un choeur de citharèdes s'accompagnant de la cithare. (3) Ils chantaient comme un chant nouveau devant le trône, les quatre Animaux et les Vieillards. Personne ne pouvait apprendre ce chant, si ce n'est les cent quarante quatre milliers rachetés de la terre, (4) pour ne s’être pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges ; ils forment la suite de l’Agneau partout où il va ; ils ont été rachetés d’entre les hommes, comme primeurs offertes à Dieu et à l’Agneau ; (5) dans leur bouche ne s’est point trouvé de mensonge, ils sont irréprochables.

 

Préparatifs de la lutte

Trois anges prédisent la victoire

 

(6) Je vis alors un autre ange voler au zénith, porteur d'une bonne nouvelle éternelle destinée à ceux qui résident sur terre, à toute nation, tribu, langue et peuple : (7) il disait à haute voix : "Craignez Dieu et rendez lui gloire, parce qu'a sonné l'heure ou il doit juger ; prosternez-vous devant l'autel du ciel  et de la terre, de la mer et de ses sources".

(8) Un deuxième ange le suivit et dit : "Elle est tombée, elle est tombée Babylone la grande, pour avoir abreuvé toutes les nations du vin de son dévergondage effréné".

(9) Un troisième ange les suivit et dit à haute voix : "Celui qui adore la Bête et sa statue , et en accepte la marque sur le front ou sur la main (10) boira lui aussi du vin de l'indignation de Dieu, versé pur dans le calice de sa colère ; il sera tourmenté dans le feu de souffre, sous les yeux d'anges saints et de l'Agneau ; (11) la fumée de leur tourment ne cessera de s'élever pour les siècles des siècles, sans que les adorateurs de la Bête et de sa statue et quiconque reçoit l'empreinte de son nom aient de répit ni jour ni nuit".

(12) C'est le moment de faire appel à l'endurance des saints, fidèles aux ordres de Dieu et à la foi de Jésus. (13) J'entendis même une voix céleste me dire : "Note : Heureux les morts qui meurent désormais dans le Seigneur. Oui, dit l'Esprit, qu'ils se reposent de leurs travaux car leurs actes les suivent".

 

Vision anticipée du double jugement

 

(14) J'eus encore une vision : un nuage blanc sur lequel siégeait comme un Fils d'Homme, la tête ceinte d'une couronne d'or et une faucille affilée à la main. (15) Un autre ange sortit du temple et cria d'une voix sonore à celui qui siégeait sur le nuage : "Faites aller votre faucille et moissonnez, le moment est venu, la moisson terrestre est mûre". (16) L'être assis sur le nuage fit alors passer sa faucille sur terre, et la terre fut moissonnée.

(17) Puis un autre ange, qui tenait pareillement une faucille affilée, sortit du temple céleste. (18) Un autre encore, le préposé au feu, quitta l'autel et interpella bien haut celui qui tenait la faucille affilée : "Faites aller votre faucille affilée, disait-il, et vendangez les grappes de la vigne terrestre : les raisins sont mûrs". (19) L'ange fit alors passer sa faucille sur terre, vendangea la vigne terrestre et mit le raisin dans la grande cuve de l'indignation de Dieu. (20) On la foula hors de la ville et il en sortit du sang jusqu'au niveau du mors des chevaux sur une distance de seize cent stades.

 

Exécution des vendanges divines sur Babylone et sur les Bêtes

Les sept coupes de la colère de Dieu

 

15 Je vis encore un autre météore, considérable et impressionnant : sept anges porteurs de sept fléaux, les derniers, car en eux est assouvie l'indignation de Dieu.

(2) Je vis aussi une mer transparente irradiée de feu, et, debout sur elle, les vainqueurs échappés à la Bête, à sa statue et au chiffre de son nom, tenant les cithares divines. (3) Ils chantaient de chant de Moïse le serviteur de Dieu et  le chant de l'Agneau : "Grandes et admirables sont tes oeuvres, Seigneur Dieu Dominateur ! Justes et véritables tes voies, Roi des nations ! (4) Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? Seul tu es saint , et toutes les nations viendront se prosterner devant toi, car la droiture de tes jugements est devenue manifeste".

(5) Après quoi j'ai vu s'ouvrir dans le ciel le temple [qui renferme] la tente du témoignage. (6) Les sept anges aux sept fléaux en sortirent , vêtus de lin propre et splendide, la poitrine ceinturée d'or.

(7) L'un des quatre Animaux leur donna sept trompettes d'or pleines de l'indignation du Dieu vivant pour les siècles des siècles ; (8) le temple fut rempli de fumée, provenant de la gloire de Dieu et de sa puissance, au point que personne n'y pouvait pénétrer que les sept fléaux des sept anges ne fussent accomplis.

 

16 J'entendis alors dans le temple une voix forte dire aux sept anges : "Allez répandre sur terre les sept coupes de l'indignation divine".

(2) Le premier s'en alla donc verser sa coupe sur le sol ; il en résultat un ulcère malin et pénible pour les hommes qui portaient l'empreinte de  la Bête et se prosternaient devant sa statue.

(3) Le deuxième répandit sa coupe dans la mer ; elle tourna en sang cadavéreux et tous les animaux marins périrent.

(4) Le troisième répandit sa coupe dans les fleuves et les sources, et ce devint du sang. (5) J'entendis alors l'ange des eaux : "Il est juste , disait-il, que toi, qui es, qui était, le Saint, tu aies ainsi jugé ;

 (6) parce qu'ils ont versé le sang des saints et des prophètes, tu leur as aussi donné à boire du sang !

Ils le méritent ! (7) Et j'entendis l'autel dire : "Oui, Seigneur, Dieu Dominateur, tes jugements sont vrais et justes".

(8) Le quatrième répandit sa coupe sur le soleil, et il lui fut donné de surchauffer les hommes par ses ardeurs ; (9) ainsi les hommes furent surchauffés d'une chaleur torride, ils maudirent le nom de Dieu qui peut déclencher ces fléaux, et ne voulurent pas se repentir et  le glorifier.

(10) Le cinquième répandit sa coupe sur le trône de la Bête ; son royaume s'enténébra et, de douleur [ses sujets] se mordirent la langue. (11) Ils maudirent le Dieu du ciel, à cause de leurs souffrances et de leurs ulcères, sans se repentir de leur conduite.

(12) Le sixième répandit sa coupe dans le grand fleuve Euphrate ; l'eau se tarit pour laisser passage aux rois d'Orient. (13) A ce moment je vis [sortir] de la gueule du Dragon, de celle de la Bête et de la bouche du faux prophète trois esprits impurs ; ils avaient l'air de grenouilles ; (14) de fait se sont des esprits démoniaques qui opèrent des prodiges et vont trouver les rois de toute la terre en vue de les concentrer pour la bataille du grand jour du Dieu Dominateur. (15) (Voici que je viens comme un voleur ! Heureux qui veille et garde ses vêtements, pour n'avoir pas à  circuler nu en se montrant indécent ! ) (16) Ils les rassemblèrent au lieu dit en hébreu Har-Magedon.

 (17) Le septième enfin répandit sa coupe dans les airs ; il sortit du temple une voix forte émanée du trône : "C'en est fait " disait-elle. (18) Aussitôt ce furent des éclairs, voix et coups de tonnerre accompagnés d'une secousse telle que jamais, depuis l'apparition de l'homme, il n'en advint d'aussi violente ; (19) la grande ville se brisa en trois, les villes païennes croulèrent , et ainsi Babylone la grande fut rappelée au souvenir de Dieu pour qu'il lui administrât le calice du vin de son ardente colère. (20) Toutes les îles s'enfuirent et l'on ne trouva plus de montagnes. (21) Des grêlons énormes, pouvant peser un talent, se mirent, du haut  du ciel, à bombarder les hommes ; ceux-ci maudirent Dieu à cause du fléau de la grêle, car il est formidable.

 

Le châtiment de Babylone

 

17 Un des sept anges aux sept coupes vint alors m'entretenir : "Viens, me dit-il, que je te montre la condamnation de la grande Prostituée, sise au bord des grandes eaux, (2) avec laquelle se sont méconduits les rois de la terre, et qui a grisé les habitants de la terre du vin de sa débauche".

(3) Il m'emporta donc en esprit au désert. Là je vis une femme montée sur une Bête écarlate, couverte de titres blasphématoires, ayant sept têtes et dix cornes. (4) La femme, affublée de pourpre et d'écarlate, chamarrée d'or, de pierreries et de perles, avait un gobelet d'or à la main, plein des vilenies et des ordures de sa prostitution. (5) Elle avait au front un nom symbolique : "Babylone la grande, la mère de la prostitution et des vilenies de la terre". (6) Je la vis ivre du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus, et sa vue m'étonna vivement.

(7) "Pourquoi t'émerveiller, me dit l'ange. Je vais t'expliquer le symbolisme de la femme et de la Bête à sept têtes et dix cornes qui la porte. (8) La Bête ne question était, n'est plus, et doit remonter de l'abîme pour se rendre à sa perte ; les habitants de la terre dont le nom n'est pas écrit depuis la fondation du monde dans le Livre de vie, s'émerveilleront de voir reparaître la Bête qui était et n'est plus. (9) Il faut ici une intelligence pénétrante ! Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles est installée la femme ; (10) ce sont aussi sept rois : cinq ont été renversés, il en reste un, l'autre n'est pas encore venu ; une fois arrivé, il doit demeurer pour peu de temps. (11) Quant à la Bête qui était et n'est plus, elle est un huitième [roi] , mais elle est des sept et se rend à  sa perte. (12) Les dix cornes sont dix rois qui n'ont pas encore régné, mais ils recevront le pouvoir royal, pour un moment, avec la Bête. (13) Ils n'ont qu'une pensée : conférer leur puissance à la Bête ; (14) ils feront la guerre à l'Agneau, mais ce dernier les vaincra parce qu'il est Seigneur des seigneurs et Roi des rois, ainsi que les siens, appelés choisis et fidèles.

(15) Il poursuivit : "Les eaux au bord desquelles tu as vue sise la Prostituée sont des peuples, des foules, des nations et des langues. (16) Les dix cornes, tout comme la Bête, haïront la Prostituée, la dépouilleront et la mettront à nu, ils en mangeront les chairs et la brûleront. (17) Car c'est Dieu qui leur a mis en tête d'exécuter son plan, d'opérer de concert et de donner à la Bête leur royal concours jusqu'à ce que soient accomplies les paroles de Dieu".

(18) "La femme que tu as vue, c'est la grande ville qui règne sur les rois de la terre".

 

18 Après cela je vis un autre ange descendre du ciel avec un grand pouvoir, et la terre était illuminée de sa gloire. (2) Il se mit à crier avec force : "Elle est tombée, elle est tombée Babylone la grande ! La voilà tanière des démons, repaire des esprits impurs et des oiseaux impurs et répugnants, (3) parce que toutes les nations ont bu du vin de son dévergondage insensé. Les rois de la terre se sont méconduits avec elle et les trafiquants ont fait fortune de l'énormité de son luxe".

(4) J'entendis encore une autre voix céleste dire : "Quittez la place, mon peuple, pour n'être pas solidaire de ses forfaits et ne rien recevoir des coups qui la frappent, (5) car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel, et Dieu s'est rappelé ses forfaits. (6) Payez-la de sa monnaie, rendez lui le double de ses méfaits, et dans le calice où elle versait à boire, versez lui le double. (7) Autant elle a fait parade de luxe, autant donnez-lui de tourment et de deuil. Parce qu'elle se dit : "Je trône en reine et ne suis point veuve et n'expérimente jamais le deuil, (8) pour cela, le même jour verra fondre sur elle tous les fléaux : mort, deuil, famine, et elle sera incendiée, car il est fort le Seigneur Dieu qui l'a condamnée".

(9) Les rois de la terre qui se sont méconduits et livrés au luxe avec elle pleureront et se désespéreront à son sujet en apercevant la fumée de son brasier ; (10) retenus a distance par la terreur de son tourment : "Hélas, hélas ! diront-ils, ô grande ville, Babylone, ville forte, il a suffit d'un moment pour ton exécution ! "

(11) Les trafiquants de la terre pleurent et se lamentent sur elle, parce que personne n'achète plus leur cargaison, (12) cargaison d'or et d'argent, de pierres précieuses et de perles, de fine toile et de pourpre, de soie et d'écarlate, de toutes sortes de bois de thuya et d'objets d'ivoire, de bois précieux, de bronze, de fer et de marbre, (13) cinnamone et amone, parfums, essences et encens , vin et huile, farine et froment, gros bétail et moutons, chevaux et chariots, esclaves et autres personnes !

(14) Voilà que le bon temps pour tes passions animales s'est envolé, toute l'opulence et le clinquant se sont envolés et jamais plus ne se retrouveront. (15) Les trafiquants de ces denrées, qui s'enrichissaient d'elle, retenus à distance par la terreur de son tourment, pleureront et se lamenteront : "Hélas, hélas ! diront-ils, la grande ville qui se drapait de fine toile, de pourpre et d'écarlate et scintillait d'or, de pierreries et de perles, (17) en un moment toute cette richesse a été rasée".

Tous les pilotes et les caboteurs, les marins et les travailleurs de la mer se tiendront à distance,

(18) ils hurlaient en regardant la fumée de son incendie : "Qu'y avait-il de comparable à la grande ville ? " (19) Ils se jetaient de la poussière sur la tête et hurlaient ; ils pleuraient et se lamentaient : "Hélas, hélas ! disaient-ils, la grande ville, dont l'opulence a enrichi tous les armateurs, un moment a suffit pour la raser ! "

(20) "Ciel, réjouissez-vous, ainsi que les saints, les apôtres et les prophètes, parce que Dieu a tranché en faveur de votre cause, à ses dépens".

 (21) Alors un ange vigoureux souleva une pierre de la taille d'une grande meule et la jeta dans la mer en disant : "Ainsi, d'un coup, sera précipitée Babylone la grande ville, et jamais plus on ne la retrouvera. (22) On n'entendra plus chez toi les sonorités des citharèdes et des chanteurs, des joueurs de flûte et de trompette, on ne trouvera plus chez toi d'ouvrier qualifié, pour aucun métier, on n'entendra plus chez toi le bruit de  la meule, (23) on ne verra plus chez toi briller la lumière d'une lampe et l'on entendra plus chez toi la voix des époux, parce que tes marchands étaient les maîtres du monde et que les maléfices ont séduit toutes les nations ; (24) et l'on a trouvé chez toi le sang des prophètes et des saints, et de tous ceux qu'on a égorgés sur terre".

 

19 Après cela j'entendis dans le ciel comme un choeur immense chanter : "Alleluia ! salut, gloire et puissance reviennent à notre Dieu, (2) parce que ses jugements sont vrais et justes, puisqu'il a exécuté la grande Prostituée qui corrompait la terre par sa débauche ; il a vengé sur elle le sang de ses serviteurs". (3) Puis ils reprirent : "Alleluia ! Sa fumée s'élève pour les siècles des siècles".

(4) Alors les vingt quatre Vieillards s'inclinèrent ainsi que les quatre Animaux, ils se prosternèrent devant le Dieu qui trône, et dirent : "Amen ! Alleluia !"

(5) Une voix sortit du trône : "Chantez notre Dieu, disait-elle, vous tous, ses serviteurs, qui ne craignez, petits et grands".  (6) Là-dessus l'entendis comme un choeur immense, sonore comme le bruit des grandes eaux et le grondement des puissants tonnerres, entonner : "Alleluia ! notre Dieu, le Dominateur a établi son règne. (7) Réjouissons-nous et glorifions-le , parce qu'approchent les noces de l'Agneau ; son Epouse est parée (8) de la fin toile , nette et splendide, qu'elle a reçue pour s'en habiller". (Or la fine toile , ce sont les bonnes oeuvres des saints.)

