WWIII : La Guerre Nucléaire est dans les cartons pour l'été 2017. Macron réuni toutes les classes politiques pour y faire front. En Marche la fleur au fusil.

Publié le par José Pedro

3e GM: un moine du mont Athos décrypte l’avenir catastrophique de notre civilisation

Les voyants des quatre coins du monde parlent de l'éclatement imminent de la Troisième Guerre mondiale. Le pronostique d'un moine du mont Athos est encore moins optimiste, puisqu'il estime que le temps de notre civilisation touche à sa fin. «Le diable est en rage et a ouvert sa gueule pour tous nous dévorer», assure-t-il.

Éphraïm Philothéyski, moine du mont Athos, une montagne située en Macédoine, prédit des années terribles pour le monde :

« Notre temps touche à sa fin. Des temps durs nous attendent, temps dangereux pour notre existence. Le diable est en rage et a ouvert sa gueule, comme l'enfer, prêt à nous dévorer tout entiers. Heureux celui qui échappe à ses crocs. »

Année après année la situation ne cesse de dégénérer, affirme le moine sans le moindre espoir. Et les pronostics prononcés dans les pays occidentaux ne sont pas non plus optimistes. Le voyant portugais Gorazio Viliegas, qui avait à l'époque prédit la victoire de Trump à la présidentielle américaine, est persuadé que la Troisième Guerre mondiale est sur le point d'éclater. Quand ? Après une nouvelle frappe américaine contre une base syrienne : plus précisément, Donald Trump va déclencher la guerre le 13 mai 2017, le jour du centenaire de l'apparition de Fátima. Ce conflit durera six mois.

 

Parmi des sources plus sérieuses figure le mari de l'ex-employée du Département d'État Victoria Nuland, Robert Kagan : dans son article pour Foreign Policy, il prédit une issue catastrophique aux tentatives de diviser le monde en sphères d'influence.

 

Entre-temps, la voyante de Hong Kong Priscilla Lam a assuré qu'un succès attendait le 45e Président américain dans les mois les plus chauds — au printemps et en été — car il est né dans « l'année du feu ». Quant à la Russie et au Président russe, une bonne année les attend aussi, comme le « Dragon est fort et peut aller partout où il souhaite : il peut nager dans l'eau ou voler dans l'air, il est rempli d'enthousiasme. »

Le malheur commencera par les événements en Syrie, prédisait l'évêque grec, le père Anthony: «Tout va commencer là… Ensuite attendez, la douleur va nous atteindre aussi, la souffrance et la faim… Quand les événements démarreront, commencez à prier… ».

Pourtant, personne n'attaquera ni la Russie, ni les États-Unis. « La guerre commencera par un petit pays, plus petit que la Russie », avait annoncé l'archimandrite Iona d'Odessa peu avant de s'éteindre. « Il y aura une confrontation interne, qui se transformera en une guerre civile, beaucoup de sang coulera, et cet entonnoir entraînera également la Russie et les États-Unis et de nombreux pays. Ce sera le début de la Troisième Guerre mondiale.

« Je vais mourir — et cela commencera un an plus tard », avait-il précisé. Il est décédé en décembre 2012. Un an plus tard, c'était l'Euromaïdan en Ukraine…

Pékin/Moscou en état d’alerte

Consécutivement aux tensions qui ne cessent de monter dans la péninsule coréenne et aux menaces croissantes des États-Unis, les forces russes et chinoises ont été mises en état d’alerte. À en croire le quotidien britannique Express, le déploiement du système de missiles THAAD en Corée du Sud et les exercices navals conjoints de Washington, de Tokyo et de Séoul dans la région risquent à tout moment de déclencher une confrontation militaire d’envergure et d’embraser toute la péninsule.

Les États-Unis dont l’armada opère déjà depuis plusieurs jours dans les eaux de la péninsule ont prétexté les tests de missiles nucléaires nord-coréens pour justifier le déploiement des missiles THAAD (Terminal High Altitude Area Defense). Pyongyang a de son côté critiqué les ingérences américaines dans ses affaires intérieures et réitéré sa « détermination à poursuivre ses tests de missiles balistiques et nucléaires » et ce, en dépit des menaces US. La Corée du Nord n’a même pas écarté la possibilité d’une attaque nucléaire préventive  » capable de réduire en cendres les villes américaines ».

Pour la Chine et la Russie, le nouvel aventurisme US dans la péninsule coréenne s’inscrit dans le sens des politiques bellicistes qui, depuis l’investiture de Trump, caractérise la politique étrangère de la Maison Blanche. La Chine a mis en état d’alerte ses forces dans la région et a rallié la flotte russe qui opère depuis le début de la campagne américaine dans les eaux nord-coréennes.

Deux semaines après avoir frappé la Syrie à coup de missiles Tomahawk, les Américains ont envoyé leur flotte composée de plusieurs navires de guerre au large de la Corée du Nord. Réticente au début, la Chine s’aligne désormais totalement sur la Russie. Les forces chinoises et russes se trouvent en état d’alerte « pour défendre la Corée du Nord » sur fond d’informations qui font état d’une seconde série d’exercices militaires tenus par le Japon et les États-Unis en moins d’une semaine. Ces exercices aériens et maritimes se dérouleront dans l’ouest de l’île d’Okinawa. Sputnik évoque la présence de deux navires de guerre japonais, de deux F-15 japonais, de F-18 américains et ces appareils accompagneront l’USS Carl Vinson. Ces exercices auront lieu mercredi trois jours après les premiers exercices navals entre les deux pays.

source: http://parstoday.com/fr/news/world-i34958-pékin_moscou_en_état_d’alerte

Il n'y a certes plus grand chose à faire quand la Diplomatie a épuisé toutes ses ressources, et quand on ne veut pas tirer les premiers, alors Messieurs les Américains en bons gentlemans, veuillez tirer les premiers.

