WWIII : Le Bonheur avec Alain Juppé Président en 2017, soutenu par la Russie alors que Nicolas Sarkozy n'est pas adoubé.

Publié le par José Pedro

L'ancien premier ministre français Alain Juppé

Juppé, "bon président de la République" pour 47% des Français

© AFP 2015. Pascal Lachenaud
INTERNATIONAL
URL courte
33799141

Selon une enquête Viavoice réalisée pour le journal Libération, Alain Juppé devance considérablement ses concurrents en vue de la présidentielle de 2017, loin devant Manuel Valls ou Nicolas Sarkozy.

 

Près de 47% des Français estiment qu'Alain Juppé serait "un bon président de la République", très loin devant les autres personnalités politiques, selon une enquête Viavoice réalisée pour le quotidien Libération.

"Pour l'avenir de la France, chacune des personnalités suivantes serait-elle d'après vous un bon président de la République?", Alain Juppé récolte 47% d'opinions positives, loin devant Manuel Valls avec 33%, qui perd 5 points, et François Fillon avec 31%, qui complètent le podium.

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, l'autre grand rival d'Alain Juppé pour la primaire de la droite en 2016, recule par rapport à l'enquête réalisée en septembre, à 26%. Il perd 6 points, mais reste devant Marine Le Pen avec 25%, qui perd seulement 1 point. L'ancien chef de l'Etat est également devancé par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui gagne 4 points et le leader du Modem François Bayrou, en chute de deux points. Tous deux sont à 27% d'opinions favorables.

François Hollande est lui à 16%, avec un point en plus que précédemment. L'actuel locataire de l'Elysée est devancé de peu par la députée de l'Assemblée nationale, la frontiste Marion Maréchal-Le Pen et un autre candidat à la primaire de droite Bruno Le Maire, tous deux à 17%.

L'enquête a été réalisée en ligne du 27 octobre au 2 novembre, auprès d'un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française de 18 ans et plus, par la méthode des quotas.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20151110/1019406639/juppe-presidentielle-sondage.html#ixzz3r5JGs3un

De la Droite Française à la Gauche, Alain Juppé crée le Consensus, pour éviter à la France de tomber plus bas qu'elle n'est. Le ralliement sur un programme se fera aussi bien avec des personnalités Politiques qu'avec un Français sur Deux.

Chez "Les Républicains", Nicolas Sarkozy fait malheureusement office de branche morte dont il faut se détacher.

C'est le cas de Bernard Debré :

Le député UMP juge impossible un retour de l'ex-chef de l'Etat, qui selon lui «pénalise largement son camp».

  • Bernard Debré compare Sarkozy à une «branche morte»

Le député UMP filloniste Bernard Debré estime jeudi que l’ancien président Nicolas Sarkozy est «en train de pénaliser largement son camp» et qu’il «faut couper les branches mortes».

Soulignant que «la justice est en cours» et qu’il faut qu’elle «aille jusqu’au bout», Bernard Debré a déclaré sur LCI et Radio Classique :«Encore une fois, si c’est vrai, Nicolas Sarkozy était nécessairement au courant du dépassement» de ses comptes de campagne.

Selon lui, le retour de l’ancien chef de l’Etat est «une impossibilité, on ne peut pas». «Il faut couper les branches mortes». Nicolas Sarkozy est-il une branche morte ? «Oui tout à fait, je considère qu’il est en train de pénaliser largement son camp», a-t-il répondu.

«Il y avait un dépassement de 400 et quelque milliers d’euros (sanctionné par le Conseil constitutionnel, ndlr) (...) Vous avez en mémoire la lettre que Nicolas Sarkozy a écrite dans le Figaro avant les élections municipales où il se plaignait en disant "comment, avec un dépassement aussi mineur et minime, on me demande de rembourser 11 millions ?" C’est un peu fort de café si vraiment il a dépassé de 17 millions», a-t-il également déclaré. «Il y a un problème d’éthique en politique, on ne peut pas faire tout et n’importe quoi. Il y a des règles, surtout quand on est président de la République», a insisté le député de Paris.

Par ailleurs, le député Hervé Mariton, candidat déclaré à la présidence de l’UMP, a jugé sur France Info que «dans une campagne électorale, il y a un responsable, c’est le candidat.»

«C’est un peu facile de faire payer les exécutants alors qu’il y a un dossier complexe où d’évidence, si Jérôme Lavrilleux est responsable et il le reconnaît, il n’est sans doute pas le seul responsable», a également déclaré le député de la Drôme au sujet de l’ex-directeur de campagne adjoint de Sarkozy, qui a reconnu un système de fausses facturations destiné à minorer les comptes de campagne de 2012.

Sarkozy doit-il s’exprimer, comme l’a demandé mercredi soir Xavier Bertrand ? «Xavier Bertrand a raison. Il est tout à fait possible que Nicolas Sarkozy n’ait pas été au courant des débordements de sa campagne, c’est tout à fait recevable. Simplement, il est le candidat. Et quand on est le patron, on est le responsable», a répondu Hervé Mariton.

Henri Guaino : Alain Juppé doit quitter sa famille Politique! et réciproquement! Les membres de cette famille ne se sentent plus en famille!

Henri Guaino se réclamme du Gaulliste comme Alain Juppé, (mais Henri Guaino peut travailler avec la famille LE PEN). Difficile dans ce créneau très serré de se réconcilier. Si des personnalités très proches d'une vision de la France, n'arrivent pas à se tolérer, que pouvons nous dire de toutes les autres personnalités.