(9) Il me dit alors : "Ecris : Heureux les invités au dîner de noces de l'Agneau". Il ajouta : "Ce sont là paroles authentiques de Dieu". (10) Là-dessus, je tombais à ses pieds, pour me prosterner devant lui.

"Garde-t-en bien, me dit-il, je suis un serviteur comme toi et tes frères, les possesseurs du témoignage de Jésus ; prosterne-toi devant Dieu". De fait, l'esprit prophétique n'est autre que le témoignage de Jésus.

 

Victoire du Christ sur les Bêtes

 

(11) Je vis encore le ciel ouvert : et voici paraître un cheval blanc ; son Cavalier s'appelle Fidèle et Véritable ; c'est avec justice qu'il juge et fait la guerre. (12) Il a les yeux flamboyants , la tête ceinte de bien des diadèmes, et porte écrit un nom, que nul ne connaît sinon lui ; (13) il est drapé d'un manteau plein de sang et se nomme le Verbe de Dieu. (14) Lui faisaient suite, sur des chevaux blancs, les armées célestes, vêtues d'une fine toile d'une blancheur immaculée. (15) Sa bouche darde un glaive acéré, pour en frapper les nations païennes, car c'est lui qui doit les mener à la baguette de fer et fouler la cuve du vin du courroux indigné du Dieu Dominateur. (16) Il porte écrit sur le manteau et sur la cuisse : Roi des rois et Seigneur des seigneurs !

(17) Je vis alors un ange debout sur le soleil : il se mit à crier bien fort à tous les rapaces qui volent en plein ciel : "Ici ! rassemblez-vous pour les ripailles de Dieu, (18) pour dévorer chairs de rois, chairs de généraux et chairs de preux, chairs de chevaux et de cavaliers, chairs d'hommes libres et d'esclaves, de petits et de grands".

(19) Puis j‘ai vu la Bête, les rois de la terre avec leurs armées réunies pour faire la guerre au Cavalier et à son armée. (20) Mais la Bête fut garrottée, ainsi que le faux prophète qui avait opéré sous son contrôle les prodiges par lesquels il avait séduit les gens qui avaient reçu l‘empreinte de la Bête et s‘étaient prosternés devant sa statue. Tous deux furent jetés vifs dans l‘étang de feu sulfureux.

(21) Le reste fut massacré par l‘épée que dardait la bouche du Cavalier, et tous les rapaces firent bombance de leurs chairs.

 

Le sort du Dragon

 

20 Je vis encore un ange descendre du ciel ; il tenait à la main la clef de l'abîme et une grande chaîne. (2) Il maîtrisa le Dragon, le serpent primitif, qui n'est autre que le Diable et Satan, l'enchaîna pour mille ans (3) et le précipita dans l'abîme qu'il ferma et scella sur lui, de façon qu'il ne séduisit plus les nations avant le terme de mille ans ; après quoi il doit être déchaîné pour peu de temps.

(4) Je vis aussi des trônes, sur lesquels s'installèrent ceux qui reçurent le pouvoir de juger ; c'étaient les âmes de ceux qu'on avait décapités à cause du témoignage de Jésus et de la parole de Dieu, et tous ceux qui n'avaient adoré ni la Bête ni sa statue et n'en avaient pas reçu l'empreinte au front et à la main. Ils vécurent une vie nouvelle et régnèrent avec le Christ mille ans. (5) (Le reste des morts ne revécut point avant le terme des mille ans). C'est là la première résurrection. (6) Heureux et saint qui participe à la première résurrection ! sur eux la seconde mort n'a pas de prise, mais ils seront prêtres de Dieu et du Christ avec lequel ils régneront durant mille ans.

(7) Au terme de mille ans Satan sera déchaîné de sa prison, (8) il s‘en évadera pour égarer les nations aux quatre coins de la terre, (Gog et Magog), les rassembler pour le combat, nombreuses comme le sable de la mer. (9) Elles montèrent à la surface de la terre, cernèrent le camp des saints et de la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel et les dévora. (10) Le Diable, leur séducteur, fut jeté dans

l‘étang de feu et de soufre, auprès de la Bête et du faux prophète ;   ils y seront tourmentés jour et nuit , pour les siècles des siècles.

 

Le jugement général

 

(11) Je vis alors un grand trône blanc et Celui qui siégeait dessus; ciel et terre fuirent sa face, si bien qu'on en trouva plus la place. (12) Je vis aussi les morts, grands et petits, debout devant le trône.

On ouvrit des livres, puis encore un autre livre, celui de la vie ; et les morts furent jugés sur le texte des livres, selon leurs actes. (13) La mer avait rendue les morts qu'elle contenait, la mort et le souterrain séjour pareillement ; et chacun fut jugé selon ses actes. (14) Enfin, mort et souterrain séjour furent jetés dans l'étang de feu. C'est cela la seconde mort, l'étang de feu. (15) Quiconque ne sera pas inscrit au livre de vie fut jeté dans l'étang de feu.

 

21 Je vis alors un ciel nouveau et une terre nouvelle, puisque le premier ciel et la première terre s'en étaient allés ; seulement il n'y avait plus de mer désormais. (2) Je vis aussi la ville sainte, Jérusalem nouvelle, descendre du ciel d'auprès de Dieu, comme une fiancée parée pour son époux.

(3) En même temps j'entendis une voix forte issue du trône : "Voici la tente de Dieu chez les hommes, disait-elle, il partagera sa tente avec eux, ils seront ses peuples, et Dieu sera lui-même avec eux.

(4) Il essuiera toute larme de leurs yeux ; il n'y aura plus de mort, il n'y aura plus de deuil, ni cri, ni peine, car la condition primitive est passée".

 

Epilogue de toute la deuxième partie

 

(5) Alors Celui qui trône dit “Cette fois je rénove tout”. Il dit encore "Ecris que ces paroles sont sûres et authentiques”. (6) Puis il me dit "C‘en est fait. Je suis l‘Alpha et l‘Oméga, le principe et la fin.

C‘est moi qui donnerai à l‘assoiffé de la source d‘eau vive, gratuitement. (7) Le vainqueur héritera de tout cela , je serai son Dieu et il sera mon fils. (8) Quant aux lâches, aux défiants, aux tarés, aux meurtriers, aux paillards, aux empoisonneurs, aux idolâtres, et à tous les menteurs, leur part est dans l‘étang tout embrasé de feu et de souffre, la seconde mort."

 

TABLEAU   FINAL

La Gloire de l'Eglise éternelle, Jérusalem céleste

 

(9) Vint alors un des anges aux sept coupes pleines des sept fléaux suprêmes ; il se mit à causer avec moi : "Viens, me dit-il, que je te montre la Fiancée, l'Epouse de l'Agneau". (10) Il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne et me fit voir la ville sainte de Jérusalem, dont les pentes descendaient du ciel, d'auprès de Dieu, (11) dans toute la gloire de Dieu. Elle avait l'éclat d'une pierre très précieuse, telle que du jaspe cristallin ; (12) elle avait une grande et haute muraille, à douze portes, gardées par douze anges, et portant gravés les noms des douze tribus des fils d'Israël.

(13) Il y avait trois de ces portes à l'Orient, trois au Septentrion, trois au Midi, et trois à l'Occident.

(14) Le mur de la ville avait douze soubassements, portant les noms des douze apôtres de l'Agneau.

(15) Mon interlocuteur tenait un roseau d'or en guise de mesure pour arpenter la ville, ses portes et sa muraille. (16) Or la ville était bâtie en carré, sa longueur égalait sa largeur. Il arpenta donc la ville avec son roseau, et trouva douze mille stades ; largeur, longueur et hauteur étaient égales. (17) Il en mesura aussi la muraille, cent quarante quatre coudées, à l'échelle humaine qu'employait l'ange.

(18) La muraille était construite en jaspe, et la ville était d'or, pur comme du cristal ; (19) les soubassements du mur de la ville étaient diaprés de toutes sortes de pierres précieuses : le premier de jaspe, le deuxième de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d'émeraude, (20) le cinquième de sardonyx, le sixième de coraline, le septième de chrysolithe, le huitième de béryl, le neuvième de topaze, le dixième de chrysoprase, le onzième d'hyacinthe, le douzième d'améthyste.

(21) Chacune des douze portes étaient faites d'une seule perle ; l'avenue de la ville était d'or pur, comme du verre transparent.

(22) Mais je n'y ai pas vu de temple, car le Seigneur Dieu Dominateur en est le temple, ainsi que l'Agneau. (23) La ville n'a d'ailleurs besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer, car la gloire de Dieu l'illumine, et sa lampe est l'Agneau.

(24) Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y importeront leur opulence. (25) On n'en fermera pas les portes journellement, puisqu'il n'y aura point là de nuit. (26) On y importera l'opulence et la splendeur des nations ; (27) jamais ne s'y introduira rien de profane, ni personne qui commette vilenie ou mensonge, mais ceux-là seuls dont le nom est inscrit au livre de vie de l'Agneau.

 

22 Il me montra encore un fleuve d'eau vive, scintillant comme du cristal de roche ; il jaillissait du trône de Dieu et de l'Agneau. (2) Au milieu de l'avenue, de part et d'autre du fleuve, se trouvait un bois de vie, qui fructifiait douze fois pour donner chaque mois son fruit, tandis que les feuilles des arbres servaient à la guérison des nations.

(3) Il n'y aura plus rien d'exécrable, mais sur le trône de Dieu et de l'Agneau s'y trouvera, ses serviteurs lui rendront un culte, (4) ils verront son visage et porteront son nom sur le front.

(5) Il n'y aura plus de nuit désormais, l'on aura plus que faire de la lumière d'une lampe ni de celle du soleil, parce que le Seigneur Dieu luira sur eux, et ils régneront dans les siècles des siècles.

 

Epilogue

 

(6) Il me dit alors : "Ces paroles sont sûres et authentiques, et c'est le Seigneur Dieu des esprits et des prophètes qui a envoyé son ange montrer à ses serviteurs ce qui doit arriver bientôt".

(7) "Et voici que je viens en hâte. Heureux qui met en pratique les leçons de ce livre prophétique".

 (8) C'est moi, Jean, qui vois et entends ces choses ! Sur quoi je tombai pour me prosterner aux pieds de l'ange qui me les indiquait. (9) "Garde-t-en bien ! me dit-il, je suis un serviteur comme toi et tes frères les prophètes et ceux qui mettent en pratique les enseignements de ce livre : prosterne-toi devant Dieu".

(10) Il me dit encore : "Ne scelle pas le texte de ce livre prophétique, car le moment est proche.

(11) Que l'injuste commette encore l'injustice, que le sordide se salisse encore, que le juste pratique encore la justice et que le saint se sanctifie encore. (12) Voici que je viens en hâte, apporter mon salaire, pour rendre à chacun d'après son ouvrage. (13) C'est moi l'Alpha et l'Oméga, le premier et le dernier, le principe et la fin. (14) Heureux ceux qui lavent leurs vêtements, pour avoir droit à l'arbre de vie, et entrer dans la ville par les portes. (15) Dehors les chiens, les empoisonneurs, les paillards, les meurtriers, les idolâtres et quiconque aime et pratique le mensonge ! (16) Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange attester tout cela au sujet des Eglises. C'est moi le rejeton et le descendant de David, l'Etoile radieuse du matin".

(17) L'Esprit et la Fiancée disent : "Reviens". Puisse l'auditeur dire aussi : "Reviens". Que l'assoiffé vienne, et que l'homme de bonne volonté reçoive de l'eau vive, gratuitement !

(18) Pour moi, je le garantit à tout auditeur du texte de ce livre prophétique : Si quelqu'un le surcharge, Dieu le surchargera des fléaux décrits dans ce livre ; (19) et si quelqu'un en retranche, Dieu retranchera sa part de l'arbre de vie et de la ville sainte décrits dans ce livre.

(20) "Oui, je reviens en hâte", déclare celui qui atteste tout cela. "Amen. Reviens, Seigneur Jésus ! "

(21) La grâce du Seigneur soit avec tous.

 

Le chemin du 7 : de l'humain au Divin
 

Pythagore avait été initié aux plus grands secrets égyptiens... Les prêtres du Nil lui avaient révélé ce qu'il devait à son tour enseigner au sein d'une école des Mystères en Grèce.

Il semble que depuis la nuit des temps, le chiffre sept soit considéré comme un chiffre particulier. Dans toutes les cultures, on l'associe à de nombreux mythes, légendes, histoires saintes et magiques. D'où vient cette fascination pour le sept ? Serait-il un message pour l'homme, un chemin vers sa divinité intérieure ?

Tout commence en Egypte

Dès que l'on effectue des recherches sur le symbolisme du sept, on découvre qu'il est en permanence associé à la divinité, à l'accomplissement sacré de l'être humain. 
Remontons tout d'abord aux racines de notre culture occidentale : l'Egypte. C'est là qu'apparaît la plus grande, la plus majestueuse incarnation du sept. En effet, la pyramide est construite sur ce chiffre. Sa base à quatre côtés est surmontée d'un triangle (4+3=7).
Cela pourrait paraître anodin, mais cela ne l'est pas du tout : les Egyptiens ne faisaient rien au hasard. Leur civilisation était fondée sur la magie divine et toute activité humaine était pour eux l'expression d'une réalité divine. 
Cette façon de voir le monde donnait une importance à tous les détails, en agriculture comme en architecture. Les faits terrestres étaient autant d'occasions de lire et comprendre la Création des Dieux. La célèbre phrase « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » résume parfaitement cette pensée égyptienne. Difficile dans ces conditions d'imaginer que les concepteurs des Pyramides aient ignoré la présence du chiffre sept dans la pyramide. 
De nombreux égyptologues initiés à l'ésotérisme affirment d'ailleurs que les pyramides contiennent la totalité du savoir égyptien. Le chiffre sept est donc au cœur de ces secrets initiatiques que les confréries se transmettaient dans le silence des temples de pierre. La suite de notre enquête nous montrera que c'est bien là le cœur de la science spirituelle.
Selon certains, la fascination des Egyptiens pour le 7 provient des fameuses « sept sœurs », que l'on appelle aujourd'hui les Pléiades. Cette constellation, composée de sept étoiles, est en effet au cœur de nombreux mythes fondateurs. Les habitants de ces régions stellaires seraient à l'origine de la vie sur Terre. Les Egyptiens eux-mêmes tenaient les pléiades en haute estime et leur attribuaient de nombreuses fonctions dans l'univers.

Le chiffre guérisseur de Pythagore

C'est dans la merveilleuse civilisation de Grèce antique que l'on trouve l'explication du mystère du sept. A cette époque, l'école initiatique de Pythagore transmet un enseignement secret sur l'origine et la constitution de l'univers et de l'homme. Pour ce Maître spirituel, les chiffres sont l'écriture des dieux. Apprendre à lire leurs messages, c'est pénétrer les plus grands secrets. Parmi tous les chiffres, le sept est l'un des plus sacrés. Certains écrits ont traversé les siècles et nous permettent de savoir pourquoi... 
Nous avons vu que pour l'initié, le sept est constitué du 3 et du 4. Or, ce dernier incarne les forces de la matière, son plan vibratoire, constitué des quatre éléments. C'est donc le nombre de l'homme brut, matérialiste, sans élévation spirituelle. 
Le 3, est le chiffre de l'esprit, du monde divin. Placer le 3 au-dessus du 4, c'est placer un ciel au-dessus de la Terre, une présence spirituelle au-dessus de l'homme matériel. 
Or, c'est exactement ce que les Egyptiens avaient écrit dans la Pyramide. Il n'est pas étonnant d'apprendre que Pythagore avait été initié aux plus grands secrets dans les temples égyptiens... Les prêtres du Nil lui avaient révélé ce qu'il devait à son tour enseigner au sein d'une école des Mystères en Grèce. 
Pythagore appelait d'ailleurs le chiffre 7 « télesphore », qui par la suite est devenu le nom du dieu de la médecine. Sa vision est donc claire : le plein accomplissement du chemin de l'humain au divin est la source de toute guérison.