En France on n'y est pas préparé, comme en Russie où le Peuple Russe et chaque Russe a un abri. En Suisse également, aux USA les élites ont 104 villes souterraines type Bunker Palace, et les pauvres ont dans leur jardin des tubes en tôle ondulée qui font office d'abris en étant recouverts de terre.

Il est grand temps que la Population Française s'organise et puisse faire des réserves d'eau, de nourriture, d'argent en petites coupures, dans des caves ou dans des jardins, en se prémunissant de pastilles d'iode stable en comprimé comme autour de nos centrales Nucléaires. Si vous prenez la précaution d'acheter également des masques NBC (Nucléaire, Bactériologique et Chimique), ce sera encore mieux.

L'ordre a été donné à Moscou de se rendre dans les abris dans les heures et les jours qui viennent, dans l'attente de temps meilleurs, et ce n'est pas une simulation.

Idem pour Tokyo ou Séoul, sachant que pour Tokyo, les habitants n'ont que 10mn pour se rendre dans les abris et avoir la possibilité d'être sauvé, ce qui n'est déjà pas évident.

Si la menace n'était pas sérieuse, les USA commenceraient à se retirer avec tous leurs armements Nucléaires installés sur le pourtour de la Russie, et donneraient des signes d'apaisement et de cordialité, mais c'est le contraire qui se produit.

En France Macron est celui que le Système a désigné pour être le porte- parole des USA, de l'OTAN, et des Banques. Il est aux Ordres, et les élections sont truquées afin de se préparer au pire.

La Russie de son côté ne peut que répliquer à une attaque Nucléaire sur son territoire, et nous savons qu'elle frappera en premier les Pays qui ont des bases de l'OTAN, ensuite elle frappera les sites militaires des USA avec des lanceurs d'engins Nucléaires. Puis viendra le tour de la guerre des sous-marins nucléaires. Ensuite elle devra détruire les liaisons satellites et terrestres par des explosions Nucléaires type EMC (Impulsions électromagnétiques) qui détruisent les équipements et les transmissions. Poutine a dit qu'il frapperait également au cœur de l'Amérique en envoyant sa plus grosse arme atomique la "Tsar Bomba" sur Yellowstone, ce qui causerait l'explosion du super-volcan et condamnerait les Américains à partir s'installer au Mexique, en attendant mieux.

Malheureusement les Anglais, les Américains, et les puissances Nucléaires en général, à part la Russie, ont décidé comme Theresa May de pratiquer des frappes préventives.

De cette façon, ils pensent avoir l'effet de surprise, et une avance sur la domination du Monde.

Les systèmes automatiques, de déclenchement d'armements et d'options feront le reste. En effet la robotique, en l'absence de tout humain, peut continuer de façon automatique les frappes en réponse à d'autres frappes automatiques.

Pour que tout puisse s'arrêter il faudra manquer de munitions sur les 20000 ogives nucléaires que comptent les Pays évolués.

D'Ores et déjà on peut considérer que personne ne maîtrise plus personne et qu'une simple erreur de manipulation, peut enclencher le Pire.

J'ai prévu pour ceux qui ont des systèmes d'envoi automatique de notifications ou des "j'aime" sur mes articles, de pouvoir encore leur répondre par des messages d'espoir agissant par interruptions automatiques sur les ondes disponibles.

Nous attendions le moment de la Solidarité entre humains, nous n'y sommes pas arrivé, mais les robots que nous avons programmé et qui peuvent se substituer à notre intelligence et à notre réplication humaine, sauront peut-être agir en plus grande sagesse.

Le Monde n'est pas perdu pour tout le Monde, certains de vos enfants sortiront un jour peut-être de dessous la terre, en ressemblant à des rats, dont le profil est de s'adapter aux pires environnements.

Les Hommes sont des sauvages vis à vis de leurs robots, il y a un risque de révolte des esclaves, Spartacus-androïde n'est pas loin de faire sa Java!
 
 
 
 

 

 

L’État-major russe a mis en garde contre une attaque nucléaire que les États-Unis pourraient lancer contre la Russie. Les bases du bouclier antimissile US encerclent le territoire russe, ce qui augmente le risque d’une frappe nucléaire, d’après un général russe.

Le système de défense antimissile américain crée une possibilité de porter une frappe nucléaire soudaine contre la Russie, a déclaré mercredi à Moscou Viktor Poznikhir, chef adjoint d'état-major opérationnel des Forces armées russes.

« La présence des bases militaires américaines en Europe et de navires équipés de systèmes antimissiles près du territoire russe constitue un potentiel de frappe puissant permettant de tirer des missiles nucléaires contre la Fédération de Russie », a indiqué le général Poznikhir.

 

L'augmentation du potentiel du bouclier antimissile américain encourage la course aux armements et oblige les autres pays à prendre des mesures de rétorsion. Le déploiement du bouclier antimissile américain rompt l'équilibre des armements nucléaires et complique le dialogue sur le désarmement nucléaire.