L'éveil de la Kundalini

Lorsque l'on part en quête du symbolisme du chiffre sept, cette compréhension est fondamentale. Elle semble d'ailleurs commune à l'ensemble des références au 7, quelles que soient la civilisation et l'époque. Il représente une perfection, un accomplissement pour l'homme qui s'élève vers le monde de l'esprit. 
Ces dernières années, cette vision a été énormément communiquée en Occident par la tradition Hindoue (qui compte d'ailleurs sept villes saintes...). Tout le monde connaît aujourd'hui les sept chakras et la kundalini. L'éveil de ce serpent d'énergie représente le chemin que doit parcourir la conscience à travers les sept fleurs de lotus. 
Les quatre premiers chakras sont situés sur le tronc du corps, alors que les trois derniers se trouvent sur le cou et la tête. C'est là encore un parallèle avec la vision égyptienne et pythagoricienne du carré et du triangle : le tronc incarne le carré, l'homme matériel ; la tête incarne le triangle, l'homme spirituel.

Dans le christianisme aussi

Cette image des sept chakras a été tellement répandue qu'elle a fini par nous faire oublier l'importance du chiffre sept dans la religion chrétienne. On le retrouve à de nombreuses reprises, notamment dans les sept sacrements qui jalonnent la vie d'un fidèle, du baptême à l'extrême onction. 
On trouve ici encore l'idée d'un chemin d'évolution spirituelle et de transcendance. Mais il y a également les sept paroles du Christ en croix, les sept Archanges, les sept dons du Saint Esprit, les sept vertus cardinales, et, plus connus, les sept péchés capitaux. 
L'un des textes les plus ésotériques du christianisme fait d'ailleurs sans cesse référence au 7 : 
l'Apocalypse de Saint-Jean l'initié, le disciple « bien-aimé » du Christ, auquel tous les secrets ont été confiés. Nul doute que Jean avait eu accès à de grandes connaissances ésotériques sous la guidance de son Maître. Il nous parle des sept candélabres d'or, de sept étoiles, sept sceaux, sept trompettes, sept églises... Le chiffre sacré structure l'ensemble de cet énigmatique testament spirituel.

Résonance astrale

L'astrologie était également fondée sur la vision antique de la perfection du 7. En effet, l'homme était placé sous l'influence de sept « luminaires », Soleil, Mercure, Vénus, Lune, Mars, Jupiter et Saturne. Chacune était une divinité qui présidait à la destinée des humains et déterminait leur tempérament. 
Même la Lune (qui n'est pas une planète mais agit sur l'homme) répond à un cycle de 4 fois 7 jours ! On peut d'ailleurs observer que chacun de ces cycles agit à tour de rôle sur les quatre éléments qui constituent le corps : Feu, Air, Eau et Terre. Les magiciens ont toujours connu ce secret. C'est pour cette raison que chaque charme devait être accompli sous une lunaison précise. 
Depuis des millénaires, notre temps est également structuré par le chiffre sept, à travers la semaine dont les jours portent chacun le nom d'une planète. Il est intéressant de noter le statut particulier du jour saint, premier ou septième de la semaine. La tradition alchimique a d'ailleurs repris cette structure fondamentale du sept à travers sept métaux correspondant aux planètes : l'or, l'argent, le mercure, le cuivre, l'étain, le fer et le plomb. C'est bien évidemment, là encore, le même cheminement qui est indiqué à l'homme, de la matière brute à l'incorruptibilité divine, l'or.

Les sept directions du théurge

On sous-estime généralement la puissance du chiffre sept. Et on nous a laissé penser que s'il revenait aussi souvent, ce n'était dû qu'au hasard, ou à une superstition généralisée. Il n'en n'est rien. La vision du 4+3=7 est fondatrice de nombreuses voies spirituelles. Dans la Thora par exemple, le tout premier verset comporte sept mots, pour un total de 28 lettres (4x7 !). On sait aujourd'hui que la science kabbalistique a entièrement codé ce texte selon le langage des chiffres. Tout a été calculé et déterminé avec une précision sidérante. La présence du 7 dès le début du texte révèle son pouvoir hors du commun et son importance pour les grands initiés qui l'ont rédigé. 
On trouve d'ailleurs dans ce texte une indication fondamentale qui régit entièrement la vision qu'ont les initiés de notre univers. Il s'agit du nombre de directions vers lesquelles ont peut aller. Pour les non-initiés, il y a quatre directions courantes (Nord, Sud, Est, Ouest), mais pas pour l'initié, ou le magicien....

Pour ce dernier, le monde contient 7 directions : le Nord, le Sud, l'Est, l'Ouest, le Haut, le Bas, et l'Intérieur. Ces orientations sont utilisées depuis des millénaires par les théurges lors de rituels magique. Il est d'ailleurs probable que cette connaissance vienne d'Egypte, où les mathématiques sacrées étaient étudiées et utilisées, y compris pour la magie opérative.

 

 

 
Deux secrets concernant la venue du Mahdi

L'annonce de la mort du roi Abdallah d'Arabie Saoudite a été ressentie par certains musulmans comme un signe précurseur de la fin des temps. En cause tout d'abord, le contexte actuel qui valide certaines paroles du prophète (hadiths) d'ordre eschatologique. Ces hadiths sont autant de pièces de puzzle qu'il faut recouper avec les versets du Coran et remettre dans le bon ordre pour avoir la vision d'ensemble de ce que sera la fin du monde selon l'islam. Il est dit qu' "il y a des signes pour ceux qui raisonnent ". Il s'agit donc de faire appel avant tout à ses capacités déductives, à la logique et par voie de recoupements successifs accomplir une extrapolation. Grâce à cette méthodologie, nous serons à même de révéler ce qui est occulté à la vue du plus grand nombre et de lever le voile sur certains mystères. Aujourd'hui, pas moins de 2 secrets seront révélés concernant la fin des temps en Islam mais avant de poursuivre plus avant un petit récapitulatif concernant l'Apocalypse islamique s'impose.

Les signes mineurs sont déjà là: Les signes de la fin des temps en Islam se classent en 2 catégories, les signes mineurs et les signes majeurs qui annoncent que l'Heure est imminente, le dernier d'entre eux étant le lever du soleil à l'Ouest, ce qui pour les gens intelligents se traduit par l'inversion du sens de rotation terrestre. Par déduction, les savants (oulémas) peuvent deviner que cet évènement ne peut que s'accompagner d'un cortège de cataclysmes d'une ampleur inouïe. Il faut dire que le contexte de l'époque actuel est assez inquiétant. Plusieurs des signes mineurs sont bel et bien déjà présents. Les gens se déplacent sur des selles qui n'ont pas de chameaux (les motos et les mobylettes), les femmes sont habillées tout en étant déshabillées, les pauvres se construisent des maisons hautes de plusieurs étages et entre autres choses, les gens peuvent voir à des distances considérables (la TV). Tout ceci a été prédit par le prophète Muhammad et pendant des siècles les musulmans ont cru qu'il s'agissait de merveilleuses fantasmagories jusqu'à ce qu'ils soient confrontés aux réalités du monde moderne. D'ailleurs on pourrait dire la même chose des prophéties des indiens hopis. Celles ci annonçaient que la grande purification du monde serait précédée de miracles tels des serpents de fer qui sillonnent la Terre (les rails de chemin de fer), des fils de métal dans le ciel (le télégraphe et les lignes à haute tension), des toiles d’araignées qui sillonneront le ciel (les traînées de condensation des avions) et ainsi de suite...

Dans les 2 cas, c'est seulement après que le signe se soit réalisé que l'on peut on comprendre la signification réelle.

Pour les musulmans, les choses sont cependant légèrement différentes puisqu'ils ont à leur disposition des milliers de hadiths concernant la fin des temps et lors de son dernier sermon, le prophète a même récapitulé tous les évènements historiques entre le temps de la révélation et celui de la fin. Le problème c'est qu'en dépit de cette masse d'information, il n'y a plus d'érudits ni de savants capables de raisonner à partir de ce matériel et alerter les gens. Le pire c'est que même cette disparition des érudits (oulémas) a été prophétisée et selon l'eschatologie islamique, elle constitue en elle même un des signes de la fin des temps . C'est pour remédier à cet état de fait que l'on va tacher ici de poser quelques jalons qui vont éclairer ce qui demeure obstinément obscur pour la quasi-totalité des hommes.

Les printemps arabes constituent un signe 

On a vu que quelques signes mineurs étaient déjà présents depuis plusieurs décennies. En 2011, à l'occasion des révolte arabes, s'est produit un nouveau signe annonciateur, celui de la fin de l'ère des tyrans.
Celle ci a été annoncée dans le dernier sermon du prophète dont voici un des témoignages :

« La prophétie restera parmi vous autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand Il voudra. Il y aura alors un Califat suivant la voie prophétique, qui vous gouvernera autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand Il voudra. 

Puis viendra une royauté injuste (et dynastique) qui vous gouvernera autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand Il voudra. 

Puis viendra une royauté tyrannique qui vous gouvernera autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand Il voudra. Puis viendra alors un Califat suivant la voie prophétique. » Puis le Prophète se tut.

Cette autre version a le mérite d'être plus simple :
Viendront après moi des Califes, puis des Émirs, puis des Rois, et enfin des tyrans. 

Quelqu’un de ma descendance apparaîtra et remplacera l'injustice qui régnait sur terre par de l'équité.

Dans les 2 cas, la fin de l'ère des tyrans constitue un signe de la fin des temps et annonce l'arrivée du personnage clé de l'eschatologie islamique : le Mahdi.

Pour les musulmans, le Mahdi est un personnage eschatologique légendaire qui prépare le terrain pour l'arrivée du messie Jésus qui tuera l'Antéchrist.

Voici comment selon les hadiths, le Mahdi sera sera définitivement reconnu en tant que tel :

"Un différend surviendra à la mort d’un calife et un homme de Médine s’enfuira vers la Mecque. Certains habitants de la Mecque viendront vers lui, l’amèneront de force et lui prêteront serment d’allégeance entre le coin de la Ka’abaet le maqam. Alors, de Syrie, une armée sera envoyée contre lui, mais elle sera engloutie dans le désert entre la Mecque et Médine. 

Lorsque les gens verront cela, les hommes les plus pieux de Syrie et les meilleurs hommes d’Irak iront voir cet homme et lui prêteront serment d’allégeance entre le coin de la Ka’aba et le maqam."
Je laisse aux exégètes le soin de retrouver dans le texte de l'Apocalypse, les versets correspondant à ce Hadith mais on retiendra que le Mahdi sera reconnu en tant que tel par les musulmans après la mort d'un Calife. Il faut savoir que le terme de Calife peut également désigner à la fois un chef politique et religieux. Ainsi même quelqu'un qui n'aurait pas le titre de Calife pourrait être désigné par ce Hadith. C'est pourquoi certains musulmans ont pensé que le Calife en question pourrait être le roi Abdallah d'Arabie Saoudite récemment décédé. En vérité, il n'en est rien et la suite de l'exposé vous démontrera pourquoi.

La comète est un signe de l'Heure

Si certains signes sont là les hadiths sont cependant très clairs, le Mahdi n'est censé se dévoiler qu'au moment où apparaîtra une comète et où le même mois, se produirons des éclipses de Lune et de Soleil. On peut présumer sans crainte de se tromper que ces 2 événements sont forcément liés. En d'autres termes, ce sera cette comète qui obscurcira le soleil puis ensuite la lune (comme précédemment je laisse le soin aux exégètes de retrouver quels versets de l'Apocalypse et du Coran s'appliquent à cet événement). L'équation est donc claire, sans comète il n'y a pas de Mahdi et même si c'était le cas, il resterait entre 7 et 9 ans jusqu'à l'achèvement du cycle actuel. Tout ce qui a été dit jusqu'à présent a été extrait du corpus doctrinal de l'eschatologie islamique, cela veut dire qu'aucune théorie novatrice n'a été rajoutée. En principe, les théologiens musulmans savent que nous vivons dans le contexte de la fin des temps mais ne peuvent déterminer si l'Heure finale surviendra dans quelques années ou quelques décennies. Le moment est venu de faire appel à nos capacités déductives et d'extrapoler ce qui est caché en filigrane des hadiths.

Depuis des décennies, le Moyen-Orient est en constante ébullition. Parmi ceux qui suivent les nouvelles mondiales, nombreux seront ceux qui s’étonneront de ce que nous réserve l’avenir, et du résultat final. Cependant, les prophéties bibliques expliquent d’avance les événements bouleversants, qui conduiront cette région à la catastrophe d’une Troisième Guerre mondiale !

La Bible insiste sur les événements des temps de la fin, juste avant le retour de Jésus-Christ. A l’approche de Son retour, les événements du Moyen-Orient auront un impact sur notre vie, ainsi que sur celle de tous les habitants de notre planète. La compréhension de ces événements vous aidera à prendre des dispositions pour le bien-être de votre famille. Il vous est possible d’échapper aux désastres et à la condamnation (Luc 21 :36), qui s’abattront sur un monde belliqueux et défiant Dieu.

Le Moyen-Orient semble être une source constante de mauvaises nouvelles. Les prophéties bibliques montrent que ces mauvaises nouvelles continueront à arriver jusqu’au retour de Jésus-Christ. Mais une fois que « l’Harmaguédon » du Moyen-Orient sera passé, une époque de bonnes nouvelles s’ensuivra. Jérusalem vivra alors sous son nom de « ville de la paix ». Une paix et une prospérité millénaires arriveront sous le gouvernement du Messie. En tant que Roi des rois, Jésus-Christ gouvernera la terre dans la justice et la droiture à partir de Jérusalem, et toutes les nations apprendront un nouveau mode de vie et le chemin de la paix.

Mais, au préalable, le Moyen-Orient devra passer par des temps difficiles.
A travers l’Histoire, la nature humaine a considéré la guerre comme l’arbitre final pour résoudre les disputes. L’apôtre Paul fit cette déclaration intéressante : « Ils ne connaissent pas le chemin de la paix ; la crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux » (Romains 3 :17-18). Plus d’un million de gens sont morts dans le conflit irano-irakien de 1980 à 1988. Des milliers d’autres sont morts au cours de la guerre du Golfe, durant l’opération « tempête du désert », en 1990-1991. Dans ce dernier conflit, des troupes irakiennes incendièrent près de six cents puits de pétrole au Koweït. La fumée noire qui s’élevait évoquait des images d’Harmaguédon.

Cette pollution incontrôlable fut appelée le « pire désastre environnemental au monde, provoqué par l’homme » (Time Almanac 2000, page 605. C’est nous qui traduisons tout au long de cette brochure). Dix ans plus tard, l’Irak demeure toujours une clé importante de la politique au Moyen-Orient et du terrorisme mondial.
Y aura-t-il d’autres conflits au Moyen-Orient ? Malheureusement, oui ! La Bible révèle qu’il y aura encore d’autres guerres locales en cet endroit, et que cela conduira à ce qui est couramment appelé « Harmaguédon ». Jérusalem sera le point convergent de ces conflits.

Depuis que l’Etat moderne d’Israël a été établi, les Arabes et les Israéliens ont pratiquement été constamment en guerre. La paix a souvent été proclamée dans la région, mais n’a jamais été réalisée. Plus de vingt-cinq ans après que le président égyptien Anouar el-Sadate eut donné cet espoir au monde, en se rendant en Israël pour offrir la paix, le processus qu’il espérait encourager fut mis en veille, et même stoppé. A présent, il reste peu d’espoir que la paix s’installe au Moyen-Orient.
La Bible révèle que ce conflit millénaire débouchera sur une solution pacifique dans un proche avenir. Mais avant cela, beaucoup de sang continuera à couler, et l’humanité devra traverser une époque de guerre et de souffrance d’une intensité inouïe.

La compréhension des prophéties bibliques, concernant le Moyen-Orient, peut nous apporter l’espoir et le réconfort, alors même que la crise actuelle ne cesse d’empirer. La Bible est remplie d’informations qui peuvent nous aider à comprendre le conflit actuel du Moyen-Orient, à la lumière du plan divin relatif aux événements mondiaux des temps de la fin. Elle explique beaucoup de détails inconnus des politiciens et de ceux qui gouvernent le monde. Comme nous allons le voir, elle révèle pourquoi l’ancienne rivalité entre les petits-fils d’Abraham, Jacob et Esaü, joue actuellement un rôle dans le conflit du Moyen-Orient. Les Ecritures démentent également les nombreux enseignements populaires erronés, concernant le rôle de la Russie dans les prophéties des temps de la fin. Elles font un tour d’horizon des principaux acteurs, qui seront concernés aux temps de la fin – dont la « bête », le faux prophète et le roi du septentrion – dans la phase finale de la Troisième Guerre mondiale, dont nous parlerons plus en détail à la fin de cette brochure.

Les prophéties bibliques révèlent d’avance beaucoup de faits et de détails importants, qui peuvent nous aider à nous préparer à traverser les temps dangereux qui s’annoncent. Jésus nous a donné le commandement de « veiller et prier », tandis que les événements de la fin se précisent (Marc 13 :33). La Bible révèle le rôle vital de Jérusalem – une ville au passé remarquable et au futur encore plus étonnant – qui est au centre de nombreuses prophéties et d’événements des temps de la fin.

Jérusalem – ville sainte de trois religions:

Jérusalem (al-Quds en arabe) est sacrée pour les trois religions monothéistes majeures : le christianisme, le judaïsme et l’islam. Elle fut, en conséquence, un centre de conflit à travers les siècles.
Conquise par les Romains avant la naissance du Christ, elle était sous domination byzantine lorsqu’elle tomba devant les armées musulmanes, conduites par le calife Omar, en 638. En 1071, les Turcs prirent le contrôle de Jérusalem et, en barrant la route aux pèlerins occidentaux, ils fournirent le motif de la première croisade. Cette croisade mit Jérusalem sous contrôle occidental au sein du « royaume latin de Jérusalem », qui tint la ville de 1099 à 1187, jusqu’à la reconquête islamique par Saladin. Les croisades suivantes replacèrent Jérusalem sous contrôle occidental de 1229 à 1239 et de 1243 à 1244, puis elle fut mise à sac par les Tartares. En 1247, la ville tomba sous les Mamelouks égyptiens, qui la contrôlèrent jusqu’en 1517, lorsque le sultan ottoman Selim 1er conquit la cité.

Jérusalem resta sous la domination ottomane durant près de quatre siècles. En 1917, au cours de la Première Guerre mondiale, le général Allenby et l’armée britannique vainquirent les Turcs ottomans et entrèrent dans la ville. En novembre de cette même année, le gouvernement britannique rédigea la déclaration Balfour, qui consignait ses intentions d’établir un foyer national juif, en Palestine, tout en notifiant que « rien ne sera fait qui puisse porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives vivant en Palestine ».
En 1947, les Nations Unies découpèrent Jérusalem, et la ville fut partagée entre les Juifs et les Arabes. En mai 1948, le premier ministre David Ben Gourion déclara l’indépendance de l’Etat d’Israël, qui parvint à se défendre contre la Ligue arabe. Durant la guerre des Six Jours en 1967, Israël prit possession de l’intégralité de la ville de Jérusalem qui, pour la première fois depuis sa destruction par les Romains, en l’an 70, fut administrée par les autorités juives.

L’avenir du monde est étroitement lié à l’avenir de cette ville. Pour les juifs, Jérusalem est la ville des grands prophètes et la capitale commune d’Israël et de Juda unifiés sous le roi David, ainsi que sous son fils Salomon. Le premier et le second temple furent le centre du culte jusqu’à la destruction de la ville par les Romains, en 70 apr. J.-C. Jérusalem est également la troisième ville sainte de l’islam, après la Mecque et Médine. Achevée en 691 apr. J.-C., la mosquée d’Omar – appelée également le « Dôme du Rocher » – surplombe aujourd’hui le Mont du Temple. Le terme arabe pour désigner cet emplacement saint est « al-Haram as-Sharif », ce qui veut dire « le Noble Sanctuaire ». Les musulmans croient que Mahomet est monté au ciel de cet endroit. Les chrétiens révèrent cette ville, car ce fut là que leur Sauveur a enseigné dans le temple – et qu’Il fut crucifié. Les chrétiens croient que Jésus reviendra établir Son Royaume, et qu’Il fera de Jérusalem la capitale du monde.

Le Mont du Temple est le point de mire des musulmans et des juifs, qui se querellent au Moyen-orient depuis plus de mille trois cents ans, depuis qu’un marchand arabe nommé Mahomet, vivant à mille trois cents kilomètres au sud-est de Jérusalem, inventa l’islam. Le Dôme du Rocher islamique a été édifié sur l’emplacement du temple de Salomon. Les juifs n’ont pas le droit de prier sur le Mont, c’est ainsi qu’ils se contentent de s’approcher du mur occidental – celui qu’on appelle le « Mur des Lamentations » – en bas du Mont. Les juifs languissent de pouvoir un jour accéder au Mont du Temple, pour y célébrer leur religion.

Le 13 septembre 1993, de grands espoirs de paix naquirent à l’occasion de la signature conjointe d’Israël et de l’Organisation de libération de la Palestine, d’une « déclaration de principes », à Washington D.C. Les observateurs étaient si confiants de la tournure des événements que le Prix Nobel de la paix fut décerné conjointement au chef palestinien Yasser Arafat, au premier ministre israélien Shimon Pérès et au ministre des affaires étrangères israélien, Isaac Rabin.

En mai 1994, Israël et les Palestiniens signèrent un accord provisoire qui permettait l’accès à une autonomie palestinienne de la rive occidentale et de la bande de Gaza. Cependant, le processus de paix vola en éclats en novembre 1995, lorsqu’un extrémiste israélien assassina le premier ministre Isaac Rabin. Juste une semaine avant sa mort, Rabin avait dit aux journalistes qu’il avait l’intention d’entamer des négociations avec la Syrie.
La mort de Rabin mit un terme au processus de paix. Malgré tout, il sembla que les Israéliens et les Palestiniens négociaient encore la paix. En octobre 1998, fut signé le Wye River Memorandum, en vue de réactiver l’accord provisoire de 1995, l’objectif étant d’atteindre une résolution finale du conflit israélo-palestinien, en mai 1999. Mais aucune solution ne fut trouvée. Le sommet de Camp David, en juillet 2000, organisé par le président américain Bill Clinton, échoua dans sa tentative d’accord de paix définitif – à cause du constat amer que, ni les Israéliens, ni les Palestiniens revendiquant l’exclusivité de Jérusalem en tant que capitale légitime, n’étaient disposés à céder une partie du contrôle de cette ville à l’autre camp.

En septembre 2000, alors qu’il se trouvait encore dans l’opposition, le premier ministre Ariel Sharon fit une visite au Mont du Temple, ce qui provoqua de vives protestations du côté palestinien. Au cours des semaines suivantes, des violences éclatèrent – des centaines de Palestiniens et des dizaines d’Israéliens furent tués ou blessés. Ce furent les pires violences que la région eut connues depuis les quatre années précédentes. Les efforts américains, pour réconcilier les deux camps, furent un échec. Lorsque Sharon, acteur clé de nombreuses opérations militaires menées par les Israéliens durant de nombreuses années, devint premier ministre, beaucoup d’Arabes jurèrent d’intensifier leur lutte contre l’Etat d’Israël. Le conflit religieux qui fut allumé à Jérusalem remit le feu à l’intifada (équivalent en langue arabe du mot « insurrection »), et propagea les violences dans la région.

Plus de 200.000 Israéliens vivent dans près de cent cinquante colonies établies sur la rive occidentale et à Gaza. Il y a, d’autre part, des communautés palestiniennes éparpillées à Hébron, Jéricho, Naplouse et Bethléem. Les affrontements entre Israéliens et Palestiniens ne cessent de croître ; début décembre 2002, l’agence Associated Press rapportait que 1954 Palestiniens et 683 Israéliens avaient été tués en vingt-six mois d’intifada. Depuis 2001, des attentats suicides ont été perpétrés régulièrement contre des Israéliens, qui répliquèrent par des opérations militaires sur la rive occidentale.

Les guerres arabo-israéliennes:

Le point de vue des Occidentaux sur les troubles au Moyen-Orient et leurs liaisons avec le terrorisme international changea définitivement le 11 septembre 2001, lorsque les terroristes anéantirent les tours jumelles du World Trade Center à New York, et qu’ils endommagèrent le Pentagone à Washington D.C. La revue Business Week qualifia cette agression terroriste « d’acte de guerre » (24 septembre 2001). Ensuite, au cours d’une session du Congrès américain le 20 septembre 2001, le président Georges W. Bush déclara la guerre au terrorisme international. Une coalition dirigée par les Etats-Unis s’associa à la milice afghane, pour détruire et expulser les forces d’al-Quaïda. Cependant, au cours de l’année 2002, les terroristes continuèrent à perpétrer des attentats dans plusieurs pays, dont un à Bali, en Indonésie, au mois d’octobre 2002, qui tua de nombreux Australiens et Indonésiens. La revue The Economist réagit en déclarant sur sa page de couverture que nous étions désormais dans « un monde régi par la terreur ».

La plupart des musulmans ne se considèrent pas comme des terroristes, et ne soutiennent pas la terreur répandue par al-Quaïda. Il y a approximativement 1,2 milliards de musulmans de par le monde, et près d’un quart à un tiers vivent au Moyen-Orient. Cependant, en dépit du fait que la vaste majorité des musulmans se disent favorables à la paix entre les peuples, leur religion sert de prétexte à une minorité d’extrémistes pour les rallier à leur cause, en vue de déstabiliser les nations et d’atteindre leurs objectifs.

L’instabilité caractérise ce début de 21ème siècle. Aujourd’hui, les Etats-Unis semblent vouloir prendre la tête d’une alliance destinée à combattre les Etats terroristes que le président Georges W. Bush appelle « l’axe du mal », dont font partie deux nations du Moyen-Orient : l’Iran et l’Irak. Le Pakistan et l’Inde, au même titre qu’Israël, possèdent l’arme nucléaire. D’autres pays, comme la Corée du Nord, sont fortement suspectés d’être capables de la produire. Dans le contexte instable actuel, beaucoup d’experts considèrent qu’une guerre nucléaire serait possible – et même probable. Si une guerre totale éclatait au Moyen-Orient, serait-il possible qu’à l’avenir, des missiles occasionnent une destruction nucléaire, biologique et chimique d’Israël et des nations environnantes ? La Terre sainte pourrait-elle devenir le point de convergence d’une nouvelle guerre mondiale ?

Que va-t-il se passer ?

Beaucoup d’observateurs pensent qu’il est insensé, et même impossible, de prédire l’avenir. Cependant, Dieu nous a donné des prophéties dans la Bible, et elles peuvent nous aider à comprendre les choses qui se dérouleront à l’intérieur et autour de Jérusalem, à l’époque de la fin. Que dit la Bible à ce sujet ? « Voici, le jour de l’Eternel arrive, et tes dépouilles seront partagées au milieu de toi. Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem ; la ville sera prise, les maisons seront pillées, et les femmes violées ; la moitié de la ville ira en captivité, mais le reste du peuple ne sera pas exterminé de la ville » (Zacharie 14 :1-2).
« Toutes les nations » seront impliquées dans ce conflit des temps de la fin, connu sous le nom de Jour de l’Eternel ou du Seigneur – l’année qui précédera exactement le retour prophétisé du Christ. Mais quels seront les événements majeurs prophétisés, qui conduiront à cette bataille à Jérusalem ? « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Matthieu 24 :21-22).

Le livre de l’Apocalypse – ou de la Révélation – révèle les événements dramatiques des temps de la fin, qui précéderont le glorieux retour de Jésus-Christ. Apocalypse 6 décrit les événements qui conduiront au Jour du Seigneur. Les hommes verront des bouleversements dramatiques et effrayants se dérouler dans les cieux. Apocalypse 6 :12-14 dit que ces « signes célestes » constitueront le « sixième sceau ». Jésus a déclaré : « Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées » (Matthieu 24 :29). Ces signes célestes précèdent le Jour de l’Eternel (Joël 2 :30-31), l’année du jugement de Dieu sur les nations. Ensuite, après cela, le Messie – Jésus-Christ – gouvernera toutes les nations de la terre (Apocalypse 11 :15).

Quel sera le rôle de Jérusalem dans ce Royaume à venir ? Cette ville sera-t-elle la future capitale du monde ? Se pourrait-il que cela arrive au cours de votre vie ? Les Ecritures nous annoncent une nouvelle fantastique et encourageante : « Prophétie d’Esaïe, fils d’Amots, sur Juda et Jérusalem. Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Eternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que toutes les nations y afflueront » (Esaïe 2 :1-2).

En langage biblique, une montagne symbolise un royaume ou un gouvernement. Esaïe déclare formellement que le Royaume de Dieu sera établi à Jérusalem, et que « toutes les nations y afflueront ». Ce gouvernement ne sera pas remis aux mains d’êtres humains égoïstes. L’humanité ne connaît pas le chemin de la paix, parce qu’elle a rejeté la façon de gouverner et l’autorité divine pour mener ses propres affaires.
Le gouvernement divin sur la terre sera administré à partir de Jérusalem, la future capitale du monde. C’est ce que confirme Zacharie, en nous décrivant une scène de vie, telle qu’elle sera à l’avenir. Notez ce qu’il dit : « Ainsi parle l’Eternel : Je retourne à Sion, et je veux habiter au milieu de Jérusalem. Jérusalem sera appelée ville fidèle, et la montagne de l’Eternel des armées montagne sainte. Ainsi parle l’Eternel des armées : Des vieillards et des femmes âgées s’assiéront encore dans les rues de Jérusalem, chacun le bâton à la main, à cause du grand nombre de leurs jours. Les rues de la ville seront remplies de jeunes garçons et de jeunes filles, jouant dans les rues » (Zacharie 8 :3-5).

Cependant, de nos jours, les rues de Jérusalem sont pleines de gens qui se regardent en ennemis, qui partagent un héritage et une histoire riches – mais qui ont également en commun des siècles chargés de conflits.


Une rivalité familiale amère


Pour comprendre le conflit actuel au Moyen-Orient, il nous faut comprendre l’histoire des protagonistes de ce conflit – les Juifs et les Arabes. Souvent, les historiens font mention de relations « familiales » entre ces deux peuples, certains d’entre eux les qualifient même de « cousins » parce que leurs racines remontent au grand patriarche Abraham.

Le judaïsme, le christianisme et l’islam respectent communément Abraham en tant que patriarche commun. En le surnommant de « super star de la religion », un article de la revue « Time » pose la question suivante : « Abraham changea le cours de l’histoire en adhérant à la croyance d’un Dieu unique, et il est considéré comme un saint par les musulmans, les juifs et les chrétiens. Ce héros biblique commun pourrait-il aider à la guérison du monde ? » (Edition du 30 septembre 2002, page 5).
La réponse est négative, aujourd’hui ! Mais Abraham – en tant « qu’héritier du monde » comme les autres saints dans le Royaume de Dieu, sous Jésus-Christ, dans le Monde de Demain – participera à l’enseignement de la voie qui mène à la paix, lorsque toutes les nations se rendront à Jérusalem (voir Esaïe 2 :2-4).