 

Selon le ministère russe de la Défense, les États-Unis ont dépensé 130 milliards de dollars pour la défense antimissile en quinze ans. Washington compte débloquer environ 55 milliards de dollars supplémentaires ces cinq prochaines années. Le nombre des missiles antimissiles américains dépassera d'ici 2022 celui des ogives installées sur les missiles balistiques intercontinentaux russes.

« Cette quantité d'armes antimissiles présente une menace sérieuse pour le potentiel russe de dissuasion, surtout compte tenu de la modernisation actuelle des systèmes de défense antimissile », a indiqué M. Poznikhir.

 

Les États-Unis disposent actuellement d'une trentaine de missiles antimissiles GBI, de 130 missiles Standard-3, de 150 missiles du système THAAD déployés sur le sol américain, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Un certain nombre de missiles antimissiles se trouvent également à bord de navires des pays alliés des États-Unis, a précisé le général russe.

 

Comme l'Iran et la Corée du Nord n'ont qu'une dizaine de missiles balistiques à moyenne portée, l'arsenal du Pentagone a une taille démesurée par rapport à cette menace, a-t-il ajouté.

 

L'ONU s'inquiète d'une menace de guerre nucléaire «au plus haut depuis la guerre froide»

La menace d'une «utilisation de l'arme nucléaire», qu'elle soit accidentelle ou délibérée, est aujourd'hui plus élevée que jamais, d'après une étude récente des Nations unies. Les tensions entre Washington et Moscou y contribuent grandement.

Avec plus de 15 000 armes nucléaires aux mains de neuf Etats, le monde semble aujourd'hui près d'une «potentielle catastrophe», prévient une étude approfondie de l'Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement (Unidir).

«La menace d'une utilisation des armes nucléaires en 2017 est sans doute à son plus haut niveau depuis l'effondrement de l'Union soviétique il y a 26 ans», avertit le document de recherche rédigé par plusieurs spécialistes réputés et experts du désarmement nucléaire.

 

La dissuasion nucléaire reste l'épine dorsale des stratégies militaires de nombreuses puissances mondiales. Alors que neuf Etats – les Etats-Unis, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, la France, l'Inde, le Pakistan, la Corée du Nord et Israël – possèdent au total plus de 15 000 ogives nucléaires, dans le même temps, les investissements mondiaux dans la modernisation et le développement de nouvelles armes nucléaires, plus puissantes et plus mobiles, se poursuivent.

La dégradation des relations entre Washington et Moscou comme facteur aggravant 

En outre, selon les experts de ce rapport, l'un des principaux facteurs qui menacent la sécurité mondiale est l'état actuel des relations américano-russes.

«Le retour des postures de confrontation qui existaient durant la guerre froide a entravé la coopération internationale et la confiance entre pays», explique le rapport.

Après la réunification de la Crimée avec la Russie, les Etats-Unis ont quadruplé le budget de l'Initiative européenne de réassurance (European Reassurance Initiative - ERI) à hauteur de 3,4 milliards de dollars (3,15 milliards d'euros) en février 2016, affirmant qu'il était spécifiquement destiné à «dissuader la Russie d'une potentielle agression».

Moscou, à son tour, a déployé troupes, armes lourdes et missiles Iskander dans son enclave européenne de Kaliningrad, en réponse à l'accumulation militaire massive de l'OTAN le long de ses frontières.

Cette étude paraît alors que les Etats-Unis lancent un programme massif de plusieurs milliards de milliards de dollars visant à moderniser, entretenir et maintenir leur force de frappe nucléaire aérienne, terrestre et maritime au cours des 30 prochaines années. Selon l'agence Bloomberg, cette somme colossale sera consacrée à la mise à niveau de certains systèmes d'armes nucléaires, tels que les missiles Minuteman III déployés il y a maintenant 40 ans, et la flotte de 14 sous-marins nucléaires de la marine américaine.

En outre, l'US Air Force a choisi le géant de la construction aéronautique Northrop Grumman pour développer et construire un nouveau bombardier à longue portée censé remplacer le Boeing B-52 Stratofortress pour un coût estimé à 80 milliards de dollars (74,5 milliards d'euros). Dans le même temps, le Pentagone a commencé à rédiger son compte rendu sur la situation nucléaire dans le monde.

L'examen précédent, datant de 2010 et effectué par l'administration Obama, avait déclaré que la Russie et les Etats-Unis n'étaient «plus des adversaires» et conclu que le terrorisme nucléaire constituait la plus grande menace pour la sécurité mondiale. Cependant, compte tenu de la façon dont les relations se sont tendues depuis plusieurs mois entre Moscou et Washington, le nouvel examen de 2017 pourrait prendre une toute autre tournure.

Mis à part les relations actuelles inquiétantes entre les Etats-Unis et la Russie, le rapport de l'Unidir évoque aussi la hausse des tensions sur la péninsule coréenne, où la Corée du Nord et les Etats-Unis continuent de se jauger.

La Maison Blanche a récemment menacé de «résoudre le problème nord-coréen» de manière unilatérale et a envoyé son porte avion à propulsion nucléaire USS Carl Vinsondans la région, provoquant la colère de Pyongyang, qui a promis de réagir avec tous les moyens à leur disposition, y compris en l'arme nucléaire.

Toutefois, le rapport des experts ne voit pas la réduction éventuelle de l'arsenal nucléaire des Etats-Unis comme une solution aux tensions nucléaires dans le monde.