Au 19ème siècle av. J.-C., le Dieu Créateur commença à œuvrer avec Abraham (précédemment appelé “Abram”). Dieu testa à maintes reprises sa foi, en lui promettant même un fils, malgré son âge très avancé – une promesse dont l’accomplissement semblait tarder. Sara, la femme d’Abram, ne pouvant pas enfanter, encouragea son mari à avoir un enfant avec Agar, sa servante égyptienne. Lorsqu’il eut quatre-vingt-six ans, Abram eut un fils avec Agar, et il l’appela Ismaël (Genèse 16 :15-16). La majorité des Arabes d’aujourd’hui sont de la descendance d’Ismaël et d’Abraham.

Abram avait quatre-vingt-dix-neuf ans lorsque Dieu établit une alliance avec lui, pour qu’il devienne le « père de beaucoup de nations ». Ensuite, Dieu changea le nom d’Abram en Abraham, qui signifie « père d’une multitude ». Dieu fit la promesse à Abraham et à Sara qu’ils auraient un fils du nom d’Isaac. Il dit à Abraham : « J’établirai mon alliance avec lui [Isaac] comme une alliance perpétuelle pour sa postérité après lui » (Genèse 17 :19). Juda, l’un des petits-fils d’Isaac, devait devenir l’ancêtre des Juifs, ceux-là même qui occupent, aujourd’hui, l’Etat moderne d’Israël.
Après la naissance d’Isaac, Sara poussa Abraham à chasser Agar et Ismaël : « Elle dit à Abraham : Chasse cette servante et son fils, car le fils de cette servante n’héritera pas avec mon fils, avec Isaac » (Genèse 21 :10). Cette requête déplut fort à Abraham, mais Dieu lui dit : « Que cela ne déplaise pas à tes yeux, à cause de l’enfant et de ta servante. Accorde à Sara tout ce qu’elle te demandera ; car c’est d’Isaac que sortira une postérité qui te sera propre. Je ferai aussi une nation du fils de ta servante ; car il est ta postérité » (Genèse 21 :12-13).

La jalousie et la rivalité entre ces deux peuples perdurent aujourd’hui. Il y a encore une autre dimension dont il faut tenir compte, pour comprendre le conflit actuel. Il s’agit de la rivalité entre Jacob et Esaü, les enfants jumeaux d’Isaac. Esaü était l’aîné, et l’héritier du droit d’aînesse. Un jour, de retour d’une chasse et ayant une grande faim, Esaü vendit son droit d’aînesse à Jacob pour un bol de potage. Plus tard, Jacob se fit passer pour Esaü et trompa son père âgé, Isaac, afin de recevoir de lui la bénédiction réservée au détenteur du droit d’aînesse (lire à ce sujet Genèse 25 et 27). Quelle fut la réaction d’Esaü ? « Esaü conçut de la haine contre Jacob, à cause de la bénédiction dont son père l’avait béni ; et Esaü disait en son cœur : Les jours du deuil de mon père vont approcher, et je tuerai Jacob, mon frère » (Genèse 27 :41).

Cette rivalité amère devait se perpétuer dans l’histoire. Esaü est également appelé Edom (voir Genèse 36). Les Edomites contractèrent des mariages avec les Ismaélites, à commencer par Esaü lui-même (voir Genèse 28 :9). Les descendants de ces peuples continuèrent à entretenir des conflits avec Israël. La tribu dominante d’Edom, les Amalécites, ne cessa de harceler Israël (voir Exode 17). Dieu avait dit : « Parce que la main a été levée sur le trône de l’Eternel, il y aura guerre de l’Eternel contre Amalek, de génération en génération » (Exode 17 :16).
L’un des Psaumes confirme également, historiquement et prophétiquement, qu’Edom, Ismaël et Amalek sont ligués contre Israël : « Venez, disent-ils, exterminons-les du milieu des nations, et qu’on ne se souvienne plus du nom d’Israël ! Ils se concertent tous d’un même cœur, ils font une alliance contre toi ; les tentes d’Edom et les Ismaélites, Moab et les Hagaréniens, Guebal, Ammon, Amalek, les Philistins avec les habitants de Tyr ; l’Assyrie aussi se joint à eux, elle prête son bras aux enfants de Lot » (Psaume 83 :5-9).

Quelles sont les nations qui n’ont cessé de tenter de faire disparaître le nom d’Israël ? En juillet 1968, les dirigeants palestiniens ont signé la « Charte nationale de la Palestine », qui appelait à la destruction de l’Etat hébreu. En 1993, peu avant la signature de la « Déclaration de principes » avec Israël, Yasser Arafat, le porte-parole de l’OLP, signa un accord renonçant à cette revendication et accepta de changer les termes de la Charte, mais cela reste de nos jours un sujet de chaudes disputes. En outre, comme l’indique le Psaume 83, l’Assyrie (l’Allemagne moderne) se joindra aux nations arabes dans une « confédération » des temps de la fin. Examinez une carte de l’époque biblique pour localiser les anciens sites de Moab, d’Ammon et d’Edom mentionnés dans le Psaume 83 – des nations qui sont souvent mentionnées dans les prophéties de Daniel, aux temps de la fin. Il s’agit des peuples musulmans du Moyen-Orient !
Lorsque l’on comprend cette rivalité familiale qui a commencé avec Jacob et Esaü, cela nous donne une meilleure compréhension des conflits et des guerres perpétrés de nos jours par leurs descendants, en particulier au Moyen-Orient.

La célèbre prophétie de Daniel


Les Ecritures indiquent, avec assurance, qu’une grande puissance historique interviendra au Moyen-Orient. Historiquement, l’Empire romain de l’époque du Christ avait imposé une Pax Romana – la « Paix Romaine » – en Terre sainte.
La statue de Daniel


Le prophète Daniel révèle qu’il y aura, une fois encore, un Empire romain des temps de la fin qui jouera un rôle crucial dans les conflits au Moyen-Orient. Daniel rapporte que le roi Nebucadnetsar avait menacé de faire exécuter tous les sages de Babylone, s’ils se montraient incapables de dire le songe qu’il avait fait, et de lui en fournir l’interprétation.

Le Dieu Créateur utilisa le prophète Daniel pour annoncer l’ascension et la chute des grands Empires jusqu’à notre époque moderne. Voici ce que Daniel dit au roi : « Mais il y a dans les cieux un Dieu qui révèle les secrets, et qui a fait connaître au roi Nebucadnetsar ce qui arrivera dans la suite des temps » (Daniel 2 :28). Daniel dit à Nebucadnetsar que Dieu avait fait de lui un roi au-dessus des autres rois, et il décrivit la représentation qu’avait vue le roi : une grande statue qui avait une tête d’or. Daniel dit au roi Nebucadnetsar : « C’est toi qui es la tête d’or » (verset 38). Le reste de la grande statue symbolisait les grands Empires qui succéderaient à l’Empire babylonien.

Quels étaient ces Empires ? Tous les érudits bibliques, honnêtes, sont d’accord sur leur identité et leur réalisation prophétique. Daniel poursuivit la description de la statue et annonça ce qui devait arriver. La tête d’or représentait l’Empire babylonien de 625 à 539 av. J.-C. L’Empire médo-perse de 558 à 330 av. J.-C. était représenté par la poitrine et les bras d’argent. Le ventre et les cuisses d’airain représentaient l’Empire gréco-macédonien d’Alexandre le Grand de 333 à 31 av. J.-C. Les deux jambes de fer représentaient l’Empire romain de 31 av. J.-C. à 476 apr. J.-C.

Finalement, les dix orteils des deux pieds en partie constitués de fer et d’argile mélangés représentaient une résurrection future de l’Empire romain.
Comment savons-nous que les pieds de la statue correspondent à notre époque moderne ? Daniel dit qu’une grande pierre vint frapper les pieds de la statue, et la fit s’écrouler. Il explique également ce que signifie cette pierre : « Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple ; il brisera et détruira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement » (Daniel 2 :44). Le Royaume de Dieu qui « détruira tous ces royaumes-là » est pour bientôt !

La puissance des temps de la fin, qui dominera finalement le Moyen-Orient, sera une résurrection de l’Empire romain, dont une bête en est le symbole dans les prophéties de l’Apocalypse et dans le livre de Daniel. Cette grande puissance sera à la fois politique, militaire et économique. L’Union européenne actuelle travaille à la réalisation des trois dimensions de cette puissance. Potentiellement, cela pourrait devenir bénéfique. Malheureusement, l’histoire nous enseigne que les grands Empires et les alliances politiques de ce genre peuvent également virer en dictature, ayant à dessein d’étendre leur expansion et leur domination sur le monde, sans égard pour les Etats-nations assujettis. Le Dieu Créateur Se servira d’un tel Empire dans l’avenir, tout comme Il l’a fait dans le passé. Dieu S’est servi de l’Assyrie pour punir le royaume rebelle d’Israël.

Dans les premiers versets d’Esaïe 10, Dieu condamne Israël à cause de tous ses péchés, puis Il déclare : « Malheur à l’Assyrien, verge de ma colère ! La verge dans sa main, c’est l’instrument de ma fureur. Je l’ai lâché contre une nation impie, je l’ai fait marcher contre le peuple de mon courroux, pour qu’il se livre au pillage et fasse du butin, pour qu’il le foule aux pieds comme la boue des rues. Mais il n’en juge pas ainsi, et ce n’est pas là la pensée de son cœur ; il ne songe qu’à détruire, qu’à exterminer les nations en foule » (Esaïe 10 :5-7).

Dieu utilisera les descendants des Assyriens aux temps de la fin – la nation allemande – pour punir, une fois de plus, les descendants modernes de l’ancienne maison d’Israël, le peuple américain et les descendants des britanniques. L’Allemagne est la nation de tête de l’Union européenne. Surveillez les événements en Europe. Pour en apprendre davantage sur le rôle de l’Allemagne selon les prophéties des temps de la fin, lisez notre article Un quatrième Reich ?
Dans Daniel 11, nous sommes mis en présence de deux adversaires : le roi du septentrion (du nord) et le roi du midi (du sud). Dans l’antiquité, la Syrie était considérée comme le roi du nord. Mais l’Empire romain fit la conquête de la Syrie, qui devint une province romaine en l’an 64 av. J.-C. Les prophéties bibliques montrent qu’aux temps de la fin, le roi du nord sera l’Empire romain ressuscité. Ensuite, « au temps de la fin, le roi du midi se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires ; il s’avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera. Il entrera dans le plus beau des pays, et plusieurs succomberont ; mais Edom, Moab, et les principaux des enfants d’Ammon seront délivrés de sa main. Il étendra sa main sur divers pays, et le pays d’Egypte n’échappera point » (Daniel 11 :40-42).

Notez que le roi du nord entrera dans « le plus beau des pays » – là où se situe l’Etat moderne d’Israël. Le fait qu’Ammon (que les érudits de la Bible identifient à la Jordanie actuelle) échappe à son emprise, de même qu’Edom et Moab, conduit beaucoup à croire que la Jordanie s’alliera à la puissance européenne. Le Psaume 83 nomme les peuples qui feront alliance avec l’Assyrie contre Israël. Cette alliance inclut Moab, Ammon et Edom.

Daniel 11 :43 nous donne une indication au sujet de ces nations alliées au roi du sud. Il s’agit des peuples d’Afrique du Nord. Le verset 40 déclare que le roi du sud attaquera le roi du nord. Quel sera le motif du déclenchement de cette attaque ? Sera-ce à cause d’une poussée du fondamentalisme islamique ? Sera-ce une soudaine interruption d’approvisionnement en pétrole vers l’Europe ? Surveillez les événements en Europe et au Moyen-Orient !

Qui envahira le Moyen-Orient ? Cherchez du côté de l’Empire romain ressuscité – une entité politique en formation dont l’Union européenne en est le noyau. Il y aura une paix imposée sur l’Etat d’Israël. Mais, comme nous allons le voir, la « puissance de la bête » qui occupera le Moyen-Orient sera renversée par le Commandant de l’armée des cieux – Jésus-Christ – à Son retour. Le Roi des rois et Seigneur des seigneurs, révélé dans Apocalypse 19, veillera à ce que la bête et le faux prophète soient jetés dans un étang de feu. Jérusalem sera habitée par le nouveau Roi de la terre, Jésus-Christ. La ville sera même appelée « l’Eternel est ici » (Ezéchiel 48 :35). La paix sera finalement rétablie au Moyen-Orient et dans la Cité de la paix : Jérusalem.

La Russie contrôlera-t-elle le Moyen-Orient ?


Certains spécialistes en matière de prophéties bibliques pensent – à tort – que la Russie dominera le Moyen-Orient avant la seconde venue du Christ. D’où vient cette idée erronée ? Elle vient principalement d’une mauvaise compréhension d’Ezéchiel 38 qui commence ainsi : « La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots : Fils de l’homme, tourne ta face vers Gog, au pays de Magog, vers le prince de Rosch, de Méschec et de Tubal, et prophétise contre lui ! » (versets 1-2). La plupart des érudits de la Bible identifient ces noms aux peuples du nord de la Russie. Wilhelm Gesenius, un érudit juif du 19ème siècle, ainsi que d’autres, remarque que le nom de la ville de Moscou dérive du mot hébreu Méschec.

Ezéchiel poursuit : « Tu diras : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, j’en veux à toi, Gog, prince de Rosch, de Méschec et de Tubal ! Je t’entraînerai, et je mettrai une boucle à tes mâchoires ; je te ferai sortir, toi et toute ton armée, chevaux et cavaliers, tous vêtus magnifiquement, troupe nombreuse portant le grand bouclier et le petit bouclier, tous maniant l’épée ; et avec eux ceux de Perse, d’Ethiopie et de Puth, tous portant le bouclier et le casque ; Gomer et toutes ses troupes, la maison de Togarma, à l’extrémité du septentrion, et toutes ses troupes, peuples nombreux qui sont avec toi » (versets 3-6).

Remarquez que la maison de Togarma se situe loin, au nord de la Terre sainte. Si vous regardez une carte, vous pouvez constater que la Russie se trouve à l’extrême nord. Qui se joindra à la Russie ? La Perse est mentionnée. La plupart des érudits s’accordent à dire que la Perse est devenue l’Iran moderne. Le mot hébreu pour Ethiopie est Cush, dont l’Inde en est une branche orientale. Le mot hébreu pour la Lybie est Puth (selon Genèse 10 :6, Puth est le troisième fils de Cham), dont l’Inde – comme pour Cush – est aussi une branche orientale. Magog est l’ancêtre des Mongols, et Gomer celui de l’Indochine. Togarma identifie la Sibérie.
Nous sommes d’accord sur l’identité des peuples mentionnés dans Ezéchiel 38. Les prophéties bibliques montrent que ces armées, en fin de compte, pénétreront au Moyen-Orient, mais quand ? Après Sa seconde venue, Jésus interviendra pour rétablir la paix mondiale et rééduquer les nations (voir Esaïe 2 ; Michée 4). Mais cela prendra du temps.

Toutes les nations n’accepteront pas automatiquement le gouvernement de Jésus-Christ lorsqu’Il reviendra. Apparemment, même l’Egypte refusera d’obéir à l’ordre de Dieu d’observer la Fête des Tabernacles à Jérusalem (voir Zacharie 14 :18-19). La coalition sino-russe, mentionnée dans Ezéchiel 38, attaquera après le commencement du Millénium – après le second Avènement du Christ, et après que la paix fût établie en Terre sainte. Remarquez ce que Dieu dit au sujet de ces envahisseurs : « Tu diras : Je monterai contre un pays ouvert, je fondrai sur des hommes tranquilles, en sécurité dans leurs demeures, et qui habitent tous dans des villes sans murailles, et n’ayant ni verrous ni portes ; j’irai faire du butin et me livrer au pillage, porter la main sur des ruines maintenant habitées, sur un peuple recueilli du milieu des nations, ayant des troupeaux et des propriétés, et occupant les lieux élevés du pays » (Ezéchiel 38 :11-12).