«Tout affaiblissement du parapluie nucléaire des Etats-Unis pourrait stimuler l'aventurisme de ses adversaires en la matière et entraîner une prolifération des armes nucléaires», déclare l'étude.

«La dissuasion nucléaire fonctionne jusqu'à un certain point. Lorsque toute les chances sont épuisées, les résultats peuvent se révéler catastrophiques», préviennent les experts dans leur rapport.

Lire aussi : La Corée du Nord : un empire du mal qui menace le monde libre ? 

Washington pousse le monde au bord de la guerre nucléaire

Par Bill Van Auken 
19 avril 2017

Les déclarations répétées du vice-président américain Mike Pence et d’autres responsables de l’administration Trump lundi selon lesquelles « l’ère de la patience stratégique » avec la Corée du Nord est terminée et que « toutes les options sont sur la table » ont mis en évidence la menace croissante d’une guerre provoquée par Washington sur la péninsule coréenne impliquant l’utilisation d’armes nucléaires et la mort de millions de personnes.

« Rien que dans les deux semaines passées, le monde a été témoin de la force et de la volonté de notre nouveau président dans les actions menées en Syrie et en Afghanistan », a déclaré Pence lors d’une visite provocatrice en Corée du Sud qui l’a amené dans la zone démilitarisée (DMZ) à la frontière nord coréenne. « La Corée du Nord ferait bien de ne pas mettre à l’épreuve sa détermination ou la force des forces armées des États-Unis dans cette région », a déclaré Pence.

Cette vantardise sur des actes téméraires d’agression militaire, à savoir l’attaque de missile de croisière contre la Syrie le 7 août et, une semaine plus tard, l’utilisation en Afghanistan de la bombe à effet de souffle d’artillerie lourde (MOAB), l’arme la plus destructrice employée n’importe où depuis l’incinération d’Hiroshima et de Nagasaki par les États-Unis, ne peut être appréciée par le gouvernement de la Corée du Nord comme rien d’autre qu’un ultimatum pour la faire succomber aux exigences des États-Unis ou s’attendre à être la cible d’une violence beaucoup plus grande.

Les moyens d’infliger une telle violence se concrétisent avec la formation opérationnelle de la marine des États-Unis dirigée par le porte-avions nucléaire USS Carl Vinson qui devait prendre position au large de la péninsule coréenne. Les implications mondiales de cette démonstration de force ont été soulignées lundi avec les informations que la Russie et la Chine ont expédié des navires espions pour traquer le groupement tactique du Carl Vinson. Pour ces deux pays dotés d’armes nucléaires, le lancement par Washington d’une guerre contre la Corée du Nord pose une menace existentielle.

La marche vers une confrontation militaire en Asie qui pourrait mener à une troisième guerre mondiale nucléaire s’est déroulée largement dans le dos du peuple américain et du monde entier. Ni les politiciens des deux partis du grand patronat aux États-Unis, ni les médias sous leur contrôle, n’ont fait la moindre allusion adressée au public des conséquences terribles d’un échange nucléaire même « limité » sur la péninsule coréenne, ni la probabilité qu’une telle catastrophe entraînerait toutes les grandes puissances nucléaires dans une conflagration mondiale.

La témérité du chemin sur lequel Washington s’engage est étonnante. Pourquoi « l’ère de la patience stratégique » a pris fin ? Ce n’est pas expliqué. Les conclusions tirées de cette déclaration ne sont pas plus remises en question. Il existe un grand nombre d’États qui ont maintenant des armes nucléaires. L’obtention de ces armes par la Corée du Nord ne représente pas une menace crédible pour les États-Unis.

« Toutes les options sont sur la table » ne peut que signifier que Washington est prêt à lancer une première attaque non provoquée contre la Corée du Nord. Pourtant, dans les médias, il n’y a guère mention qu’un tel cours implique la menace d’une guerre nucléaire. Il n’y a pas non plus la moindre suggestion selon laquelle le Congrès des États-Unis devrait se réunir pour voter sur l’autorisation d’une attaque qui pourrait entraîner la perte de millions de vies. Il est considéré comme acquis que Donald Trump n’a besoin d’informer personne sur l’action militaire qu’il prendra avant que l’attaque ait lieu. Le seul indice que Trump a donné quant à ses intentions a été lors d’un événement lundi lors d’une chasse aux œufs de pâques sur la pelouse de la Maison-Blanche, où il a déclaré que la Corée du Nord « doit être sage ».

Le caractère réel de la politique poursuivie par Washington a été indiqué par John Bolton, l’ambassadeur de l’administration Bush aux Nations Unies, qui a déclaré à Fox News que « la façon de mettre fin au programme d’armes nucléaires de la Corée du Nord est de mettre fin à la Corée du Nord », c’est-à-dire de renverser le gouvernement et d’écraser militairement le pays.

Le danger réel et croissant posé par la politique imprudente de Washington commence à être enregistré, ne serait-ce que sous la forme la plus douce.

Le New York Times, qui avait déjà célébré le tournant de l’administration de Trump vers le militarisme intensifié contre la Syrie et la Russie, proclamant son sentiment de « satisfaction émotionnelle et de la justice faite » concernant la frappe des missiles de croisière du 7 avril, est devenu quelque peu nerveux face au risque que la situation dérape.

Le journal, qui fonctionne de plus en plus comme l’organe interne de la CIA, a exprimé son inquiétude lundi que « les discussions intempestives de Trump augmentent les tensions régionales, perturbent les alliés et renforcent probablement la crainte de longue date de la Corée du Nord selon laquelle elle pourrait être attaquée un jour par l’Amérique – la raison même pour laquelle la Corée du Nord a investi dans un arsenal nucléaire en premier lieu. » Il a averti que les menaces belliqueuses du président américain ont servi à « se faire acculer dans une confrontation quelconque » et ont ouvert la voie à une « erreur de calcul dévastatrice. »

Gideon Rachman, le chroniqueur responsable des affaires étrangères du Financial Times, a écrit dans un article publié lundi que si le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un « conclut que les États-Unis est en effet prêt à attaquer son régime, il sera tenté d’attaquer le premier. L’incitation à agir rapidement aura été intensifiée par des histoires dans les médias selon lesquelles les plans de guerre des États-Unis impliquent une tentative anticipée de tuer les dirigeants nord-coréens. » En fait, la même unité des opérations spéciales des États-Unis responsable de l’assassinat de Oussama ben Laden a été signalée en Corée du Sud en train de mener des exercices.

Alors que l’intimidation et les menaces de Trump pourraient produire une capitulation par Pyongyang, Rachman poursuit : « […] Il est plus probable que la Corée du Nord ne reculera pas – et que la stratégie Trump échouera donc. Dans ce cas, le président américain est confronté à un dilemme. Est-ce que « l’armada très puissante » de M. Trump s’éloigne de la péninsule coréenne avec sa mission inachevée ? »

C’est une question rhétorique. Ni Trump ni la cabale de généraux de service actif ou retraités qui fixent sa politique étrangère ne sont enclins à faire marche arrière devant la guerre sans avoir atteint les objectifs qui correspondent à une telle guerre, à savoir la capitulation complète et le désarmement de la Corée du Nord.

Après 25 ans de guerre continue contre des pays opprimés, en grande partie désarmés, et en tuant des millions de gens, tout en subissant des conséquences relativement négligeables, l’impérialisme américain est maintenant entraîné par sa propre crise interne et ses contradictions vers un niveau de confrontation militaire complètement différent.

De plus en plus, la situation ressemble à celle qui prévalait à la fin des années 1930 à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Si Adolf Hitler avait possédé un compte Twitter, il est difficile d’imaginer qu’il l’aurait utilisé différemment de la façon dont le président américain utilise le sien.

« Notre armée monte en force et devient rapidement plus forte que jamais. Franchement, nous n’avons pas le choix ! » a tweeté Trump dimanche.

Trois jours plus tôt : « J’ai une grande confiance dans la Chine pour s’occuper correctement de la Corée du Nord. S’ils ne peuvent pas le faire, les États-Unis, avec leurs alliés, le feront ! ÉTATS-UNIS. »

La rhétorique de Trump se fait l’écho de celle employée par Hitler dans la période précédant l’invasion allemande de la Tchécoslovaquie et la Pologne. Le chef nazi proclama sur le « problème » tchécoslovaque qu’il « doit être résolu ». Ensuite, ce fut le « problème » polonais qui « doit être résolu. » Il a délibérément créé les crises comme prétextes aux actions militaires.

Trump emploie une rhétorique similaire, décrivant une nation entière, la Corée du Nord, en tant que « problème », puis vient l’avertissement menaçant que « cela sera résolu ». Pourquoi ce problème est tellement urgent maintenant ? Personne ne l’explique et, en ce qui concerne les médias, pratiquement personne ne pose la question.

Que pourrait faire Pyongyang pour satisfaire Washington ? Il faudrait renoncer à son programme nucléaire et s’ouvrir à un régime d’inspection, en suivant la même route parcourue par Saddam Hussein en Irak et Mouammar Kadhafi en Libye, se terminant par la destruction de leurs nations et leurs propres morts violentes.

L’hypothèse selon laquelle la Chine peut être contrainte d’imposer le diktat de Washington par rapport à la Corée du Nord est sans fondement. La Chine a dû entrer en guerre en 1950 lorsque les troupes américaines ont atteint la rivière Yalu, sacrifiant des centaines de milliers d’hommes pour repousser l’armée américaine. Maintenant, Washington veut que la Chine intervienne pour donner aux États-Unis et à la Corée du Sud ce qu’ils n’ont pu obtenir il y a un demi-siècle par la guerre. Si Pékin devait accéder à ces demandes, cela aurait d’énormes implications stratégiques pour la Chine et des conséquences politiques internes importantes.

Il existe déjà des indications selon lesquelles les tensions entre Pékin et Washington s’intensifient dans la péninsule coréenne après l’annonce par Séoul selon qu’il a l’intention de progresser rapidement avec l’installation du système de missiles anti-balistiques américain (THAAD) qui sert de défense contre les missiles nord-coréens selon les États-Unis, mais que la Chine reconnaît comme un moyen d’assurer aux États-Unis une capacité de lancer une attaque nucléaire le premier sans craindre de riposte.

Par deux fois au 20 siècle, la crise du capitalisme mondial a poussé les chefs d’État capitalistes et leurs chefs d’état-major à chercher une issue à la crise par la guerre, entraînant la mort de dizaines de millions de personnes. Aujourd’hui, des pressions semblables déclenchent la marche vers une confrontation nucléaire qui pourrait entraîner la destruction de la vie sur la planète.