Peut-on dire, aujourd’hui, que les habitants d’Israël soient en « sécurité dans leurs demeures », dans un pays ouvert, c’est-à-dire sans protection militaire ? Non, bien sûr ! Ezéchiel parle d’une époque à venir, lorsque le Christ établira la paix en Terre sainte. Notez cela : « C’est pourquoi prophétise, fils de l’homme, et dis à Gog : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Oui, le jour où mon peuple d’Israël vivra en sécurité, tu le sauras » (verset 14).

Dieu anéantira cette coalition venue de l’est, ainsi que ses armées lorsqu’elles attaqueront la nation d’Israël reconstituée (voir Ezéchiel 39). Il y aura tellement de morts que plusieurs mois seront nécessaires à les enterrer tous : « La maison d’Israël les enterrera, afin de purifier le pays ; et cela durera sept mois » (Ezéchiel 39 :12). Le Dieu Suprême possède une puissance absolue dans l’univers pour accomplir Sa volonté. C’est une folie pour les nations de Le combattre et de s’opposer à Ses desseins, mais c’est de cette façon qu’elles apprendront qui est aux commandes. Dieu déclare : « Je manifesterai ma grandeur et ma sainteté, je me ferai connaître aux yeux de la multitude des nations, et elles sauront que je suis l’Eternel » (Ezéchiel 38 :23).

Qui contrôlera Jérusalem ?


Depuis 1967, Israël a guerroyé et négocié des traités de paix avec plusieurs Etats arabes. Mais Israël n’a jamais été en mesure de négocier un accord de paix permanent avec les Palestiniens. En juillet 2000, le premier ministre israélien, Ehud Barak, fit une chose qu’aucun autre négociateur israélien n’avait osé faire précédemment – il proposa qu’Israël accorde l’autonomie administrative aux Palestiniens de Jérusalem-Est. Néanmoins, M. Barak, laissait à Israël le contrôle du maintien de l’ordre sur Jérusalem-Est. Mais les Palestiniens rejetèrent sa proposition. Les négociations furent rompues, conduisant au conflit actuel. Qu’est-ce qui provoqua l’impasse dans les négociations ? Le seul point qui semble ne jamais pouvoir être solutionné se résume à cette question : « Qui contrôlera Jérusalem ? »

En 1980, Israël déclara que Jérusalem était sa « capitale unifiée et éternelle ». Les Palestiniens désirent également s’octroyer Jérusalem comme capitale. Avant de mourir, en 2002, Faysal Husseini, un représentant de l’Autorité de la Palestine à Jérusalem dévoila la position palestinienne, en disant qu’Israël « devait se retirer de toute la partie Est de Jérusalem pour revenir aux frontières d’avant 1967 […] Toutes les installations et les quartiers dans Jérusalem-Est doivent être démantelés […] Israël doit payer aux Palestiniens les dommages qu’il leur a causés, y compris les transformations qui ont modifié le caractère de la ville et le mode de vie de ses citoyens » (The Jerusalem Post, 19 novembre 1999).

Israël maintient que Jérusalem doit rester la capitale indivisible d’Israël. Comme le porte-parole israélien, Gadi Baltiansky, l’a déclaré en 1999 : « Il n’y aura pas de négociations sur Jérusalem, et si les Palestiniens pensent le contraire – tant pis. C’est une ligne rouge que le premier ministre Barak ne franchira jamais » (Ibid.). Même la proposition de M. Barak, pour le « partage de la souveraineté », n’inclut aucune concession d’une éventuelle partition de Jérusalem, sans contrôle israélien sur la sécurité. Depuis ce temps, confrontés à l’intifada, les successeurs de M. Barak n’ont montré aucun empressement à renouveler cette proposition, considérée comme généreuse par les Israéliens, mais que les Palestiniens estiment inacceptable.

Dans cette dispute, les Etats-Unis se sont rangés du côté d’Israël et sont devenus la cible de la colère internationale. Le 30 septembre 2002, le président Bush signa une loi du congrès qui demandait à son administration de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d’Israël. Quelle fut la réaction ? Un journal du Caire a publié : « La nouvelle administration des Etats-Unis, ayant demandé que tous les documents officiels américains identifient la ville occupée de Jérusalem comme capitale de l’Etat hébreu, a déclenché des réactions de colère au sein du monde islamique. Des milliers de manifestants ont défilé dans Gaza, en menaçant d’intensifier les attentats suicides en Israël, tandis que les chefs civils et religieux interpellaient les parlements arabes et islamiques à réagir fortement à ce dernier outrage, appelant entre autres, au boycottage des produits américains » (Al-Ahram, 16 octobre 2002).

Le fossé séparant les opinions divergentes, relatives à la souveraineté de Jérusalem, est large et profond ! Quel est l’avis de la communauté internationale au sujet de ce conflit ? Quelle pourrait être la solution ? En 1980, lorsqu’Israël déclara que Jérusalem était sa « capitale unifiée et éternelle », le Vatican objecta vigoureusement à cette déclaration. En 1984, dans sa lettre apostolique Redemptoris Anno, le pape Jean-Paul II écrivit qu’il aspirait à ce que Jérusalem bénéficie d’un « statut spécial international ». Déjà, au début de l’année 1975, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis, Henry Kissinger, avait formulé une proposition semblable, afin que Jérusalem puisse devenir une ville internationale dont les lieux saints et l’administration religieuse seraient confiés au pape.

Le 28 mai 1998, le pape Jean-Paul II s’était entretenu avec le nouvel ambassadeur jordanien au Vatican, et l’agence de presse Reuters publia ce commentaire : « La longue histoire de la ville de Jérusalem, pleine de tribulations, sera au bord d’un nouveau seuil en l’an 2000, avec l’arrivée du troisième millénaire de la chrétienté […] J’espère, avec ferveur, que cela pourra aboutir à la reconnaissance officielle, accompagnée de garanties internationales, de l’identité unique et sacrée de la Cité sainte. »
Jérusalem sera-t-elle contrôlée par des non Israéliens ? L’apôtre Jean nous dit qu’il en sera effectivement ainsi ! « On me donna un roseau semblable à une verge, en disant : Lève-toi, et mesure le temple de Dieu, l’autel, et ceux qui y adorent. Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le de côté, et ne le mesure pas ; car il a été donné aux nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante-deux mois » (Apocalypse 11 :1-2).

Les nations contrôleront la « Cité sainte » et – Jérusalem – pendant quarante-deux mois. L’Apocalypse mentionne une période de trois ans et demi jusqu’au retour du Christ. Deux prophètes de Dieu porteront le témoignage avec une grande puissance durant cette période de trois ans et demi, ou mille deux cent soixante jours (Apocalypse 11 :3-15). Ces deux témoins seront en butte aux forces de l’Empire romain ressuscité, qui dominera le Moyen-Orient à cette époque-là.

Les sacrifices du temple seront-ils rétablis ?


Beaucoup d’enseignants religieux comprennent en partie les prophéties bibliques. Ils s’attendent à ce que l’autorité juive orthodoxe d’Israël rétablisse, une fois encore, les sacrifices du temple. A l’heure actuelle, divers groupes, comme l’Institut du troisième temple à Jérusalem, font des préparatifs en formant des sacrificateurs et les éléments nécessaires requis au rétablissement des sacrifices. Le sacerdoce juif offrira-t-il de nouveau des sacrifices d’animaux ? Plusieurs groupes juifs s’activent efficacement dans ce sens.

Des groupements religieux et des particuliers se sont fait remarquer par des débordements motivés par leur désir de voir les prophéties s’accomplir. Au cours des mois de décembre 1999 et janvier 2000, les autorités israéliennes ont mis en alerte spéciale leurs services de sécurité, à cause de certains groupes religieux considérés comme « apocalyptiques », prétendument investis de la mission « d’aider la prophétie à s’accomplir » par leur propre intervention, en faisant sauter le Dôme du Rocher afin de rendre possible la reconstruction d’un troisième temple.

Les véritables chrétiens savent que Dieu est aux commandes. Dieu n’a pas besoin de notre aide pour réaliser les prophéties qu’Il a révélées. En outre, les véritables chrétiens n’ont pas vocation à provoquer des actes de violence, ou de faire exploser des immeubles. Certains extrémistes Juifs ont même menacé de s’emparer de force du Mont du Temple. Un tel acte de violence pourrait provoquer un soulèvement général des Arabes, ou même une jihad (guerre sainte) aux répercutions internationales.
Le Dôme du Rocher, une mosquée sacrée des musulmans, est érigé sur le Mont du Temple, d’où le temple a disparu. Cependant, beaucoup de juifs, et certains chrétiens s’attendent à une intervention divine qui permettrait la reconstruction d’un troisième temple à ce même emplacement.

Que va-t-il se passer, réellement ? Les prophéties indiquent que les sacrifices seront rétablis. Les armées romaines ont détruit Jérusalem et le second temple, en 70 apr. J.-C. Depuis cette époque, les Juifs n’ont plus offert de sacrifices au temple. Et maintenant, une question très importante est posée : Est-il nécessaire qu’un temple soit édifié pour recommencer les sacrifices ?

Au 6ème siècle av. J.-C., l’Empire babylonien fit la conquête du royaume de Juda. Les Babyloniens déportèrent des milliers de Juifs à Babylone. Les armées du roi Nebucadnetsar détruisirent également le premier temple de Jérusalem, en l’an 586 av. J.-C. Finalement, sous l’Empire perse, le roi Cyrus autorisa qu’un groupe d’exilés revienne à Jérusalem. Lorsque les Juifs eurent posé les fondations du second temple, il y avait chez eux des sentiments mêlés de joie et de mélancolie. De joie, parce qu’ils avaient retrouvé un lieu de culte ; de mélancolie, car ce second temple était très rudimentaire à comparer à la splendeur du temple originel, édifié par le roi Salomon. Mais remarquez ce que firent les Juifs. Ils avaient commencé à sacrifier avant même que la fondation du temple eût été posée : « Dès le premier jour du septième mois, ils commencèrent à offrir à l’Eternel des holocaustes. Cependant les fondements du temple de l’Eternel n’étaient pas encore posés » (Esdras 3 :6). Les Juifs avaient célébré la Fête des Tabernacles dans leur temple inachevé, en offrant des sacrifices journaliers.

Notez encore un point important. En quel lieu revinrent les exilés ? Esdras indique l’endroit d’un lieu saint, considéré comme étant la maison de Dieu, alors même que le temple n’était pas encore reconstruit : « La seconde année depuis leur arrivée à la maison de Dieu à Jérusalem » (verset 8). Cet événement eut lieu vers l’an 536 av. J.-C. Mais il n’y avait pas de bâtiment. Le troisième chapitre d’Esdras s’étend sur la construction du temple. Des sacrifices devaient être offerts en lieu saint. Mais, dans ces circonstances particulières, les sacrifices furent offerts quotidiennement sans édifice physique qui servait de temple.

Jésus a parlé d’une époque où des armées ennemies envahiraient la Terre sainte, et encercleraient la ville de Jérusalem : « Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche » (Luc 21 :20). Rappelez-vous que cela fut dit dans le contexte de la prophétie de Jésus sur le mont des Oliviers, également mentionnée dans Matthieu 24 et Marc 13.

Il y aura une puissante coalition plurinationale qui envahira le Moyen-Orient et qui dominera la région, comme annoncé par le prophète Daniel (voir Daniel 11 :41).

Il y aura une protection internationale sur Jérusalem, imposée par une superpuissance. Mais cette protection imposera également le pseudo christianisme d’un Empire romain ressuscité. On connaîtra à nouveau une Pax Romana (Paix Romaine) imposée par ce que la Bible nomme la « bête » des temps de la fin (voir Apocalypse 13).
La capture de Jérusalem par la superpuissance de la « bête » sera le signal du commencement de l’époque de la « grande détresse », et « ce seront des jours de vengeance, pour l’accomplissement de tout ce qui est écrit » (Luc 21 :22).

Quoique le mot Jérusalem veuille dire « Cité de la paix », cette ville a connu des batailles sanglantes et des guerres au cours des siècles. Mais bientôt, cette grande ville deviendra véritablement la ville de la paix pour tous les peuples. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour le futur.
Il faudra être attentif à ces événements majeurs, prédits dans les Ecritures. La « grande détresse » prophétisée sera principalement une époque de troubles pour les Etats-Unis et les pays anglo-saxons, qui descendent de l’ancien patriarche Joseph. Alors qu’il était proche de la mort, Jacob bénit deux de ses petits-fils – Ephraïm et Manassé, fils de Joseph – et dit : « Que l’ange qui m’a délivré de tout mal, bénisse ces enfants ! Qu’ils soient appelés de mon nom [Jacob, c’est-à-dire Israël] et du nom de mes pères, Abraham et Isaac, et qu’ils multiplient en abondance au milieu du pays » (Genèse 48 :16).

Les prophéties des temps de la fin, qui concernent Jacob ou Israël, sont généralement reportées sur ses descendants Ephraïm et Manassé qui portent son nom. Les Ecritures nous donnent un avertissement aux temps de la fin, au sujet de cette « grande détresse ». Sur qui va s’étendre cette détresse ? « Malheur ! car ce jour est grand ; il n’y en a point eu de semblable. C’est un temps d’angoisse pour Jacob ; mais il en sera délivré » (Jérémie 30 :7). Pour en savoir davantage au sujet de cette période troublée, ainsi que sur sa signification, lisez notre brochure intitulée Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne selon la prophétie.

Guettez l’abomination de la désolation:


La « grande détresse » prophétisée sera une période unique de l’histoire humaine – une époque telle qu’on n’en a jamais vue. Quel est le conseil de la Bible ? Jésus nous dit : « Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21 :36).
Que faudra-t-il surveiller au Moyen-Orient ? Lorsque Jésus était sur le mont des Oliviers, Il fit un résumé des événements prophétisés, qui s’accompliront aux temps de la fin. Matthieu 24, Luc 21 et Marc 13 sont les récits parallèles de ces événements. Les disciples de Jésus Lui demandèrent quel serait le signe de Son retour et de la fin du monde. Il parla de la séduction religieuse, de guerres, de famines, d’épidémies et de tremblements de terre. Ces tendances donnent, de manière séquentielle, la signification de la prophétie des quatre cavaliers d’Apocalypse 6, qui, à la fin de cet âge augmenteront dangereusement en intensité. Jésus déclare : « Tout cela ne sera que le commencement des douleurs » (Matthieu 24 :8).

La persécution religieuse et le martyre suivront : « Alors on vous livrera aux tourments, et l’on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom. Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens » (Matthieu 24 :9-11).
Mais la Vérité sera prêchée ! « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 :14). Lorsque Jésus-Christ ouvrira grandement les portes pour proclamer l’Evangile avec force, nous saurons que la fin est proche. Ne soyez pas aveugle à ce qui se passe dans le monde et à l’intensification des tendances prophétisées par la Bible !

Jésus nous a donné un signe important qu’il faut guetter, et qui marquera le commencement de la grande détresse et de trouble en Terre sainte. Il nous avertit : « C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, – que celui qui lit fasse attention ! – alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes » (Matthieu 24 :15-16)
.
Qu’est-ce que l’abomination de la désolation ?