Tout ce qui est fait par le gouvernement des États-Unis implique des niveaux étonnants de risque, y compris celui d’une guerre nucléaire. Que cela se produise dans la confrontation immédiate avec la Corée du Nord ne peut pas être prédit, mais que cela soit le cours que Washington est prêt à poursuivre dans le monde entier est indéniable.

Personne ne peut se permettre l’illusion que les gouvernements capitalistes d’aujourd’hui, contrairement à ceux de 1914 et 1939, ne risqueront pas la guerre en raison de la menace de l’anéantissement nucléaire. Au contraire, ils sont beaucoup plus téméraires que leurs prédécesseurs. Confrontés à l’aggravation des crises économiques et sociales pour lesquelles ils n’ont pas de solution progressiste, ils sont encore plus susceptibles d’entraîner l’humanité au bord de la destruction.

La crise actuelle se caractérise par un terrible gouffre entre l’ampleur du danger de la guerre et l’absence de tout mouvement organisé contre celle-ci. Il n’y a aucun moyen d’arrêter la marche vers la guerre en dehors de l’intervention politiquement consciente de la classe ouvrière aux États-Unis et sur le plan international.

Le Parti de l’égalité socialiste et le Comité international de la Quatrième Internationale (ICFI) se battent pour un nouveau mouvement international anti-guerre, anti-impérialiste et anticapitaliste de la classe ouvrière basé sur les politiques socialistes. La lutte pour le développement de ce mouvement comprend l’organisation de manifestations contre la guerre sur les lieux de travail, dans les universités et les quartiers ouvriers.

Le CIQI tiendra le 30 avril son rassemblement annuel en ligne pour la Journée internationale des travailleurs (lire : Journée internationale en ligne du 1ᵉʳ mai), qui aura comme objectif central son combat pour mobiliser la classe ouvrière contre la guerre impérialiste. Nous appelons tous nos lecteurs et partisans à participer et à construire ce rassemblement parmi les couches les plus larges possibles de travailleurs et de jeunes.

Tout est programmé sur les Marchés Financiers. On Joue du Macron gagnant contre Le Pen à 60% de Français contre 40% au second tour. Le budget financier de la campagne Macron est infini, et si les problèmes d'embauche d'Assistants Parlementaires ne ressortent pas, on pourrait tout simplement déclarer MACRON gagnant par abandon de la Marine qui se serait sabordée plutôt que de se rendre à l'évidence de sa corruption dans l'argent public Européen.

La France a préféré sortir un Joker gagnant ou gauches et droites caviar se sont retrouvées pour fêter le nouveau MACRON que l'on va retrouver sur toutes les bonnes tables dans un consensus encore jamais vu de Robert HUE à POISSON d'AVRIL.

Les Républicains ont négocié la dette du parti de Sarkozy, qui ne pèse plus rien, les centristes pourront à nouveau renflouer leurs caisses, les communistes sont aux anges comme à la libération, c'est à nouveau "Le Parti", Robert Hue se paye un parti tout neuf le MdP (Mouvement des Progressistes), et tout ce beau Monde qui ne s'est jamais entendu sur rien est "EN MARCHE".

Quand on pose la question, la seule réponse est "NOUS SOMMES TOUS EN MARCHE", et cela est bien vrai car tous les chemins qui mènent à Saint-Jacques-de-Compostelle sont remplis d'une masse de Monde aux étendards confus, et aux destinées inconnues, pour faire croire à l'unicité de la Politique.

Il faut en effet un effet BOEUF pour associer dans un même sac tout et son contraire, et la Guerre qui gronde aux frontières contre la Russie en serait peut-être la cause.

Les sergents recruteurs des conscrits pour sauver la République sont déjà en place pour accueillir les jeunes recrues qui vont se battre pour l' idéal de sauver la Patrie.

Adieu Chômage, Macron a déjà transféré nos belles entreprises sur le sol Américain pour qu'elles ne puissent craindre d'être touchées par l'effort de Guerre que nous allons déployer. C'est bien la première fois dans cette 5ème République que nous effectuons une Présidentielle en ETAT D'URGENCE et en ETAT DE GUERRE.

EN MARCHE est bien le symbole de l’Armée DE BOURBAKY, mise sur pied dès la déclaration de guerre le 18 juillet 1870. L'armée du Rhin est la première armée française constituée à la déclaration de guerre à partir des troupes disponibles du temps de paix. Commandée initialement par l'empereur lui-même, elle comprend la Garde impériale, 7 corps d'armée et une réserve générale. Chaque corps d'armée est constitué de 3 ou 4 divisions d'infanterie et 1 division de cavalerie à 2 ou 3 brigades chacune, une réserve d'artillerie et une réserve du génie. Chaque brigade compte 2 ou 3 régiments d'infanterie de ligne ou de cavalerie.

VOTEZ MACRON et CRANONS d'être fiers pour sauver la Patrie.

ALLONS ENFANTS ....

Même à la Banque Rothschild, on n'est pas fou de Macron. Car Macron en tant que manipulateur d'opinion, a été trop loin pour vendre sa sauce et les bonnes affaires qu'il a fait avec sa Banque, se retournent contre sa Banque, car les actionnaires n'ont jamais reçu les promesses de l'equity-story.

Elément important de la communication financière d'une entreprise lors de son introduction en bourse, d'une augmentation de capital, voire du déclassement d'un bloc d'actions dans le marché. C'est l'histoire qui est racontée aux investisseurs en termes simples et clairs de ce que propose l'entreprise pour les années à venir aux investisseurs : croissance alimentée par des gains de parts de marchés dus à un produit/service supérieur, retournement enclenché menée par une nouvelle équipe de dirigeants expérimentés, versement de dividendes importants en raison d'un patrimoine immobilier de première qualité, etc.