Des siècles avant le Christ, un ange montra au prophète Daniel, une vision concernant les événements des temps de la fin. Lorsque Daniel demanda la signification du message, l’ange répondit : « Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu’au temps de la fin » (Daniel 12 :9). Plus de deux mille cinq cents ans plus tard, nous sommes capables de comprendre ces prophéties. Notez un autre détail important : « Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l’abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours » (Daniel 12 :11). Aux temps de la fin, peu avant le retour du Christ, Dieu révèle que le sacrifice journalier sera interrompu – il « cessera ». Cette indication implique que les sacrifices ont forcément dû démarrer avant de pouvoir être stoppés ! Mais qu’est-ce exactement que cette « abomination de la désolation » ?

D’après l’histoire, en l’an 167 av. J.-C., le dirigeant grec Antiochus Epiphane promulgua un décret ordonnant qu’on fit cesser les sacrifices du temple à Jérusalem : « Des troupes se présenteront sur son ordre ; elles profaneront le sanctuaire, la forteresse, elles feront cesser le sacrifice perpétuel, et dresseront l’abomination du dévastateur » (Daniel 11 :31).
Non content de faire cesser les sacrifices journaliers, Antiochus érigea une statue de Jupiter Olympien dans le saint des saints, et sacrifia un porc sur l’autel, le profana en répandant du sang de porc. Cette abomination, également décrite dans Daniel 8, fut la réalisation d’une prophétie dont l’aspect était double, car elle annonçait également un événement qui s’accomplira aux temps de la fin – la cessation des sacrifices, mille deux cent quatre-vingt-dix jours avant le retour du Christ.

Jésus nous avertit de surveiller l’abomination du dévastateur des temps de la fin. De même qu’en l’an 167 av. J.-C., Antiochus Epiphane profana le temple et fit interdire les sacrifices, de même, à l’avenir, une autre figure profane importante interdira les sacrifices. En fait, l’apôtre Paul nous met en garde contre un faux prophète, qui se tiendra en lieu saint : « Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme impie, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore ; il va jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu » (2 Thessaloniciens 2 :3-4).

Un grand et faux prophète opérera des miracles extraordinaires et séduira des millions de gens. Il se fera adorer, et fera croire qu’il est divin. Les Ecritures font mention d’une créature symbolique, qui ressemble à un agneau (symbole du Christ), mais qui parle comme un dragon (symbole de Satan le diable). Il s’agira de la grande puissance religieuse, qui guidera une dernière résurrection de l’Empire romain des temps de la fin : « Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. Elle exerçait toute l’autorité de la première bête en sa présence, et elle obligeait la terre et ses habitants à adorer la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. Elle opérait de grands prodiges, jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image de la bête qui avait été blessée par l’épée et qui vivait » (Apocalypse 13 :11-14).

Cet Antéchrist fera même tomber le feu du ciel ! Ces miracles trompeurs enthousiasmeront des milliers de gens, mais ils les conduiront loin du véritable Jésus-Christ de la Bible. Veillez à ne pas vous laisser séduire ! Le prophète Esaïe nous donne le moyen de reconnaître les véritables serviteurs de Dieu : « A la loi et au témoignage ! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour le peuple » (Esaïe 8 :20). Les véritables serviteurs du Christ s’exprimeront d’après la parole divine – c’est-à-dire la Bible ! Faites en sorte de connaître la Bible et de l’étudier. Prouvez et mettez toutes choses à l’épreuve (1 Thessaloniciens 5 :21) !
La puissance politico-religieuse, qui dominera Jérusalem, aux temps de la fin, fera cesser les sacrifices. Rappelez-vous que les Juifs n’ont pas offert de sacrifices d’animaux depuis 70 apr. J.-C., depuis l’époque où le temple de Jérusalem fut détruit par les Romains. Pour que les sacrifices des temps de la fin puissent cesser, il faut obligatoirement qu’ils aient commencé ! Lorsque les sacrifices d’animaux recommenceront à Jérusalem, vous saurez que les prophéties dont Jésus parlait auront atteint leur apogée !

Trois étapes prophétiques importantes :


Lorsque l’abomination de la désolation prophétisée par Jésus sera établie, trois étapes prophétiques importantes s’enchaîneront sur une durée de trois ans et demi : la grande détresse, les signes célestes, et le Jour du Seigneur. Cette structure prophétique nous aide à comprendre le déroulement des temps de la fin au Moyen-Orient, ainsi que ses implications dans le monde.

Notez que Jésus Lui-même a donné la séquence de ces événements. Il nous a averti au sujet de l’abomination de la désolation dans Matthieu 24 :15. Ensuite, Il a expliqué la première étape prophétique aux versets 21 et 22 : « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. » Ce sera une période unique depuis que l’homme est sur la terre. Ce sera un temps d’angoisse pour Jacob (Jérémie 30 :7), le temps du châtiment divin sur les nations occidentales – dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande .

La grande détresse fut annoncée par le prophète Daniel, en ces termes : « Ce sera une époque de détresse, telle qu’il n’y en a point eu de semblable depuis que les nations existent jusqu’à cette époque » (Daniel 12 :1).

Ce sera un temps de guerre, de persécution et de martyre. C’est à ce moment-là que les quatre cavaliers d’Apocalypse 6 intensifieront leur œuvre : « Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre » (Apocalypse 6 :8). Le cinquième sceau de l’Apocalypse décrit le martyre des chrétiens (Apocalypse 6 :9-11).
Ensuite, nous verrons se réaliser la seconde étape prophétique. Le sixième sceau annonce une activité céleste effrayante et dramatique – ce que les Ecritures appellent les « signes célestes ». L’apôtre Jean a écrit : « Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau ; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme les figues vertes d’un figuier secoué par un vent violent. Le ciel se retira comme un livre qu’on roule ; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places » (Apocalypse 6 :12-14).
Jésus confirma également cette séquence qui suit la grande détresse : « Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées » (Matthieu 24 :29).

Comment les êtres humains réagiront-ils à ces signes célestes ? « Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’Agneau ; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ? » (Apocalypse 6 :15-17).
Les signes célestes précèdent le temps du jugement de Dieu sur les nations « le grand jour de la colère de Dieu ». Il s’agira du septième sceau, une période de temps également appelée le Jour du Seigneur – une troisième étape prophétique. L’apôtre Jean se réfère à elle en vision, dans Apocalypse 1 :10, et la nomme « le jour du Seigneur ». Jean ne parle pas ici d’un jour de la semaine, mais d’une période de temps, mentionnée plus de trente fois dans les prophéties, qui précédera le retour du Christ ! Le prophète Esaïe la décrit de cette façon : « Car c’est un jour de vengeance pour l’Eternel, une année de représailles pour la cause de Sion » (Esaïe 34 :8).

Le prophète Joël confirme également que les signes célestes précéderont le Jour du Seigneur : « Je ferai paraître des prodiges dans les cieux et sur la terre, du sang, du feu, et des colonnes de fumée ; le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, avant l’arrivée du jour de l’Eternel, de ce jour grand et terrible » (Joël 2 :30-31).

Le septième sceau – ou le Jour du Seigneur – est constitué de sept fléaux annoncés par le retentissement d’une trompette : « Quand il ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure. Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données » (Apocalypse 8 :1-2). Les six premières trompettes retentiront au cours de l’année qui précédera la seconde venue du Christ. La septième trompette annoncera la bonne nouvelle du retour du Christ pour gouverner toutes les nations de la terre : « Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il régnera aux siècles des siècles » (Apocalypse 11 :15). Alors que cela sera une bonne nouvelle pour les véritables chrétiens, les nations seront, quant à elles, irritées (verset 18) et elles s’assembleront militairement pour combattre le Roi qui sera de retour (Apocalypse 19 :19). Comme nous allons voir, cette bataille finale aura lieu au Moyen-Orient, à proximité de Jérusalem.

L’excellente nouvelle est que Jésus-Christ vaincra toutes les armées et les nations rebelles de la terre. Le Roi des rois viendra établir Son Royaume à Jérusalem et Il instaurera enfin la paix mondiale (voir Zacharie 14 :1-3). Jésus-Christ reviendra à Jérusalem. Il gouvernera sur tous les royaumes, sur toutes les nations et sur tous les gouvernements de cette terre : « L’Eternel sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l’Eternel sera le seul Eternel, et son nom sera le seul nom » (verset 9). Le Messie sera Roi sur toute la terre, et Il régnera depuis Jérusalem. Il établira la véritable religion sur la terre entière, à la place de la fausse religion qui dominait l’Empire romain ressuscité.

Qui dirige la bête ?


Nous avons vu que le Moyen-Orient sera l’endroit où s’accomplira le volet final de la prophétie de Daniel, concernant « l’abomination du dévastateur ». Lorsque cette abomination finale aura lieu, quel sera le système religieux qui la dominera ? Le livre de l’Apocalypse se réfère à la grande et fausse religion des temps de la fin, en la désignant sous le nom de Babylone à mystères. Dans Apocalypse 17, l’apôtre Jean a eu la vision du jugement d’une grande prostituée, qui symbolise une grande et fausse Eglise ou un système religieux : « Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à la débauche, et c’est du vin de sa débauche que les habitants de la terre se sont enivrés » (Apocalypse 17 :1-2). Cette femme chevauche une « bête » qui a sept têtes et dix cornes (verset 3). Cette « bête », dont nous avons parlé précédemment, est la puissance militaire et politique qui envahira le Moyen-Orient.

Jean poursuit la description de cette grande prostituée : « Sur son front était écrit un nom, UN MYSTERE : BABYLONE LA GRANDE, LA MERE DES PROSTITUEES ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE » (Apocalypse 17 :5). Ce système sera prédominant durant la grande détresse. Le chef de ce système, le faux prophète, fera même descendre le feu du ciel, comme il est écrit dans Apocalypse 13 :13. Ne vous laissez pas séduire par de telles exhibitions « miraculeuses », Apocalypse 13 :11 nous dit que cette figure religieuse symbolique ressemblera à un agneau (le symbole du Christ), mais elle parlera comme un dragon ! Ce dirigeant se tiendra dans le lieu saint de Jérusalem, et prétendra même être Dieu !
Dans Apocalypse 17, nous avons vu que la prostituée dirigeait la « bête ».

Mais qui est cette « bête » ? La réponse nous donnera l’identité de celui qui envahira le Moyen-Orient : « Et la bête qui était, et qui n’est plus, est elle-même un huitième roi, et elle est du nombre des sept, et elle va à la perdition. Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête. Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête. Ils combattront contre l’Agneau, et l’Agneau les vaincra, parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi » (Apocalypse 17 :11-14).

Depuis longtemps, l’Eglise de Dieu a indiqué que la « puissance de la bête » des temps de la fin sera une résurrection de l’ancien Empire romain. Cet Empire s’étendit de l’an 31 av. J.-C. à 476 apr. J.-C. Il y eut six résurgences, incluant la restauration impériale sous Justinien en 544 apr. J.-C., et une autre, menée par Charlemagne en 800 apr. J.-C.
La bête d’Apocalypse 17
Apocalypse 17 décrit une femme (un faux système religieux) chevauchant une bête (la dernière survivance de l’Empire romain).


D’autres commentateurs ont également identifié la bête de l’Apocalypse à l’Empire romain. En ce qui concerne la résurrection finale des temps de la fin, Apocalypse 17 nous dit seulement : « La bête qui était, et qui n’est plus » – la bête finale qui va à sa « perdition » ou à sa destruction. La New Catholic Edition de la Bible fait ce commentaire au sujet de la bête du verset 11 : « La bête dont il est question ici, semble être l’Empire romain, comme au chapitre 13. »

Le livre de l’Apocalypse, la prophétie du mont des Oliviers, et le livre de Daniel révèlent tous trois qu’une résurrection de l’Empire romain sera influencée et dirigée par une femme. La femme est un symbole qui désigne une Eglise. La « puissance de la bête » finira par se retourner contre la femme : « Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée, la dépouilleront et la mettront à nu ; elles mangeront ses chairs, et la consumeront par le feu. Car Dieu a mis dans leur cœur d’exécuter son dessein, un même dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies. Et la femme que tu as vue, c’est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre » (Apocalypse 17 :16-18).

La traduction Douay-Rheims fait ce commentaire sur l’élimination finale de la femme par la bête : « Dix autres royaumes s’allieront à la bête et combattront contre l’Eglise. Mais leur domination sera de courte durée, symbolisée par une heure. » Alors que la version Douay-Rheims identifie la bête à l’Empire romain et la femme à l’Eglise, elle n’admet pas que la grande ville mentionnée au verset 18 n’est autre que Rome. Néanmoins, beaucoup de commentaires bibliques sont d’accord pour dire que la grande ville d’Apocalypse 17 :18 est Rome !

Le roi du nord envahit le Moyen-Orient


Les armées de Benito Mussolini – un « roi du nord » du 20ème siècle – envahit l’Afrique du Nord au cours de la Seconde Guerre mondiale. Au contraire, le roi du nord des temps de la fin sera provoqué par le roi du sud. Nous avons déjà vu des guerres au Moyen-Orient pour le pétrole. Y aura-t-il de nouveau un autre embargo sur le pétrole, de la part des Arabes, comme celui de 1974 ?
Lorsque les coûts pétroliers commencèrent à grimper en été et en automne 2000, la protestation européenne sur l’envolée des prix et le risque de pénurie fut encore plus vigoureuse qu’aux Etats-Unis. En 2000, le pétrole importé par les Etats-Unis représentait 53% de la consommation intérieure. Approximativement 24% – presque la moitié des importations – provenaient du Moyen-Orient. L’Europe dépend encore plus du Moyen-Orient, puisqu’elle est obligée d’importer environ 90% de son pétrole ; elle en achète la moitié au Moyen-Orient (Newsweek, 11 novembre 2002, page 30).

Quelle qu’en soit la raison, le roi du nord envahira le Moyen-Orient.
Le récit de Luc concernant la prophétie du mont des Oliviers suit le même découpage séquentiel que le récit de Matthieu, déjà examiné. Néanmoins, l’apôtre Luc fournit un détail important, supplémentaire, quant au signe donné par Jésus sur le sort final de Jérusalem : « Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche » (Luc 21 :20). De quelles armées s’agira-t-il ? Qui finira par occuper le Moyen-Orient et contrôler Jérusalem – sa ville la plus significative ?

Comme nous l’avons vu, le roi du nord – la « puissance de la bête » ou l’Empire romain ressuscité – entrera dans le plus beau des pays (Daniel 11 :41). Jésus a annoncé que lorsqu’on verra des armées entourer ou encercler Jérusalem, on saura que la ville sera sur le point de tomber. En 70 apr. J.-C., Titus et l’armée romaine détruisirent la ville et le temple. Le siège de la ville déclencha une famine et une disette à l’intérieur de ses murs. L’historien juif, Josèphe, écrivit que « pas moins de six cent mille corps furent jetés à l’extérieur des portes, mais il n’était pas possible de dénombrer tous les autres » (Wars of Jews, livre 5, chapitre 13, section 7).

Quelle fut l’armée qui dévasta Jérusalem ? Ce fut celle de Rome. Une autre armée romaine répétera-t-elle l’histoire au 21ème siècle ? Les prophéties bibliques disent « oui » !
Luc 21 souligne également que Jérusalem sera contrôlée par une autre superpuissance. Notez la déclaration de Jésus : « Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes, que ceux qui seront au milieu de Jérusalem en sortent, et que ceux qui seront dans les champs n’entrent pas dans la ville. Car ce seront des jours de vengeance, pour l’accomplissement de tout ce qui est écrit » (Luc 21 :21-22).
Il est clair qu’il s’agit là de l’accomplissement final de cette prophétie. Elle continue : « Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Car il y aura une grande détresse dans le pays, et de la colère contre ce peuple. Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis » (versets 23-24). Apocalypse 11 montre que le Christ interviendra quarante-deux mois après la capture de Jérusalem.