 

Le Président Vladimir Poutine pourrait entrer en Guerre contre la France et l'UE, si Emmanuel Macron est élu Président de la République Française par le Système des ‎Programmes « Young Leaders » de la French-American Foundation, (officine des USA, chargée de décider qui sera "Président") , selon un conseiller de l'Ambassade Russe de France, car "ce serait la goutte d'eau qui fait déborder le vase, dans l'Etat Profond de la France qui gère ses élus, comme un fermier gère ses vaches".

"Le Président Vladimir Poutine, a été très patient avec les tergiversations de sa rencontre finalement annulée avec le Président François Hollande, avec les agressions permanentes de l'OTAN en Europe, et dans les Pays frontaliers avec la Russie, et le conflit larvé avec l'Ukraine, dans le Donbass qui a déjà fait des dizaines de milliers de morts en Europe, après le coup d'État de Maïdan, à Kiev, durant l'hiver 2014, fomenté par la CIA et le FBI."

La France dit-il, depuis 40 ans, "a ses élus qui reçoivent leurs ordres des USA, et qui gesticulent comme des pantins pour essayer d'impressionner la Russie et le Peuple Russe."

"Les élections en France sont truquées de part les personnes qui peuvent se présenter, et par les moyens qui leurs sont attribués."

"Nous soumettons donc au peuple Français l'alternative entre la Paix de nos Pays dans la mesure où nous avons des personnes en face de nous qui sont indépendantes dans leurs actions, ou la Guerre si ces personnes nous sont envoyées avec des intentions belliqueuses. Nous savons qu'avec Macron ce sera la Guerre."

Dans la même veine, le site proche du Kremlin Vzgliad estime que la victoire du “partisan de la mondialisation” Macron ne constitue pas une surprise. En effet, affirme la publication, ce candidat avait été “sponsorisé” par les grands capitaux, notamment celui des Rothschild. “Chouchou des médias français et anglo-saxons”, il avait bénéficié grâce à eux, depuis l’automne dernier, d’une campagne de promotion digne d’une star de cinéma.

“Les Français devront choisir entre un lent dépérissement et une lutte acharnée”, estime le site dans son édito ce matin.

En votant pour Emmanuel Macron, la France sera condamnée à la soumission vis-à-vis de l’Allemagne et devra suivre docilement sa ligne au sein de l’UE (…). La confrontation absurde avec la Russie ne fera que croître. Les problèmes liés à l’islamisme et au terrorisme seront exacerbés.”
Les propositions de Marine Le Pen – fermeture des frontières et des mosquées radicales, relance de l’industrie nationale – sont totalement à l’opposé de celles de Macron, poursuit le commentateur.

La population française a encore deux semaines pour choisir entre deux scénarios – continuer à subir, en espérant que la situation ne dégénère pas, ou casser le système et tout recommencer à zéro.”
Les résultats du premier tour de l’élection en France sont “une victoire morale de la Russie”, cherche à relativiser le quotidien russe Kommersant. Cela peut paraître paradoxal, mais trois des quatre candidats les plus haut placés, qui ont recueilli au total environ 60 % des voix exprimées, sont partisans d’un rapprochement avec la Russie et d’un assouplissement des sanctions qui lui sont infligées, sinon de leur suppression. Pour autant, “cette ‘victoire morale’ n’aura pas de conséquences concrètes pour Moscou”, car Emmanuel Macron, qui remportera sans doute la présidentielle, promet de s’en tenir à “la ligne européenne unique”.

https://sptnkne.ws/d44V

Un sénateur russe a vivement critiqué les déclarations de Londres concernant sa disposition à réaliser des frappes nucléaires préventives, les qualifiant d’éléments de guerre psychologique. Une telle démarche pourrait en outre coûter très cher au Royaume-Uni, selon lui.

 

Le sénateur russe Franz Klintsevitch a appelé à donner une réponse dure aux propos du ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, selon qui le Royaume-Uni aurait le droit d'effectuer une frappe nucléaire préventive.

 

Lundi, le ministre a déclaré, dans une interview à la BBC, que le Premier ministre britannique Theresa May était prêt à lancer des missiles balistiques intercontinentaux Trident dans « les circonstances les plus extrêmes », même si le Royaume-Uni lui-même n'était pas ciblé par une attaque nucléaire.

« Dans le meilleur des cas, cette déclaration doit être considérée comme un élément de guerre psychologique », a écrit M. Klintsevitch, président du comité de la Défense de la chambre haute du parlement russe, sur sa page Facebook.

Si la Grande-Bretagne, qui ne possède pas d'un grand territoire, est prête à attaquer une puissance nucléaire, elle sera elle-même rasée de la carte par une frappe en réponse, d'après le sénateur. Si elle décide de frapper un pays non nucléaire, cela ressemblera à l'attaque contre Hiroshima et Nagasaki, selon lui.

L'armement nucléaire britannique est composé de quatre sous-marins de type Vanguard basés en Écosse. Chacun d'eux porte jusqu'à 16 missiles balistiques Trident.