Plusieurs commentateurs bibliques croient – à tort – que la prophétie de Luc ne s’applique qu’au 1er siècle apr. J.-C., à l’époque où le général romain Titus assiégea Jérusalem et détruisit le temple. Il est certain que l’avertissement de Jésus, dans Luc 21, s’appliquait à cette détresse au 1er siècle. Mais comme ceux qui étudient la Bible en sont conscients, les prophéties ont souvent un double accomplissement. Jésus a dit à Ses disciples qu’à la suite de la détresse à Jérusalem, beaucoup de gens verraient Son retour sur la terre : « Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire » (Luc 21 :25-27).

Cette prophétie ne s’est pas réalisée en 70 apr. J.-C., lorsque Titus détruisit le temple. Il est évident que Jésus parlait des événements qui précéderont Son second Avènement. Le contexte, ici, montre que la ruine finale de Jérusalem concerne les temps de la fin.


Les phases finales de la Troisième Guerre mondiale


Les troupes du roi du nord occuperont l’Afrique du Nord et la Terre sainte. Mais des rumeurs venant du nord-est inquièteront ce roi qui organisera une action militaire. Daniel 11 :44-45 : « Des nouvelles de l’orient et du septentrion viendront l’effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes. Il dressera les tentes de son palais entre les mers, vers la glorieuse et sainte montagne. Puis il arrivera à la fin, sans que personne lui soit venu en aide. »

La région d’Israël


Cette action est mentionnée dans Apocalypse 9 comme le premier malheur ou la cinquième trompette (voir Apocalypse 8 :13 ; 9 :1). L’apôtre Jean décrit un combat qui se déroule au 21ème siècle, avec le vocabulaire qui était à sa disposition au 1er siècle : « Ces sauterelles ressemblaient à des chevaux préparés pour le combat ; il y avait sur leur tête comme une couronne semblable à de l’or, et leur visage était comme un visage d’homme. Elles avaient des cheveux comme des cheveux de femmes, et leurs dents étaient comme des dents de lions. Elles avaient des cuirasses comme des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes était comme un bruit de chars à plusieurs chevaux qui courent au combat. Elles avaient des queues armées de dards, comme les scorpions, et c’est dans leurs queues qu’était le pouvoir de faire du mal aux hommes pendant cinq mois. Elles avaient sur elles comme roi l’ange de l’abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon » (Apocalypse 9 :7-11).

Notez que cette opération prendra cinq mois durant l’année du Jour de l’Eternel. Qu’arrivera-t-il ensuite ? Une énorme armée de deux cent millions d’hommes venant de l’est traversera l’Euphrate. L’Euphrate vient de Turquie, passe par la Syrie et l’Irak, pour se jeter dans le golfe Persique. Que l’Irak continue ou non d’exister sous forme de nation, elle jouera géographiquement un rôle majeur dans la guerre finale à venir : la Troisième Guerre mondiale ! Le second malheur, ou le sixième sceau est maintenant ouvert : « Le premier malheur est passé. Voici, il vient encore deux malheurs après cela. Le sixième ange sonna de la trompette. Et j’entendis une voix venant des quatre cornes de l’autel d’or qui est devant Dieu, et disant au sixième ange qui avait la trompette : Délie les quatre anges qui sont liés sur le grand fleuve, l’Euphrate. Et les quatre anges qui étaient prêts pour l’heure, le jour, le mois et l’année, furent déliés afin qu’ils tuent le tiers des hommes. Le nombre des cavaliers de l’armée était de deux myriades de myriades : j’en entendis le nombre. Et ainsi dans la vision je vis les chevaux et ceux qui les montaient, ayant des cuirasses couleur de feu, d’hyacinthe, et de soufre. Les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions ; et de leurs bouches il sortait du feu, de la fumée, et du soufre. Le tiers des hommes fut tué par ces trois fléaux, par le feu, par la fumée, et par le soufre, qui sortaient de leurs bouches. Car le pouvoir des chevaux était dans leurs bouches et dans leurs queues ; leurs queues étaient semblables à des serpents » (Apocalypse 9 :12-19).
Cette phase de la Troisième Guerre mondiale tuera le tiers de toute l’humanité, plus de deux milliards d’êtres humains ! Le « feu, la fumée et le soufre » évoquent les images d’un désastre nucléaire. Si Jésus-Christ n’intervenait pas « personne ne serait sauvé », comme Il le dit Lui-même dans Matthieu 24 :22 !

La septième et dernière trompette annonce le retour de Jésus-Christ en tant que Roi sur la terre (Apocalypse 11 :15). Comme nous l’avons déjà lu, les nations seront irritées (Apocalypse 11 :18), et elles combineront leurs forces de guerre pour combattre leur rival – le Commandant de l’armée des cieux (voir Apocalypse 19 :19) ! La septième trompette ou troisième malheur comprend « les sept plaies » qui clôturent la « colère de Dieu » envers les nations rebelles (voir Apocalypse 15 :1, 8 ; 16 :1).
A ce point, les armées venues de l’est feront route vers l’ouest en passant l’Euphrate sur la route qui mène à Méguiddo – Harmaguédon : « Le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve, l’Euphrate. Et son eau tarit, pour préparer la voie aux rois qui viennent de l’Orient » (Apocalypse 16 :12). Satan et ses démons influenceront les nations en guerre à s’allier contre l’envahisseur venu de l’espace, le Roi des rois, Jésus-Christ. L’apôtre Jean a écrit : « Je vis sortir de la gueule du dragon, de la gueule de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant » (Apocalypse 16 :13-14).

Lors de cette phase finale – la Troisième Guerre mondiale – Satan exercera son influence sur les rois et leurs armées « de toute la terre », afin de les préparer à la grande bataille contre le Christ. Les nations rebelles voudront guerroyer contre le Sauveur du monde ! Quel sera leur lieu de ralliement ? « Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon » (Apocalypse 16 :16). Le nom Harmaguédon vient de l’hébreu har Magedon, qui signifie « la colline de Méguiddo ». Méguiddo est situé en Israël à environ 89 kilomètres au nord de Jérusalem. La colline ou la montagne de Méguiddo domine la plus grande vallée d’Israël, la plaine d’Esdralon, également appelée la vallée de Jizréel.
La puissance politico-religieuse qui monte en Europe exercera finalement une influence dominante en Terre sainte. Comme nous l’avons vu, le chef de cette union, « le roi du nord », dominera en fin de compte Jérusalem et le Moyen-Orient. Le livre de l’Apocalypse prophétise également un conflit entre les forces asiatiques et la « puissance de la bête » européenne – le roi du nord (voir Daniel 11 :44 ; Apocalypse 9 :13-19). Au retour du Christ, ces armées s’assembleront « pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval et à son armée » (Apocalypse 19 :19). Le Dieu tout puissant dit : « Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem » (Zacharie 14 :2). Ensuite, « l’Eternel paraîtra, et il combattra ces nations, comme il combat au jour de la bataille. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des Oliviers, qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l’orient ; la montagne des Oliviers se fendra par le milieu, à l’orient et à l’occident, et il se formera une très grande vallée : une moitié de la montagne reculera vers le septentrion, et une moitié vers le midi » (Zacharie 14 :3-4).

Jésus-Christ interviendra ! Il arrêtera la Troisième Guerre mondiale et ramènera la paix dans le monde !
Notez que l’apogée de la bataille des temps de la fin, désignée souvent du nom d’Harmaguédon, est appelé « le combat du grand jour du Dieu tout-puissant » (Apocalypse 16 :14). Mais quel sera le lieu où éclatera cette grande bataille ? Le prophète Joël nous dit que le point culminant de cet affrontement aura lieu près de Jérusalem : « Car voici, en ces jours, en ce temps-là, quand je ramènerai les captifs de Juda et de Jérusalem, je rassemblerai toutes les nations, et je les ferai descendre dans la vallée de Josaphat ; là, j’entrerai en jugement avec elles » (Joël 3 :1-2).
La vallée de Josaphat est également appelée la vallée de Cédron (entre le mont des Oliviers et le Mont du Temple). C’est là que Dieu jugera les nations. La vallée s’étend au sud, et les armées des nations l’emprunteront en venant du sud, de Méguiddo, pour combattre Jésus-Christ, à Jérusalem. Lors de cette grande bataille, la plus grande de tous les temps, le Dieu Créateur l’emportera et anéantira les êtres humains insignifiants, qui L’auront défié.
Les chefs militaires insensés apprendront à quel point ils sont impuissants, face à l’omnipotente puissance de Dieu ! Quel sera leur châtiment ? Dieu explique : « Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem […] L’Eternel paraîtra, et il combattra ces nations, comme il combat au jour de la bataille. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des Oliviers » (Zacharie 14 :2-4). Notez ensuite la terrible punition qui s’abattra sur ces armées rebelles : « Voici la plaie dont l’Eternel frappera tous les peuples qui auront combattu contre Jérusalem : leur chair tombera en pourriture tandis qu’ils seront sur leurs pieds, leurs yeux tomberont en pourriture dans leurs orbites, et leur langue tombera en pourriture dans leur bouche » (verset 12).

Jésus sera totalement vainqueur de la plus grande coalition militaire jamais rassemblée. Il reviendra en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs, pour amener mille ans de paix à cette planète déchirée par la guerre : « L’Eternel sera roi de toute la terre » (verset 9).
Le Christ aura vaincu toutes les armées venues pour Le combattre ! Il établira un Millénium de paix sur la terre, et Il enseignera la voie de la paix à toutes les nations. Ensuite, les Arabes et les Israéliens se réconcilieront : « En ce même temps, il y aura une route d’Egypte en Assyrie : les Assyriens iront en Egypte, et les Egyptiens en Assyrie, et les Egyptiens avec les Assyriens serviront l’Eternel. En ce même temps, Israël sera, lui troisième, uni à l’Egypte et à l’Assyrie, et ces pays seront l’objet d’une bénédiction. L’Eternel des armées les bénira, en disant : Bénis soient l’Egypte, mon peuple, et l’Assyrie, œuvre de mes mains, et Israël, mon héritage » (Esaïe 19 :23-25).

Après que les armées du monde auront été anéanties, le Dieu Créateur fera de Jérusalem la capitale du monde. Toutes les nations se soumettront au Royaume de Dieu sur la terre, et apprendront enfin la voie de la paix : « Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Eternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que les peuples y afflueront. Des nations s’y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Eternel » (Michée 4 :1-2).
Le Roi des rois et les saints rééduqueront les nations dans la voie de l’amour, de la paix et de la prospérité (voir Daniel 7 :18, 27). Sous le gouvernement du Messie – Jésus-Christ – le péché, la souffrance et la guerre n’existeront plus : « Il sera le juge d’un grand nombre de peuples, l’arbitre de nations puissantes, lointaines. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes ; une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre » (Michée 4 :3).

Observez le Moyen-Orient


Jésus-Christ nous prévient d’être sur nos gardes et de veiller spirituellement (Luc 21 :36). Mais que devrions-nous observer en ce qui concerne l’agitation et le conflit au Moyen-Orient ?
Observez la permanence du conflit entre Israéliens et Palestiniens en Terre sainte. Les Palestiniens demeurent les plus vifs partisans de l’intifada ; un sondage réalisé en septembre 2002, par le centre de communication et des médias de Jérusalem, révèle que 81% de la population souhaite que l’intifada continue jusqu’à ce qu’Israël accepte les conditions des Palestiniens.
Observez la demande grandissante d’une intervention et d’un contrôle internationaux, non seulement sur Gaza et en Cisjordanie, mais également sur Jérusalem même. Le dirigeant palestinien Yasser Arafat a lui-même intercédé pour une force de maintien de la paix des Nations Unies à Gaza et en Cisjordanie. Comme l’intifada persiste, observez la demande conjointe d’un contrôle international de la ville de Jérusalem par un nombre toujours plus élevé de chefs d’Etats.
Observez l’unité croissante des nations arabes dans leur position contre Israël. Le Psaume 83, déjà cité dans cette brochure, dresse la liste de ces peuples qui incluent les nations arabes et musulmanes du Moyen-Orient. Elles ont l’appui de l’Europe qui s’oppose fortement à Israël : « Venez, disent-ils, exterminons-les du milieu des nations, et qu’on ne se souvienne plus du nom d’Israël ! Ils se concertent tous d’un même cœur, ils font une alliance contre toi » (Psaume 83 :5-6). Guettez une union ou une confédération arabo-musulmane contre Israël.
Observez le développement de l’unification politique, économique et militaire croissante européenne. Comme nous l’avons vu dans la prophétie de Daniel, le roi du nord finira par occuper la Terre sainte. En novembre 2000, l’Union européenne nomma un général allemand à la tête de sa Force d’Intervention Rapide, qui est destinée à intervenir en cas de crise dans des régions situées à plus de 4000 kilomètres, en 2003. « Pourquoi devrions-nous avoir recours aux Nations Unies ? » demanda le général Jean-Pierre Kelche, le chef d’Etat-major de l’armée française, en déclarant que la Force d’Intervention Rapide serait opérationnelle à la fin de cette année, même sans l’aval des Nations Unies, et que « l’équilibre des forces a besoin de changer » (London Daily Telegraph du 28 mars 2001). Ces forces joueront-elles finalement un rôle significatif dans le conflit au Moyen-Orient ? Observez le développement de la puissance militaire interne de l’Europe.

Observez les préparatifs d’un éventuel rétablissement des sacrifices d’animaux pratiqués par les juifs à Jérusalem. Beaucoup de gens pensent qu’un temple physique sera également édifié, mais l’histoire et le livre d’Esdras confirment que les sacrifices peuvent être pratiqués simplement sur un autel dressé en lieu saint.

Observez le raffermissement grandissant de la puissance religieuse en Europe. En visite en Autriche, en 1983, le pape Jean-Paul II en appela à l’unité européenne, en déclarant : « Les Européens devraient vaincre la menace internationale, les confrontations entre Etats et coalitions, et créer une nouvelle Europe unifiée de l’Atlantique à l’Oural » (The Principality and Power of Europe, Adrian Hilton, page 36).

La paix ultime


Jérusalem est détentrice d’un avenir prophétisé glorieux. Elle sera la capitale de la terre sous le gouvernement du Prince de la paix, et Roi des rois – Jésus-Christ. C’est une bonne nouvelle pour toutes les nations – pour vous, vos enfants et vos petits-enfants. Mais rappelons-nous que la paix ne pourra pas être établie tant que la nature humaine ne sera pas changée. Dieu souhaite rendre accessible Son Saint-Esprit à tous les peuples. C’est alors seulement qu’ils trouveront le chemin de la paix.

Le monde entier apprendra la voie divine : « Des peuples s’y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Eternel. Il sera le juge des nations, l’arbitre d’un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes : une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre » (Esaïe 2 :3-4).

A cette époque-là, Jérusalem ne sera pas seulement la capitale gouvernementale du monde, mais aussi la capitale de l’éducation mondiale. L’Enseignant Suprême, le Seigneur Jésus-Christ, répandra la véritable connaissance basée sur la parole divine. Toutes les nations apprendront les principes éternels, les lois et les valeurs qui garantissent la paix et la prospérité générales.

Cela représente la bonne nouvelle de votre avenir et de l’avenir du monde. Située au cœur du Moyen-Orient – et du monde entier – Jérusalem sera le centre mondial du gouvernement, de l’éducation et de la religion. Le Dieu Créateur nous promet un monde de paix à venir (Michée 4 :1-3). « Car la bouche de l’Eternel des armées a parlé » (verset 4). Nous aspirons tous à la paix et à la réconciliation que seul le Messie, Jésus-Christ, est capable d’apporter au Moyen-Orient – et au monde entier. Dans un même temps, Jésus nous enjoint à veiller et à prier (Marc 13 :33). Au verset 37, Il nous exhorte, en déclarant : « Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez ! »