Sans hésiter, je choisis d'apporter mon soutien à Emmanuel Macron dans son duel avec l'extrême-droite qui conduirait la France au désastre.
Je salue le combat de François Fillon.
Il incombe maintenant à Emmanuel Macron de réussir le large rassemblement des Français(es).
J'attends qu'il précise son programme de réformes.
Notre pays a besoin de réformes courageuses : 
- pour reconstruire un État fort,
- pour renouer avec le plein emploi en libérant notre économie,
- pour mettre l'éducation et la formation au cœur des politiques publiques,
- pour consolider notre protection sociale.
J'attends qu'Emmanuel Macron restaure le crédit de la France sur la scène européenne et mondiale et qu'il donne à la jeunesse de France l'espoir d'une Europe et d'un monde nouveau.
J'appelle tous les Français de bonne volonté à s'engager dans ce nouveau combat.

et en OFF :


J'admet qu'à la place de Fillon, aujourd'hui on n'aurait pas eu Macron, mais Fion le Con, il fallait s'en méfier, car il était payé par Macron qui lui a offert ses costards tout neufs alors qu'il n'a rendu que des fringues usagées.
J'admet aussi être responsable de la situation, car Macron nous a été imposé par la famille Rothschild, à laquelle j'appartiens corps et âme, et à laquelle je ne peux rien refuser.
Comme pour Pompidou avec le grand Charles, Macron est passé par cette famille et a abandonné son ancienne identité pour ne jurer que par l'Argent Roi, qui nous gouverne, et qui détruit la planète. Allez voir dans le Dakota du Sud, si j'y suis, là-bas tous les km il y a des puits de pétrole qui remplace la verdure, et bientôt nous ne respirerons plus que des émanations de gaz et d'essence, dont le feu sacré de la terre se mettra à brûler pour notre destinée.
En voiture Simone, la terre nous emmène dans son catafalque sacré aux couleurs de la famille Rothschild qui a fait fortune dans le mortuaire.
Les vieux comme moi, qui avons profité d'une certaine qualité de vie, on vous laisse avec une merde pas possible, et l'espoir que vous n'en sortirez jamais. On vous laisse croire que nous vous apporterons du travail, de la santé, de la richesse, du bonheur, de la qualité de vie, un État fort, et à chaque fois vous vous laissez bercer par nos paroles, car aucune des vôtres ne sont diffusées pour entendre vos gémissements, votre agonie, votre souffrance, votre lâcheté, vos renoncements.
Moi Juppé, j'ai promis tout ce que je n'ai pas donné, et la dernière en date est la grande Mosquée de Bordeaux en souvenir des temps immémoriaux où Bordeaux était assaillie par les Sarrasins. 
La bataille de Bordeaux met aux prises en 732 le Califat omeyyade et le Duché d'Aquitaine. La victoire qu'y obtiennent les Omeyyades durant la Présence arabe sarrasine en France est importante et leur permet de continuer leur campagne vers le nord.
A Bordeaux nous avons toujours accueilli la France collaboratrice, et ce n'est pas maintenant que nous allons changer.Le Commerce des Noirs a fait notre fortune, et nos pierres taillées des façades de nos maisons de Maîtres démontrent que pour une seule de ces pierres, il a fallu qu'un noir succombe.
Nous unir, même avec Marine Le Pen, dont son père était en cheville avec les pires des Nazis du 3ème Reich, serait une offense à notre préférence des arabes qui nous ont apporté la civilisation et les mathématiques.
En fait à Bordeaux comme ailleurs, nous n'avons de Français que le nom, que chacun revendique à sa façon.
Macron a vendu comme Sarkozy les grands fleurons de l'économie aux USA nos amis.
Macron est le seul qui pourra faire barrage à la Guerre qui est à nos frontières et qui pourra repousser l'Ours Russe, son couteau dans les mâchoires.
On sait que Poutine a financé Marine, à hauteur de plusieurs Millions de Kopeck, et qu'il va fomenter des attentats pour faire remonter le score du FN.
Poutine est un traître à l'ordre établit par le Chaos Maçonnique, et c'est Jacob qui l'a dit.
Notre Guerre sera Nucléaire ou ne sera pas, dans tous les cas Poutine crèvera.
Mes chers amis, avec Macron, nous sauvons la France d'elle même, de ses préjugés, de ses peurs, de son angoisse du futur.
Nous sauvons également nos postes, notre reconnaissance de la Nation, nos fonctions, nos privilèges, nos Banques, et notre assurance que la France restera toujours la France, gouvernée de main de Maître, sachant imposer un ordre Républicain, Souverain, à nos contemporains.
Vive la France, Vive les Français qui nous offrent leurs soutiens, Vive le rayonnement de la France sur les Étrangers, Vive la grande Tolérance qui fait que la France peut accueillir ceux qui la dépouille, pour que ceux qui doivent la renflouer, puissent le faire.
Allons enfants de la Fratrie, le jour de Gloire est arrivé, contre nous de la tyrannie, l'étendard sanglant est levé, ainsi soit-il.

PS: On n'a pas encore fini de faire appel à moi, la France est ingouvernable, l'Assemblée Nationale, verra appeler comme Premier Ministrable un dénommé François Baroin, avant que tout s'écroule et qu'on me reconnaisse le rôle du Grand Charles.

Macron déjà président chez les bookmakers, Juppé sur le point de dépasser Fillon
ACTUALITÉS DES MARCHÉS
TOUTE L'INFO
SÉANCE EN DIRECT
A NE PAS MANQUER DEMAIN
OPINIONS
CALENDRIER
DOSSIERS